- Primaire socialiste : en s’attaquant au FN, Harlem désire… exister !

Publié le 29 Août 2011

Difficile d’attirer la lumière médiatique, lorsqu’on n’est qu’un faire-valoir et une caution morale offerte à la diversité… Harlem Désir en fait la cruelle expérience depuis quelques semaines, et sa nomination au poste de Premier secrétaire par intérim du Parti socialiste : primaires obligent, Martine Aubry a en effet dû lâcher le gouvernail.

Prévoyant le cas où les élections tourneraient mal pour elle, la Dame patronnesse de Lille a pris soin de ne pas désigner une personnalité susceptible de lui faire de l’ombre ni… de s’accrocher à son fauteuil !

Dans ce cadre-là, force est de reconnaître que M. Désir est bien « The right man in the right place » :
- Propulsé dès 1984 par Tonton Mitterrand à la tête de SOS Racisme*, il y a rempli à merveille son rôle de potiche. Pensez : un métis prenant la défense des immigrés, quelle trouvaille** !
- Par la suite, Harlem Désir s’est bien essayé aux élections individuelles, mais s’est heurté au mur des réalités : même avec l’étiquette socialiste, l’antiracisme ne fait pas un programme !
- Heureusement pour lui, les scrutins de liste lui ont permis d’obtenir un mandat alimentaire : député européen. Hormis quelques sorties contre Jean-Marie Le Pen – quel courage ! –, l’on n’a guère souvenir de ses interventions…

Harlem Désir est donc un apparatchik de la plus belle espèce : prenant la roue des autres, il ne survit politiquement que par les bribes de lumière parvenant jusqu’à lui, incapable qu’il est d’affirmer une personnalité et des idées susceptibles de compter dans le débat.

Hier, dans un élan presque touchant de naïveté, le patron par intérim a voulu faire entendre sa voix, en affirmant que Claude Guéant n’est que « la triste copie de Bruno Gollnisch ». Une comparaison malvenue et, surtout, totalement à côté de la plaque, techniquement parlant, car :
1/ Bruno Gollnisch n’est pas le M. Sécurité de Marine Le Pen.
2 / Claude Guéant ne possède pas, lui, une maîtrise langagière et comportementale apte à lui éviter les débordements verbaux.
3 / Harlem Désir serait bien en peine d’établir un quelconque rapprochement entre les déclarations du sieur Guéant et celles de Bruno Gollnisch.

Au final, et contrairement au but recherché, la comparaison est bien plus infamante pour le représentant frontiste – lequel n’en a d’ailleurs cure – que pour le chien de garde sarkozyste…

Bien tenté Harlem ! Essaye encore…

* Association créée en sous-main et financée par le Parti socialiste dans le seul but de faire de l’agit-prop potentiellement nuisible à la droite et au Front national.
* * On notera au passage que les socialistes se montrent beaucoup moins ouverts à la diversité, dès lors qu’il s’agit d’attribuer des ministères régaliens et autres postes importants : de Mauroy à Jospin, pas un Premier ministre n’a poussé jusqu’au bout sa logique bien-pensante.