Publié le 23 Mars 2010


Le Front National en Rhône-Alpes a obtenu au 2ème tour  des élections régionales 15,23 %  des suffrages (= 298 281 voix). Cela correspond à 17 sièges :

Rhône : Bruno Gollnisch, Anne Sigriste, Christophe Boudot, Liliane Boury.


Loire
: Charles Perrot, Sophie Robert, Gabriel de Peyrecave.


Isère
: Maurice Faurobert, Mireille d’Ornano, Alexandre Gabriac.

Haute-Savoie : Dominique Martin, Marie Favre.

Savoie : Jacques Vassieux.

Drôme : Joël Cheval.

Ardèche : Chr istian Grangis.

Ain : Olivier Wyssa, Nicole de Lacheisserie.


Un grand MERCI à tous les électeurs et militants du FN.

Publié le 12 Mars 2010


Bruno GOLLNISCH sur RFI Mercredi 10 mars, Bruno GOLLNISCH, Vice-Président exécutif du FN et tête de liste aux élections régionales en Rhône-Alpes, était l’invité du matin de RFI.

Publié le 10 Mars 2010

 AFFICHE DU FRONT NATIONAL DE LA JEUNESSE :

LA PRETENTION DU GOUVERNEMENT ALGERIEN

 

 

L’intervention du gouvernement  algérien dans la campagne politique française, sommant le gouvernement français d’interdire l’affiche du Front National de la jeunesse est proprement stupéfiante.

 

Ce n’est tout de même pas, on l’espère, le slogan « Non à l’Islamisme » qui choque ce gouvernement : quand les islamistes avaient gagné le 1er tour des premières élections libres du pays fin 1991, il les avait carrément mis en prison, et annulé le deuxième tour, sans parler de la guerre civile sanglante qui s’en suivit !

 

S’indigne-t-il de l’utilisation d’éléments de son drapeau frappant une carte de France ? Mais c’est le tee-shirt fièrement arboré par de jeunes originaires de ce pays dans les rues de Marseille ! Que dirait-il si en Algérie, on arborait un vêtement  aux frontières de l’Algérie frappées du drapeau français ?

Le gouvernement  algérien était plus discret lorsque une foule de ses amis a décroché le drapeau français du fronton de la mairie de Toulouse pour le brûler et y substituer le sien.

 

La vérité, c’est qu’un nombre croissant de Français en ont assez que certains de leurs hôtes, étrangers ou Français de papier, prétendent vivre selon leur loi, puis les imposer au voisinage, comme c’est le cas dans des endroits qui vont aujourd’hui du fast-food  à la piscine, en passant par les hôpitaux, et bien d’autres encore.

 

Dans le domaine international comme dans d’autres, la réciprocité est la condition de relations harmonieuses. L’Algérie est indépendante de la France. Elle doit admettre que la France entend rester indépendante de l’Algérie. C’est bien le moins.

 

Bruno GOLLNISCH

Vice-Président exécutif

Chargé des Affaires Internationales

Publié le 9 Mars 2010


Un troupeau de 70 cochons mécontents a envahi le Quick Halal de Villeurbanne ce Dimanche matin. Ils entendaient protester contre la décision de supprimer les hamburgers au bacon et contre la nouvelle offre de Quick qui ne propose désormais que du halal à sa clientèle. En effet, il est inacceptable qu’une chaîne de “restaurants” qui appartient en grande partie à la Caisse des Dépôts et Consignations, c’est à dire à l’État français, participe à l’exclusion et à la ségrégation des Français dans leur propre pays.

Un État qui contribue donc au développement sur notre territoire du rite d’abattage musulman qui, rappelons-le, interdit d’étourdir les bêtes lors de leur égorgement provoquant ainsi une souffrance inadmissible et inutile chez l’animal. D’autant plus que, pour ce faire, Quick paie la taxe islamique sur la certification des produits Halal dont, il est notoire qu’elle sert à financer le prosélytisme islamique. Et tout cela alors qu’on ne sert plus de porc dans un nombre croissant de cantines scolaires et qu’on interdit à l’association Solidarité des Français de distribuer de la soupe au cochon à des nécessiteux…

Le troupeau a ensuite quitté l’établissement en chanson et n’hésitera pas à revenir manifester son mécontentement porcin si Quick ne renonce pas à l’islamisation gastronomique de notre pays.

Source : les jeunes identitaires lyonnais

Publié le 7 Mars 2010


Jean François Copé et l'apprentissage de la langue Arabe

- Des élus PS exigent la généralisation de l'arabe en 1ère langue dès le collège, arguant que cette langue est devenue "incontournable" ... et pour cause !
Monsieur Copé nous donne son avis sur le sujet : A VOIR !!!

Publié le 7 Mars 2010

Deuxième visite dans la Loire pour Bruno Gollnish, hier à Saint-Galmier aux côtés de Charles Perrot, pour présenter la liste du Front National / Charly Jurine 
 Pour sa deuxième visite dans la Loire, hier à Saint-Galmier, Bruno Gollnish, qui conduit la liste du FN en Rhône-Alpes, arborait un très large sourire, aux côtés de Charles Perrot et de ses colistiers. Un sourire qui en dit long sur leurs espoirs d'être au second tour de cette élection, « face à l'UMPS, le seul parti qui dirige la région Rhône-Alpes ». Et si les candidats FN ont le sourire, c'est parce que sur le terrain, les retours de campagne sont bons. C'est tout au moins ce qu'a constaté ces derniers jours Charles Perrot : « Quand les gens nous voient sur les marchés, dans la rue, ils voient des gens comme eux, vachement bien et ça, ça les rassure. Et ils comprennent que tout le mal qu'on dit sur le Front national, c'est faux… » Jamais le FN n'avait été aussi décomplexé. À commencer par Bruno Gollnish, qui affichait clairement hier qu'il n'aurait aucun mal à constituer un exécutif avec les élus qui sont à ses côtés, « des hommes et des femmes attachés aux valeurs françaises ». Car si jusqu'à présent, figurer sur une liste du FN était « une preuve de courage », tout cela c'est du passé, estime Charles Perrot, qui trouve aussi que les électeurs se sont décomplexés : « Des électeurs qui n'hésitent plus à dire qu'ils votent FN pour défendre la France ».

