Publié le 10 Février 2010

Dans son rapport public annuel, la Cour des Comptes dénonce les nominations d’inspecteur d’académie sans mission à Paris. Des nominations purement «politiques» pour des postes sans mission, payés environ 4 500 euros par mois, et laissant leurs titulaires libres d’exercer diverses occupations privées ou politiques, voire des activités de conseil elles-mêmes rémunérées.

La Cour des comptes s’émeut d’une exception parisienne parmi le corps des inspecteurs de l’Éducation nationale. Les inspecteurs de l’académie de Paris, créés en 1810, et longtemps au nombre de six à huit, ont vu leur effectif plus que tripler depuis les années 1990, alors même que, depuis quarante ans, la mission d’inspection des établissements scolaires de l’académie de Paris est dévolue aux IA-IPR, les inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux.

Nommés par le président de la République, le premier ministre, le ministre de l’Éducation nationale ou encore d’autres ministres, ces inspecteurs n’ont besoin d’aucun diplôme ni d’aucune expérience dans le domaine de l’éducation ou de la formation, ce qui n’est pas vraiment dommageable puisqu’ils n’inspectent personne.

Sur les vingt-deux inspecteurs de l’académie de Paris, certains ont donc déclaré à l’institution de la rue Cambon la rédaction de deux rapports en huit ans, ou la participation à quelques notes de synthèses. D’autres ont déploré l’absence d’ordre de mission, due au fait que le recteur de l’académie de Paris, qui n’a pas recruté ces personnels, ne saurait leur trouver une utilité.

Un décret du 26 octobre 2009 doit mettre fin à cette anomalie administrative, ce «secret de famille» du rectorat de Paris, en imposant l’intégration par concours de ces inspecteurs au corps des IA-IPR. Un concours qui «ne doit pas être une simple formalité», réclame la Cour des comptes.

Source : Le Figaro

Publié le 9 Février 2010

"Entre le premier semestre 2008 et le premier semestre 2009, les dépenses de la Présidence de la République ont augmenté de 60 %!"

Source : le salon beige Michel Janva

Publié le 8 Février 2010

Il n'y a pas que le président algérien Bouteflika pour venir se faire soigner à l'oeil en France.
Dans une revue de presse du mois dernier :
 " Le 30 septembre 1956, une bombe explosait au "Milk Bar" d'Alger, faisant 6 morts et de nombreux blessés dont des enfants. Celle qui avait posé la bombe, Djamila Bouhired, fut arrêtée et condamnée à mort, puis graciée par le président René Coty à la suite d'une campagne internationale de soutien, relayée par Moscou.
Agée de 75 ans, Djamila Bouhired est arrivée il y a quelques jours à Paris afin de s'y faire soigner. Elle loge au George V, l'un des palaces les plus somptueux de la capitale et est
prise en charge par la Caisse nationale d'action sociale".

Publié le 7 Février 2010

Quelques chiffres........et questions ?

 

En trente ans, l'agriculture a diminué de 30 % les volumes d'engrais qu'elle utilise et de 40% les quantités de produits de protection des plantes.......

Qui d'entre nous a réduit d'autant sa consommation de médicaments ?

Sommes-nous prêts à consommer des pommes difformes, pleines de vers et ne se conservant que 8 jours ?

Sommes-nous prêts à consommer du pain issu de farine contenant des micotoxines (champignon cancérigène), c'est à dire avec des cultures non protégées par des fongicides et mettre en danger notre santé ?

Qu'a fait l'agriculture depuis les années 1950, sinon répondre à notre demande de consommateur de vouloir manger à sa faim et le moins cher possible ?

Sommes-nous prêts à faire passer notre budget alimentaire familial de 20% du budget global à 40% ? Qui d'entre-nous est prêt à ne plus aller au supermarché pour ne plus s'approvisionner que directement auprès d'un producteur(bio, s'il le faut !).

Combien de morts directement liés à notre alimentation pouvons-nous recenser depuis 50 ans ? Notre espérance de vie n'augmente-t-elle pas chaque année ?

