- La rue de mon village

Publié le 27 Septembre 2010

 

Depuis quelque temps, j'habite à  Planfoy, aux environs de Saint-Etienne. Dans cette petite commune du Pilat, la principale artère a été baptisée, je ne sais quand, ''Rue du 19 mars 1962''. Dans le village voisin de Saint-Genest-Malifaux, une place porte ce curieux nom; et cela doit exister partout en France. Il est vrai que l'on ne s'intéresse plus beaucoup à l'Histoire, et je juge bon et sain d'expliquer ce que commémore la date du 19 mars 1962.

Il s'agit du cesser le feu après la signature des ''Accords d'Evian'' qui offrit à terme son indépendance à l'Algérie. L'indépendance en question, l'Algérie ne l'obtint vraiment (!) que le 5 juillet 1962. Le 19 mars 1962 commémore surtout le début du massacre horrible de milliers  de Harkis que le pouvoir ne souhaitait pas voir venir en France et qui ont été lâchement abandonnés aux griffes des terroristes du FLN. Ces Harkis qui combattirent  aux côtés de nos soldats, furent assassinés, torturés dans des conditions indescriptibles alors que les troupes françaises, l'arme au pied, attendaient leurs rapatriement. Notons que de nombreux militaire et européens furent eux-même victimes dans même période. Que dire de la triste vague des réfugiés?

Cette date est donc une double infamie, le renoncement par la France à une partie de son territoire, et l'acceptation d'un odieux bain de sang dont ont été victimes ses enfants les plus fidèles.

On ne commémore pas une honteuse défaite!