Hier, les deux leaders ont à nouveau montré du doigt l'UMP et le PS : « adversaires pendant la campagne électorale, ils sont complices à la Région, où ils votent ensemble 95 % des dépenses. Seul le Front National s'oppose à ce manège insupportable des élus socialistes et de leurs clones de l'UMP », explique Bruno Gollnish, qui veut favoriser les PME et les très petites entreprises, « les seules qui créent véritablement les emplois dont nous avons besoin », en leur versant 10 000 à chaque embauche nouvelle en contrat à durée indéterminée. « Il vaut mieux donner de l'argent à ceux qui travaillent plutôt que d'être au chômage », estime Bruno Gollnish. A une semaine du scrutin, Charles Perrot lance un appel aux mécontents, à ceux qui seraient tentés de ne pas aller voter : « s'abstenir est une erreur, ce serait faire le jeu du système. »

Frédéric Paillas
leprogres.fr le 07/03/2010

Publié le 3 Mars 2010

Lundi, un meeting du Front de Gauche se tenait à la Mutualité.
Le même soir, des autocollants et une affiche du Front de Gauche et du PCF ont été collés sur la façade et le portail de l’église Saint Nicolas du Chardonnet.

Le ministre de l'Intérieur se rendra-t-il sur les lieux ?

Publié le 3 Mars 2010

Il précise que le célèbre GIEC entretient 2.000 chercheurs sur le climat, que la France figure parmi les principaux contributeurs – n’a-t-elle pas l’habitude d’un tel comportement ? –, mais que la Grande-Bretagne ne donne plus un seul euro depuis trois ans.


Rappelons l’information du Canard Enchainé ( 9 décembre 2009), selon laquelle M. Nicolas Sarkozy s’était livré à une « envolée le 7 décembre devant des conseillers : « On va à Copenhague pour gagner. C’est un tournant pour le monde. On fait de l’historique (sic). Dans un siècle, on se souviendra de ce sommet et dans les livres d’histoire, on dira que la France a joué un grand rôle ».


La France emprunte pour prêter :


Hélas, oui ! Deux exemples : premièrement, nos dirigeants continuent de chercher à présenter habilement la « taxe carbone », une taxe bien française qu’ils ne pourront imposer ni à nos voisins, ni à la Chine, ni aux Etats-Unis, mais si facilement à leurs contribuables, alors qu’est annoncée pour le 1er avril une hausse de 9% du gaz.


Deuxièmement, la France emprunte, et va encore emprunter des milliards d’euros, dont le premier emploi consistera à prêter une partie de cet argent. L’Agence Pour le Développement, l’APD, agence française, dont nous vous avons déjà décrit la générosité, prête 185 millions d’euros au Mexique « pour lutter contre le changement climatique » (Le Figaro du 15 février 2010).

Ce prêt, signé à l'occasion de la visite au Mexique du Directeur Général de l'AFD, Jean-Michel Severino, vise à soutenir la politique du pays en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, « traduite par la publication d'une Stratégie nationale de changement climatique et l'élaboration d'un Programme Spécial pour le Changement Climatique 2009-2012 (PECC) ».

Source : extrait des 4 vérités hebdo

Publié le 3 Mars 2010

Rapport sur l'avortement en Europe 

L'Institut de Politique familiale (IPF) a présenté le 2 mars 2010 un rapport intitulé "L'avortement en Europe et en Espagne" au Parlement européen. 2,9 millions d'avortements ont été pratiqués en 2008 en Europe, c'est-à-dire 1 avortement pratiqué toutes les 11 secondes, soit 7.846 avortements par jour.


Selon Eduardo Hertfelder, président de la Fédération internationale de l'IPF, "l'avortement est devenu la principale cause de mortalité en Europe, et présente des effets sociaux et démographiques dramatiquement constatables". Le rapport note que l'Espagne est le pays de l'Union européenne des 27 où la hausse du nombre d'avortements a été la plus importante durant les dix dernières années, et où "deux adolescentes avortent toutes les heures".

Considérant que l'avortement représente une violence faite à la femme, l'IPF émet plusieurs propositions pour "favoriser la mise en oeuvre de politiques publiques qui garantissent le droit de l'enfant dans la période prénatale et le droit de la femme à la maternité en supprimant les obstacles qui les entravent".  Parmi ces propositions, on peut noter entre autres : la "réunion d'un Conseil extraordinaire des Ministres chargés de la famille, qui analyse la problématique de la natalité et ses conséquences sur le vieillissement de la population et l'hiver démographique en Europe et en Espagne"; la promotion d'un "accord des pays de l'UE sur la mise en oeuvre d'une aide directe universelle à la grossesse de  1.125 euros"; un "programme spécifique d'aide à l'adolescente enceinte pour faire face aux problèmes particuliers posés par une grossesse à cet âge sans défense"; la "création de centres d'aide, de soins et de conseils à la femme enceinte qui aident toutes les femmes, mariées ou célibataires, à avoir leurs enfants"; ou encore la réduction de 50% de la TVA sur une série de produits de base d'hygiène infantile.