Publié le 23 Avril 2012

DU ROANNAIS AU GIER, L’EMPREINTE DE MARINE LE PEN DANS LES ZONES RURALES

Du Roannais au Gier, l’empreinte de Marine Le Pen dans les zones ruralesFront national. Si la candidate frontiste ne fait pas aussi bien que son père en 2002, une vague bleu marine s’est abattue sur les communes rurales de la Loire, où Marine Le Pen enregistre des suffrages de plus de 30 %.

«Tiens tout a changé ce matin. Je n’y comprends rien. C’est la fête, c’est la fête ». Ces paroles de Michel Fugain, les frontistes les ont sans doute entonnées, hier, soir. Dans leur QG stéphanois, les militants montent leur sono d’un ton. Pas pour écouter les interventions de Marine Le Pen sur les plateaux télé mais pour fêter les très beaux scores de leur candidate qui décroche la très convoitée troisième place de cette présidentielle avec entre 17 et 18 % des voix. Cette marche sur le podium, la candidate l’obtient aussi dans la Loire où elle culmine, même à

21,55 %. Elle fait donc encore plus fort, ici, qu’ailleurs. Pourtant si elle enregistre peu ou prou les mêmes résultats que son père en 2002 (21,67 %), elle demeure au troisième rang du classement départemental.

Alors que Jean-Marie Le Pen caracolait largement en tête.

En revanche, sur certaines zones de la Loire, notamment rurales, voire très rurales, on découvre que Marine Le Pen arrive largement en tête. Et même très largement. C’est Combre qui affiche le record de voix pour le Front national. Cette petite commune du Roannais de 421 âmes a plébiscité le Front national à 37,02 %.

Loin d’être une exception. Dans nombre de villages du Forez, du Gier, du nord du département, Marine Le Pen se classe largement en tête. « Contrairement à ce que l’on dit ce ne sont donc pas les classes populaires qui votent pour elle, mais ceux qui ont peur de perdre quelque chose » analysaient, hier, deux observateurs politiques aux regards acérés. La sociologie de ces lecteurs, beaucoup vont tenter de la décrypter pendant

l’entre deux-tours.

Véronique Miot le progrès

Publié le 21 Avril 2012

http://www.entrepote.org/sitejoomla/index.php?option=com_content&view=article&id=380&catid=33

 

Nous prenons le temps de commenter la fielleuse réaction du site altermondialiste "Entrepote", petite association roannaise fort sympathique qui, par la plume d'un certain "Yvan", s'imagine sincèrement pouvoir "faire honte" aux courageux maires qui ont accepté de parrainer Marine Le Pen (sauvant ainsi un semblant de démocratie en France), en publiant ... la liste de ces maires.

L'extrême gauche : la délation dans le sang

Il existe bien des façons de se déshonorer et de se fourvoyer en politique : on peut par exemple s'habiller en rebelle anti-système (alter mondialiste), et n'être (sur le plan idéologique en tout cas) que le plan B ou la caution humaniste de ce même système (mondialiste); on peut se prétendre politiquement neutre dans le but plus ou moins conscient de percevoir des subventions publiques, alors que l'on se sait pertinemment être d'extrême gauche et que l'on se donne pour président un candidat des verts (qui deviendra mélenchiste quelques mois plus tard); on peut se déchainer contre le "système policier" et dénigrer les valeurs de sécurité et de tranquillité, puis se précipiter chez "les flics" lorsque votre local s'est fait cambrioler pour la 2èm ou 3èm fois ...
Mais la façon la plus sure de se couvrir de honte en politique, c'est probablement de publier des listes de gens au nom d'un désaccord d'idées, dans l'espoir mesquin, d'augmenter les déboires de gens qui ont échangés des risques contre un peu d'honneur.

L'honneur, ce métal rare, composé de courage et de bonté, qui oubli un instant les clivages, met de cotés les risques encouru, les punitions réservé par le système et décide de braver la bêtises des hommes.

Bêtise relayée, un premier Avril, par un site désolant de conformisme pro système, qui n'a pas vraiment compris en quoi consiste honte et courage ni leur vrai rôle dans le grand mécanisme de reproduction de l'imposture anti système.

Le peuple de France, vous dira ce Dimanche ce qu'il pense de vos idées et vous saurez que vous ne le représentez aucunement !

Honneur à ces maires !

Un adhérent ligérien

Publié le 20 Avril 2012

Au Parti Socialiste :

" La direction nationale du Parti Socialiste a engagé une procédure d'exclusion contre le maire d'un village de Haute-Garonne ayant accordé son parrainage à Marine Le Pen pour la présidentielle (...) On peut faire beaucoup de choses au nom de la démocratie mais je ne vois pas comment garder comme camarade un maire, Jacques Saint-Martin, apportant son parrainage à la candidate du Front national"

Et au MPF, avec ce communiqué de François Barrière, responsable du MPF Puy-de-Dôme :

"François Barrière Président du MPF du Puy-de-Dôme est très surpris d'apprendre par la presse le parrainage du secrétaire général du MPF Patrick LOUIS à la candidature de Marine Le Pen.
Pour lever toute ambiguïté, le Mouvement Pour la France (de Philippe de Villiers) du Puy-de-Dôme annonce qu’il apporte dès le premier tour son soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle (...)"

Pourtant, Patrick Louis avait expliqué sa démarche d'élu, et non de membre d'un parti, de manière très claire :

"Trois jours avant le dépôt officiel, Bruno Gollnisch, pour lequel j’ai une certaine estime, m’a appelé. Il m’a dit que Marine Le Pen n’avait pas les 500 signatures requises. Après réflexion, je lui ai remis le soir même. Je me suis dit que cela aurait été un déni de démocratie si elle n’avait pas été candidate. Je comprends qu’un élu UMP ou PS ne puisse pas donner sa signature. Mais un non inscrit comme moi peut le faire. Apporter son parrainage devrait être obligatoire"

Ces réactions montrent bien la nécessité de revoir le système en autorisant, par exemple, deux ou trois parrainages par élu ou en élargissant aux conseillers municipaux les élus autorisés à parrainer...

Philippe Carhon le salon beige