- Il y a dix-neuf « Français » dans l’équipe d’Algérie !

L’hebdomadaire Minute a compté : sur les 25 joueurs retenus par l’Algérie pour la coupe du monde de football, dix-neuf sont nés en France et sont français par le droit du sol ! Des binationaux donc – voire, pour certains, des trinationaux ! – qui ont fait « le choix du cœur » en décidant de porter le maillot algérien.

Ainsi d’Habib Belaïd, par exemple, Français de naissance (il est né en 1986 à Bobigny), Tunisien par son père et Algérien par sa mère, qui a hésité entre le maillot… tunisien et le maillot algérien. Belaïd a expliqué en avril au quotidien sportif algérien Planète Sport : « Personnellement, j’ai porté les couleurs des sélections jeunes françaises et ce, jusqu’aux espoirs. Malgré cela, je ne ressens aucun lien envers ces équipes. Je suis persuadé qu’après tout, à leurs yeux, on reste des Arabes. En rejoignant les sélections de leur pays d’origine, les joueurs dont vous parlez sont en train de répondre à l’appel du cœur. »

Minute cite d’autres exemples, dont celui de Carl Medjani, un Franco-Algérien né à Lyon, pour qui l’annonce de sa sélection dans l’équipe nationale algérienne a été « le plus beau jour de [sa] vie ». « Seul petit problème, évoqué par la presse algérienne, raconte l’hebdomadaire, son… prénom. Carl, n’est-ce pas un handicap pour une bonne intégration ? (tel que…) Réponse de l’intéressé : “Je suis issu d’un mariage mixte. Mon père est Algérien et je crois que mon prénom ne pose aucun problème.“ Ouf. »

Le sélectionneur algérien, Rabah Saâdane, avait même songé un moment à appeler dans l’équipe le gardien de Clermont Foot, qui s’appelle… Mickaël Fabre. Son père répond en effet au nom de Mohamed Belkacem. Michaël, qui, comme beaucoup d’autres joueurs franco-algériens, n’a jamais mis les pieds en Algérie, a donc demandé vite fait un passeport. Hélas pour lui, Rabah Saâdane s’est ravisé et Michaël Fabre suivra la coupe du monde à la télévision. L’histoire ne dit pas de quelle équipe il sera le supporteur