Laisserons-nous travailler les chercheurs en France, pour qu'ils aident l'agriculture à trouver les plantes et les méthodes qui leur permettront de nourrir les populations le plus sainement possible ?

 

Qui se préoccupe réellement des pollutions engendrées par les industries automobile, informatique, chimique......?

Qui est prêt à laver son linge avec du savon de Marseille pour ne pas rejeter de phosphate dans la nature ?

Sommes-nous prêts à renoncer à aller aux sports d'hiver quand on arrêtera de saler les routes ? Qui a fait des études sur l'impact des milliers de tonnes de sel qui se déversent quotidiennement dans nos rivières et nos fleuves ?

 

LES PAYSANS ONT FAÇONNE LE PAYSAGE FRANÇAIS DEPUIS DES MILLÉNAIRES EN RESPECTANT LA NATURE, EN LA DOMPTANT.  ILS SONT LES PREMIERS ÉCOLOGISTES (au sens noble du terme). ILS N'ONT AUCUNE LEÇON A RECEVOIR DES PRETENDUS ECOLO-BIO-GAUCHO ILS SE SONT EN PERMANENCE ADAPTES AUX CONTRAINTES FIXÉES PAR DES CITADINS, DES TECHNOCRATES ET DES EUROMANIAQUES. L'AGRICULTURE EST LE SECTEUR QUI A FAIT LE PLUS DE PROGRÈS EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT DURANT LES VINGT DERNIÈRES ANNÉES.......

 

Cessons de stigmatiser en permanence notre agriculture et méfions-nous des "pollutions" autrement plus dangereuses que sont celles des esprits.....Ne nous laissons pas entrainer par cette vague verte écolo qui n'est rien d'autre qu'un communisme dont la façade s'est teintée de vert et aussi dévastateur que ne l'a été cette idéologie.......Ne nous laissons pas entrainer dans le travers où voudrait nous mener certains :

celui de la décroissance qui poussée à l'extrême pourrait amener certains à croire à un risque de surpopulation mondiale et nous amener à des extrémités auxquelles je n'ose même pas penser........

Publié le 7 Février 2010

Mercredi matin, les sénateurs de la commission des lois ont purement et simplement SUPPRIMÉ les principales mesures du gouvernement contre la récidive, déjà votées par l’Assemblée nationale.

Pour lire la suite Les sénateurs défient les citoyens en refusant de lutter contre la récidive criminelle : l'Institut pour la justice nous informe ...

Publié le 5 Février 2010



Images octobre 2002 - Noter la mise au point de la jeune professeur, fort révélatrice du climat politique en France : “Je défends l’autorité, l’ordre, la beauté, la rigueur… mais je ne suis pas fasciste.”
Source F. desouche

Publié le 5 Février 2010

Madame Bachelot vient d’annoncer encore plus de moyens pour l’avortement… Trop, c’est trop ! En France, le taux de recours à l’avortement est deux fois supérieur à celui de l’Allemagne. Il augmente fortement chez les mineures. Et voilà que Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, veut céder aux nouvelles revendications du Mouvement Français pour le Planning familial. Il est temps d’aider les femmes à éviter l’avortement.

Signez et faites signer l’Appel : http://www.auxlarmescitoyennes.org/ afin de

  • faire modifier le livret officiel d’information remis aux femmes enceintes en difficulté. Au lieu de prôner l’IVG comme l’issue évidente de leur grossesse, il doit intégrer : - le détail des aides permettant aux femmes d’éviter le recours à l’avortement ; - un avertissement honnête sur les répercussions psychologiques de l’avortement.
  • lancer des campagnes gouvernementales pour promouvoir les droits des femmes enceintes, notamment en matière d’emploi et de protection face à toute violence ou pression économique, conjugale ou familiale.
Source : le salon beige Michel Janva

Publié le 5 Février 2010

Elections régionales : établissement des procurations au commissariat

 

Pour le scrutin régional des 14 et 21 mars, les procurations peuvent être établies au commissariat de Roanne, de préférence du lundi au vendredi de 8 à 12 heures et de 14 à 18 heures. Le mandant doit se rendre au commissariat avec une pièce d'identité et indiquer le nom et l'adresse de la personne qui votera pour lui. Laquelle doit impérativement voter dans la même commune que lui.

