- Julien Dray et Georges-Marc Benamou, copains comme cochons !

Publié le 27 Septembre 2012

http://media.melty.fr/article-863992-ajust_900/julien-dray-chasse-du-qg-de-francois-hollande.jpgPar Gauthier, adhérent Saint-Etienne : Il est franc-maçon, affilié au Grand-Orient de France, il a débuté chez les cocos avant de rejoindre les socialos comprenant qu'il y avait une place à prendre, il est l'un des fondateurs de SOS Racisme avec son grand ami Harlem Desir, il a quatre mandats de député derrière lui, il a cumulé les fonctions toute sa carrière, il a été mêlé à une sombre affaire de blanchiment d'argent, lui, c'est Julien Dray !

Il se décrit lui-même comme un "juif pied-noir", il est né à Alger et il compte parmi ses amis les plus proches, Georges-Marc Benamou, producteur de cinéma, journaliste, conseiller de Nicolas Sarközy à ses heures perdues. Né comme son compère, à quelques centaines de kilomètres plus à l'ouest, toujours de l'autre côté de la Méditerranée... De petites origines communes qui rapprochent dirons-nous.

Eh bien vous serez content d'apprendre que Georges-Marc Benamou a un projet de film sur la vie de Daniel Cordier, homosexuel, "résistant", secrétaire personnel(le ?) de Jean Moulin et grand défenseur d'une cause qui réunie nos deux méditerranéens, la résistance pendant la seconde guerre mondiale.

France 3 a déjà mis beaucoup d'argent dans le projet (4 millions d'€uros - merci à vous les contribuables), Arte a mis son petit billet (400 000 €uros), mais ça ne suffit pas bien entendu !

http://cfdtrfi.unblog.fr/files/2008/02/benamou2.jpgQu'à cela ne tienne, Benamou appelle Dray, et hop, le 18 septembre dernier, le "Fonds de soutien aux industries audiovisuelles d'Île-de-France" se réunit, Julien Dray plaide en faveur de la cause de son ami, et finalement, quelques heures plus tard à force de lamentations, les sept membres de ce fameux fonds approuvent majoritairement un financement de 400 000 €uros pour le projet de Georges-Marc Benamou.

Payement express ? Con-tribuables ? Y'avait moyen d'un petit billet vous voyez ! Julien Dray interrogé peu après déclarera : "Effectivement, je ne me suis pas caché, je n'ai pas fait de petite campagne d'influence, j'ai joué la transparence..."

Il aurait pu rajouter : "Celui qui prend à les Français, y vole pas !" comme on disait au début du siècle dernier alors que les contextes étaient différents...

Alors, on dit merci qui ?