Publié le 17 Mars 2016

Communiqué de presse de Sophie Robert, Charles Perrot, Isabelle Surply et Gabriel de Peyrecave, conseillers régionaux FN

Faisant feu de tout bois, le nouveau Président de région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, vient de faire figurer dans les orientations budgétaires 2016 de la nouvelle collectivité régionale, le soutien financier à la construction de l’A45 pour la bagatelle de 100 millions d’euros. Cette annonce prématurée est politiquement inacceptable pour trois principales raisons :

  • Tout projet structurant déclaré d’utilité publique doit être financé par l’Etat et non par les collectivités locales, comme cela a été le cas concernant l’A89. A fortiori quand le montant prévisionnel de la subvention d’équilibre versée au concessionnaire, risque d’atteindre les 1.2 milliard d’euros au lieu des 845 millions annoncés, soit près de 70.4% du plan de financement constitué d’aides publiques au profit direct d’un concessionnaire privé. Pas un euro ne doit pris dans la poche des contribuables locaux !
  • Aucune étude économique ne démontre que les effets positifs induits de la fluidification du trafic routier, seraient supérieurs aux conséquences désastreuses de la disparition immédiate de près de 500 hectares de terres agricoles et d’espaces naturels. La construction de l’A45 menacerait tout simplement de disparition un des poumons verts de la métropole lyonnaise. C’est la ruralité qui est attaquée !
  • Le tracé figurant dans la déclaration d’utilité publique ne fait que reporter le goulot d’étranglement dans le couloir de la chimie, à hauteur de Pierre Bénite. L’augmentation certaine du trafic qui en résultera aura des conséquences désastreuses sur la portion de l’A7 qui traverse Lyon par le tunnel de Fourvière. C’est la sécurité et la santé des lyonnais est menacée !

Fort de ce triste constat, les conseillers régionaux du Front National mèneront une campagne d’information et de mobilisation des populations concernées pour obtenir du conseil régional Auvergne Rhône-Alpes, un retrait pur et simple de sa participation financière au projet de l’A45. Il est encore temps !

Publié le 16 Mars 2016

Communiqué de Sophie ROBERT, secrétaire départementale de la Loire, élue FN à la Région

Comme chaque année, je ne participerai pas aux commémorations du 19 mars 1962 à Feurs, pour ne pas porter atteinte à la mémoire des anciens combattants Français, harkis et rapatriés de la guerre d’Algérie. "On peut choisir n'importe quelle date sauf le 19 mars" avait pourtant averti François Mitterrand le 24 septembre 1981.

Cette date n’est pas celle de la paix, mais celle du déchaînement de la violence et d’un génocide. Après cette date, plusieurs centaines de soldats et plusieurs milliers de civils français et musulmans ont été enlevés et assassinés ou ont disparu, et 150.000 Harkis ont été sauvagement torturés ou mis à mort par le FLN socialiste et ses complices dans les semaines qui ont suivi le soi-disant cessez-le-feu.

Comme le reconnaîtra l’ancien leader FLN Hocine Aït Ahmed «...Il y a eu envers les pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens. »

Commémorer le 19 mars 1962 constitue une insulte pour tous, militaires, harkis, et civils de toutes origines et de toutes religions tombés pour la France avant et après cette date.

Le 19 mars 1962 est la conséquence directe de la défaite politique négociée, acceptée et assumée par le gouvernement gaulliste de cette époque ! Il est pour de nombreux français la marque d’un abandon et d’une tragédie qui aura couté la vie à des milliers de civils innocents.

Publié le 16 Mars 2016

Ecoutez l'intervention d'Abdellah Laïadi, le premier adjoint au maire de Régny :

"on a tout mis en place pour les accueillir (...) dans des appartements meublés."

"on a quand même eu une famille arrivée en début d'année (..) qui se sont installés dans un des appartements, malheureusement le lieu de ne leur plaisait pas, la campagne".

Voilà, quel aveu ! Tout ce que le FN de la Loire vous dit depuis le début s'avère vrai, et tout ce petit monde essaie de se convaincre que tout va bien !

Hallucinant.

Publié le 16 Mars 2016

Collectif Racine dans la Loire : rejoignez-nous !

Lundi 14 mars, notre Collectif Racine de la Loire s'est réuni pour la première fois à la permanence de Saint-Etienne.

(lien: http://www.collectifracine.fr/)

Ce collectif se fixe comme objectif un vrai travail de préparation du programme des Présidentielles 2016, ainsi qu'un travail de recherches, d' information et de sensibilisation au niveau local sur les thèmes de l’enseignement et de la formation.

Rassemblant des professionnels dans le domaine de l'éducation, il s'enrichit maintenant des parents d’élèves!

N'hésitez pas à nous rejoindre !

Raphaëlle JEANSON

Publié le 15 Mars 2016

Visite officielle de vos élues FN à Saint-Thurin, ici avec Monsieur Patard, le Maire de la Commune.

Visite officielle de vos élues FN à Saint-Thurin, ici avec Monsieur Patard, le Maire de la Commune.