Pour les personnes ne pouvant se déplacer, elles doivent faire établir un certificat médical attestant de leur incapacité puis téléphoner au commissariat. Un rendez-vous sera pris afin qu'un délégué se rende à leur domicile.
Le progrès 5/02/10


Voir notre article "Pour tout savoir sur la procuration",
nous pouvons vous aider à trouver un mandataire qui votera pour vous

Publié le 4 Février 2010

La loi sur le droit au logement opposable est «discriminatoire», selon la Halde. En cause : un décret de septembre 2008, complétant la loi Dalo du 5 mars 2007, et imposant des conditions de résidence pour les étrangers non communautaires pour invoquer le droit au logement. La loi Dalo impose en effet à l'Etat l'obligation de loger «toute personne résidant sur le territoire français de façon régulière» qui n'est pas en mesure d'accéder à «un logement décent et indépendant» par ses propres moyens ou de s'y maintenir. Pour les ressortissants de l'Union européenne, la loi Dalo s'applique dans les mêmes conditions que pour les nationaux. En revanche, pour les étrangers non communautaires, le décret ajoute des conditions: soit être titulaire d'une carte de résident ou équivalent (réfugiés, personnes justifiant d'une résidence continue et régulière d'au moins 5 ans en France, etc.), soit justifier d'au moins deux années de résidence ininterrompue en France sous couvert de certains titres de séjour, renouvelés au moins deux fois.

Le Dalo ne s'applique donc pas aux immigrés clandestins, et pour cause : ils sont hors-la-loi. Mais pour la Halde, c'est discriminatoire. Si le gouvernement suit la Halde, alors la France devra pouvoir être potentiellement capable de loger 6 milliards d'habitants. Et oui.

Source le Salon beige Michel Janva

Publié le 3 Février 2010


Ce qu’elle nous dit sous sa burqa… Version imprimable Suggérer par mail


Ma tête est dans un sac, comme celui dont on couvre lors des exécutions publiques le visage des pendus et des fusillés. Il porte la couleur du deuil et descend jusqu’aux pieds. Vous me croyez dans un cercueil, mais c’est le vôtre que je promène ainsi sous vos yeux. Oui, c’est vous – et non moi-même – que ma tenue veut juger !
Je vous refuse mon visage, comme les encagoulés du Ku-Klux-Klan, parce que je hais votre histoire, votre culture, votre légèreté, vos mœurs, et que je viens vous annoncer sans paroles votre propre condamnation.

Je vous refuse ma silouhette, ma personnalité, ma féminité, ma conversation, comme je les refuse aussi aux musulmans de ma banlieue qui sont en train de s’écarter de l’Islam véritable en adoptant votre incroyance et vos modes de vie.

Nous ne serions que deux mille en France ? Les compagnons du Prophète étaient moins de deux cents. Vous allez interdire le voile intégral dans les transports et les services publics ? Nous serons demain dix fois plus nombreuses dans la rue à le revendiquer.

Ma burqa vous dit une chose que vous ne pouvez guère comprendre, parce que vous ne croyez plus à rien qui soit susceptible de mériter le sacrifice de votre propre vie. Elle vous dit que nous ne cèderons jamais. Elle vous dit que le gouvernement français se trompe en voulant nous imposer des règles de vie sociale et des valeurs “démocratiques” que nous vomissons. Une loi civile ne pourra jamais désarmer notre soumission intégrale à la volonté d’Allah.

Ma burqa ne sert pas chez vous à transporter des explosifs, comme ceux qui viennent de faire justice aux mécréants chiites de Bagdad. Mais croyez bien que nous saurons, le jour venu, nous transformer en bombes vivantes pour le triomphe de la Vraie Foi !”

