- « Contre une vague du Front national, la droite et la gauche ne peuvent rien faire »

Publié le 27 Janvier 2011

Autour de Charles Perrot, une partie des candidats qui se présentent sous l’étiquette FN dans les 21 cantons lors des élections cantonales / Philippe Vacher

zoom

Avec des candidats présents dans les vingt et un cantons renouvelables, le FN ne compte pas faire de la figuration lors des élections cantonales. Et se voit arriver en tête dans plus de six cantons au soir du premier tour

« Le Front national est un mouvement d’avenir. La preuve, il présente des candidats jeunes pour ces élections cantonales, à la différence des autres compétiteurs en lice », lance, avec contentement Charles Perrot, le secrétaire départemental du FN Loire. De calculer : « La moyenne d’âge est de 41 ans. » Six candidats ont, en effet, moins de 35 ans, avec un benjamin de seulement 21 ans, Thierry Perrot, sur le canton de Bourg-Argental. Autre motif de fierté pour le patron ligérien du FN : «Sur les vingt et un cantons renouvelables, nous présentons des candidats seulement sous notre étiquette. » De tacler, au passage, les concurrents soutenus par l’actuelle majorité départementale. « L’UMP se cache derrière le sigle UPL, l’Union pour les losers », s’amuse M. Perrot, avec son indéfectible rire sardonique. De poursuivre sa démonstration : « C’est bien la preuve qu’ils n’y croient plus à la politique de Nicolas Sarkozy. Ils ont la trouille au ventre ».

À raison pour le secrétaire départemental du FN. « Lors de la venue de Marine Le Pen et de Bruno Gollnisch dans la Loire, j’ai vu des gens encartés à l’UMP dans le public. Ce que je n’avais jamais constaté avant ». Et l’accroissement du nombre de militants détenant la carte d’adhésion estampillée de la flamme bleu, blanc, rouge semble accréditer les propos de Charles Perrot. Selon ses chiffres, aujourd’hui la Loire enregistre 500 encartés FN, « le double de 2009 » précise, crânement, l’homme qui vient d’être promu au bureau national du FN. Une poussée de l’extrême droite qu’il explique par « l’audience inhabituelle avec la médiatisation importante de l’élection interne», doublée d’un indéniable « effet Marine » Le Pen. De quoi voir arriver avec une certaine sérénité l’issue du premier tour des cantonales. D’autant que la Loire a enregistré les meilleurs résultats du FN en Rhône-Alpes aux Régionales de 2010. « Notre mouvement arrivera en tête dans plusieurs cantons, comme Saint-Chamond Nord et Sud, Rive-de-Gier, Feurs, Montbrison et Saint-Etienne » avance M. Perrot, qui table sur « une vague, une déferlante, un tsunami du Front national. Et contre ça, la droite et la gauche ne peuvent rien faire. » Le programme pour le Département sera-t-il déterminant pour convaincre les électeurs ? Impossible de le savoir pour l’heure. Le FN promet de présenter son projet dans trois semaines, et ne dévoile qu’un seul point fort : « Que le budget social, aujourd’hui la moitié du budget global, aille aux Français d’abord. »

Véronique Miot source le progrés