Communiqué de Sophie ROBERT, élue FN à la Région et Secrétaire départementale de la Loire

Migrants de la Loire : sur quelle épaule le singe va-t-il sauter ?

Saint-Thurin est une commune rurale de la Loire de 188 âmes à qui la Préfecture va imposer 100 migrants contre l'avis de la population. Ces clandestins logeront dans un bâtiment accueillant aujourd'hui moins d'une trentaine d’enfants porteurs de handicap, et ces derniers seront déménagés à Montrond-les-Bains. (Ils seront également, nourris, logés, blanchis, véhiculés et payés.) Seulement voilà, l'immeuble devant accueillir ces enfants n'est pas encore sorti de terre...

La Préfecture a donc annoncé très récemment par voie de presse le report de l'accueil en 2018.

Les élues FN, Sophie ROBERT, Isabelle SURPLY et Michèle AGRAFEIL accompagnées de militants, sont allés samedi dernier (12/03/16) à la rencontre des habitants pour leur proposer leur aide et leur montrer leur soutien, quant à l'arrivée de ces migrants dont le ratio pour une si petite commune, dépourvue de toute commodité, est une aberration. Le Maire de Saint-Thurin (photo ci-jointe) a accepté de nous recevoir afin de parler de ce dossier qui préoccupe grandement les habitants.

Mais au fil de la discussion, et au regard des informations que nous a livrées le Maire de Saint-Thurin, il nous paraît évident que les clandestins ne viendront jamais en 2018, mais seront ailleurs bien plus tôt. Car ces 100 migrants dont nous parlons viennent en partie de Boën, dont le Maire avait promis à ses électeurs de se débarrasser : promesse de campagne municipale. Et le temps presse, Monsieur Rochette a promis, Monsieur Rochette est donc pressé. Alors 2018 : c'est trop tard.

En tant qu'élus, nous souhaitons donc officiellement alerter la population de toutes les communes limitrophes de Boën car personne ne sait "sur quelle épaule le singe va sauter", autrement dit : à qui la préfecture va refiler la patate chaude ?

Dans tous les cas, nous dénonçons les conditions dans lesquelles ces clandestins seront et sont déjà imposés aux ligériens : la loi n'est jamais appliquée (déboutés de droit d'asile non-expulsés) les ratios sont délirants (100 migrants pour 188 habitants) les associations qui les aident sont douteuses (Asso Pierre VALDO) et l'amateurisme de cet accueil est franchement inadmissible.

Si Monsieur Rochette ne sait pas quoi faire de ces "migrants d'élections", il peut téléphoner à Régis JUANICO ou Yohann CESA car pour eux, l'accueil, c'est OUI !

Publié le 15 Mars 2016

Publié le 15 Mars 2016

Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier
Photos : Rassemblement suite aux profanations de Rive de Gier

// REPORTAGE DE L'EQUIPE FN42 PRESENTE SUR PLACE //

Lundi 14 mars à 18h30 a eu lieu le rassemblement en réaction à la profanation du monument aux morts de Rive de Gier. Beaucoup de monde, dont nos élus régionaux Gabriel de PEYRECAVE et isabelle SURPLY ainsi que Franck DESCOURS conseiller municipal de Saint-Chamond et plusieurs militants de la Loire venus se recueillir sur la tombe de nos morts, pour rendre hommage à leur courage et réparer l'infâmie.


L'ambiance était vraiment tendue : Préfet hué, population exaspérée, bande de jeunes cherchant à en découdre, bref, si nos morts on été honorés, les politiques en place, eux, (Le Maire de Rive de Gier, le Prefet, le Pdt du CG...etc.) ont été malmenés par les ripégériens qui n'en peuvent plus. D'ailleurs, ces messieurs sont vite partis, et PERSONNE n'a parlé de la fermeture du commissariat de Rive de Gier.
"La justice sera faite", a déclaré le préfet. Voilà ce qui a déclenché les huées. Les français n'y croient plus, car cette droite qui a ouvert Schengen et supprimé des milliers de postes de force de l'ordre et cette gauche qui pratique un laxisme judiciaire électoral éhonté sont toutes deux entièrement responsables de cette situation, de cette insécurité et de ces effets.

"Il doivent s'adapter à nos us et coutumes", déclare le Maire de Rive de Gier, Jean-Claude CHARVIN. Des mots, des mots, encore des mots tout droit sortis du discours FN mais jamais d'acte corrélés par la suite.

Les élus FN ont pu rencontrer et échanger avec de nombreux ripagériens, tous s'accordent à dire qu'il faut que ça change, et beaucoup commencent à constater que seul le Front National tient la route.

Publié le 15 Mars 2016

Publié le 14 Mars 2016

N'ayons pas peur des mots : le Front National et son inexorable progression représentent un réel levier de changement en europe. Nous avons ouvert la voie il y a maintenant plus de 40 ans et nous nous réjouissons que d'autres marchent dans nos pas. Oui la politique européenne migratoire, économique et sociale menée est l'unique responsable de cette gifle électorale, les Allemands ont eu raison de ce bon coup de pied dans les urnes. Nous souhaitons l'amplification de cette contestation électorale ! En avant !