- St Etienne : Hommage à Sanguedolce

Publié le 27 Septembre 2010

 

 

Il y a quelques jours, un message à la mémoire de Joseph Sanguedolce barrait le fronton de la Bourse du Travail à Saint-Etienne. Celui qui fut de sinistre mémoire le maire ultra-stalinien de la ville de 1977 à 1983 a disparu récemment à un âge avancé. Les communistes qui n'ont eu pour leaders que des personnalités ou odieuses ou (et) insignifiantes ne pouvaient qu'être nostalgiques de ce que Saint-Etienne a connu de plus affligeant comme maire, toutes républiques confondues. A l'époque il avait ravi la ville au très suspect Michel Durafour alors ministre du travail, à son grand étonnement d'ailleurs. Lui et ses nervis de la CGT, notoirement inaptes, ne savaient trop que faire de leur nouvel et encombrant pouvoir. La Place du Colonel Fabien délégua alors des hommes en gris susceptibles d'éviter trop de casse. La période fut douloureuse pour les stéphanois, et chacun se souvient de l'affaire Manufrance, emblématique épisode d'un mandat catastrophique. les communistes furent débarqués à l'élection suivante.

Depuis lors, Joseph Sanguedolce, à quelques modestes initiatives près, menait la vie tranquille d'un retraité, et allait fréquemment chercher son journal Cours Fauriel. Ce que l'on sait moins c'est que l'ancien ''bouffeur de curés'' allait tout aussi régulièrement attendre ses petits enfants dans les locaux de l'Ecole Sainte-Anne, établissement de bonne tenue, résolument catholique et notoirement hors contrat. Fut-t-il touché par la Grâce au crépuscule d'une vie d'égarements ? Et la Laïque camarade!