L'enfant survit à un avortement, mais on le laisse mourir

Publié le 28 Avril 2010

Samedi matin, une femme s'est présentée à l'hôpital « Nicola Giannattasio » de Rossano Calabro, en Italie, pour un avortement "thérapeutique" à 22 semaines. La dernière échographie avait indiqué deux malformations au palais et à une lèvre du fœtus.

Les médecins ont pratiqué l'avortement et le fœtus expulsé a été déposé dans un drap et placé dans un conteneur en attendant qu'il meure. Mais il a continué à respirer. Quelques heures plus tard, quelqu'un remarque des mouvements dans le conteneur, et va confier cela en confession à l'aumônier de l'hôpital. C'est dimanche matin que don Antonio Martello va vérifier en personne : 24 h après l'avortement, l'enfant vit encore mais mourra peu après.

 

Source : le salon beige