- Lettre ouverte de M. Charles Perrot au Maire de Feurs

Publié le 28 Novembre 2014

DSC 1744Lors du Conseil municipal du 24/11/2014, Monsieur Taite a cru intelligent de m'attaquer sur ce qui, selon lui, aurait été le début de ma carrière professionnelle, à savoir, je le cite : "On n'a pas tous commencé par une entreprise donnée par son père ou son beau-père." Et pourtant, Monsieur Taite, lors du Conseil municipal précédent, avait affirmé avec force qu'il n'attaquerait jamais les élus sur leur vie personnelle et/ou privée.

Monsieur Taite démontre donc qu'il peut dire tout et son contraire à deux mois d'intervalle. Mais cela, bien-sûr, nous le savions. Chacun jugera désormais du crédit à faire à un Maire aux propos aussi inconsistants qu'idiots. Inconsistants, idiots, et surtout mensongers : pour rétablir la vérité, ma carrière professionnelle a commencé en 1986 par la création de ma propre entreprise, en l'occurrence un laboratoire vétérinaire, ayant pour nom IPA, situé à Tarare, et pour lequel je me suis endetté à titre personnel ainsi que mes deux associés, vétérinaires eux-mêmes. Nous avons développé cette entreprise, créé plus de 30 emplois, et l'avons cédée 8 ans plus tard en 1994 à un important groupe pharmaceutique suisse.

Pour la petite histoire, et pour que l'édification de Monsieur Taite soit complète et non truquée ou tronquée par les affabulations mensongères de quelque conseiller à sa botte, j'habitais à cette époque... à Feurs, au 7 place du Puits de l'Aune au premier étage, un tout petit appartement que, jeune marié, je fus heureux de trouver, appartenant à Madame Goléo, famille bien connue à Feurs.

Voilà comment j'ai commencé ma vie professionnelle...

Si Monsieur Taite a besoin à l'avenir d'autres éléments personnels pour continuer ses attaques idiotes, petites, perfides et mensongères à mon encontre, ou rabaisser un élu simplement dévoué de l'opposition municipale, qu'il se méfie donc de ceux qui le conseillent, qu'il ait ne serait-ce qu'un peu de jugeote personnelle, qu'il ait un peu plus de panache. Mais surtout, qu'il arrête de mentir !!

Ah, au fait, je n'attends évidemment aucune excuse publique de ce bateleur : parce que ça, évidemment, ça aurait du panache !!!

Charles PERROT, Conseiller municipal Front National de Feurs