Asmâ Allah Akbar

NOTA BENE. – Asmâ Allah Akbar est le prototype de la jeune française convertie à l'islam salafiste, qui prêche la guerre sainte contre les juifs, les chrétiens, les agnostiques et même les musulmans "modérés". Son témoignage de haine et de mort suffirait à justifier l'interdiction totale de la burqa sur tout le territoire de la République. Mais il n'est pas de ceux que retiennent les médias. C'est pourquoi il nous a paru important que le site des chercheurs de sens vienne le verser au débat. – Hugues Kéraly
Source sed Contra

Publié le 2 Février 2010

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) présente dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, une candidate voilée, Ilham Moussaïd, une «image de notre intégration dans les quartiers».

Vendredi dernier, gare d’Argenteuil (Val-d’Oise). Olivier Besancenot effectue son premier déplacement de campagne en Ile-de-France, où il mène la liste NPA. À la veille du premier anniversaire du Nouveau Parti anticapitaliste, fondé le 7 février 2009 sur les cendres de la LCR, le porte-parole du parti trotskiste défend un projet tout à fait révolutionnaire : permettre à une femme voilée de représenter le NPA.

Sans ciller, il affirme qu’une femme peut être « féministe, laïque et voilée ». Et encore qu’une femme voilée, «c’est l’image de notre intégration dans les quartiers». Il confirme que le NPA présente – sur la liste du Vaucluse, en région Paca – une jeune candidate qui porte le voile : Ilham Moussaïd, étudiante et trésorière départementale de son parti, membre du «comité populaire» à Avignon.

Sur le quai, des jeunes de retour du lycée l’interpellent : «Le Coran ! C’est Besancenot ! Hé vas-y Olivier, on est derrière toi !» Le facteur de Neuilly-sur-Seine a pris pied dans les quartiers populaires de banlieue où se concentrent les populations issues de l’immigration et qui sont devenues «un désert associatif, syndical et politique». Résultat, des femmes voilées militent au NPA et ont intégré les comités de base, jusqu’à donc le représenter aux prochaines échéances de mars. Autre signe assumé : les plateaux-repas servis à l’heure de la rupture du jeûne pour les participants attachés au ramadan, lors de la dernière université d’été du parti à Port Leucate (Aude).

Porte-voix en main, Besancenot tonne contre le débat sur l’identité nationale qui «stigmatise une communauté», et le NPA, qui vient de se réunir en conseil politique national, a dénoncé la loi contre la burqa, «islamophobe et liberticide». Pour autant, cette candidature risque de provoquer de sérieuses ruptures au sein du parti trotskiste, à l’image de celles constatées en 2007 au Danemark dans la coalition rouge-verte lorsqu’une jeune femme voilée s’était présentée aux législatives. Omar Slaouti, chargé des «quartiers» au NPA, assure que la démarche d’Ilham «n’est en rien communautariste» mais renvoie juste l’image «de ceux qui subissent la crise dans les quartiers sensibles».

En août à Port Leucate, Anne Leclerc, membre du comité exécutif du NPA, chargée des droits des femmes, s’était accrochée avec Abdel, un militant d’Avignon au verbe haut, proche de Besancenot, pour ses propos machistes. La candidature d’Ilham la met mal à l’aise. Elle ne «commente pas un choix validé localement», mais promet que «les valeurs féministes» brandies dans toute l’histoire de la LCR «ne seront pas dissoutes» au sein du NPA. D’autres s’inquiètent de certains arguments qui circulent, tels ceux de l’altermondialiste Raoul Marc Jennar, militant NPA qui fut, en 2007, un porte-parole de José Bové à l’élection présidentielle. Celui-ci estime qu’Ilham est une «courageuse révélatrice d’un débat essentiel» et affirme : «C’est le rôle des Églises qu’il faut combattre, pas les croyances individuelles.» Après les régionales, le NPA va lancer un débat national autour de «la religion, l’émancipation et la liberté». Il durera jusqu’au congrès prévu en novembre et promet d’être agité.
Source : Le Figaro