Publié le 9 Mars 2015

Valls panique et insulte les électeurs du FN : la réponse de Florian Philippot !

"Manuel Valls est pris de panique !"

C’est ainsi que le vice-président du FN a réagi sur France Info aux déclarations du Premier ministre ce dimanche matin. Manuel Valls a dit craindre une victoire de Marine le Pen à la présidentielle en 2017.

« Est-ce que vous ne pensez pas qu’un Front national qui fait 25% aux européennes, peut-être 30% aux élections départementales et ainsi de suite ne peut pas gagner l’élection présidentielle? Pas en 2022, pas en 2029, mais en 2017″ a déclaré Manuel Valls ce dimanche matin dans l’émission le Grand Rendez-vous Europe 1-iTélé-Le Monde.

« Manuel Valls est pris de panique. Son obsession pour le Front national l’amène à sortir des clous de la République » a réagi sur France Info Florian Philippot, vice-président du FN.
« Monsieur Valls ne pourra pas rester Premier ministre »

« On ne parle pas comme cela des Français qui votent pour un parti d’opposition. On ne parle pas comme ça de choix politiques qui sont tout à fait respectables. Et qui représentent une alternative. Bref monsieur Valls est acculé. Si le 29 mars le Front national est haut et que le Parti socialiste est bas, je crois que monsieur Valls devra en tirer les conséquences et ne pourra pas rester à son poste de Premier ministre ».

Publié le 7 Mars 2015

Réaction du Front National au racisme social du Parti Socialiste

Communiqué de presse du Front National‏

Manifestement en panique à l’approche de ce qui s’annonce comme une véritable déroute électorale, les barons de Solférino multiplient leurs déclarations haineuses contre les patriotes. Toujours incapables de parler aux Français des départements et de leur avenir, ils préfèrent faire campagne contre le Front National et le Rassemblement Bleu Marine, ce combat tenant lieu d’unique programme électoral.

Jean-Christophe Cambadélis ose maintenant affirmer que les candidats patriotes sont issus des « poubelles ».

Tant de mépris, des mots aussi durs, ne peuvent s’expliquer que par un véritable racisme social de la part du parti socialiste. Cette haine du peuple est condamnable.

Manuel Valls de son côté, dans la même logique, en appelle aux « élites » pour se mobiliser contre le Front National. Cherche-t-il le soutien des « Enfoirés », qui ont récemment aussi affiché leur mépris de classe pour le peuple ?

Souhaite-t-il lancer le combat des bobos contre le peuple, contre les ouvriers, les employés, les artisans et commerçants, les étudiants, dont les candidatures FN regorgent, à la différence de celles du PS, qui réussit le tour de force d’avoir investi zéro ouvrier sur ces milliers de candidats !

La panique ne justifie pas tout. Et les insultes doivent maintenant cesser. Aucun combat électoral ne justifie qu’on s’attaque ainsi aux catégories populaires, qu’on les méprise et qu’on les traine dans la boue. Le FN et le RBM sont aux côtés du peuple, et ne le laisseront pas se faire insulter de la sorte. Ils appellent l’ensemble des patriotes, de toutes conditions, à se rendre aux urnes, sanctionner l’arrogance de l’UMPS, et amener les élus du peuple dans les assemblées départementales.

Publié le 6 Mars 2015

 Le Puy-en-Velay : L’islamiste qui voulait faire sauter une bombe cet automne remis en liberté le mois dernier

Tout a commencé à l’automne. Un Ponot musulman voulait faire sauter une bombe, place du Breuil, lors de la fête foraine du Puy-en-Velay. Résultat : l’individu qui a sombré dans l’islamisme radical il y a un an environ a été placé en détention provisoire.

Peu de temps après, le trentenaire faisait de nouveau parler de lui. Comme ses proches, l’un de ses compagnons de cellule a été victime de sa colère. Le motif ? Cet homme n’était pas, selon son agresseur, « un bon musulman ».


En janvier, après les attentats de Charlie Hebdo, rebelote. Cette fois, le Ponot saluait ouvertement dans la cour de la maison d’arrêt du Puy-en-Velay, les actes des frères Kouachi. Nouvelle instruction, donc, pour apologie du terrorisme. Il risquait une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement.


Mais les textes ne prévoyant pas de prolonger plus d’une fois sa détention provisoire, il a été... remis en liberté la semaine dernière. L’individu souffrant de troubles psychiatriques, qui a fait l’objet d’une surveillance particulière après les attentats du mois de janvier (ils étaient sept comme lui en Auvergne), reste toutefois placé sous contrôle judiciaire en attendant d’être jugé.

On remerciera Madame Taubira, Garde des Sceaux, pour sa bienveillance, vis-à-vis de la racaille !

Publié le 6 Mars 2015

En meeting ce mardi à Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour soutenir officiellement les candidats locaux de l’UMP aux élections départementales, Alain Juppé en a profité pour aller à la rencontre des musulmans dont les responsables du site salafiste Islam et Infos.

Publié le 6 Mars 2015

L’Elysée a fait pression sur France Télévisions pour acheter le film d’Arcady le jour du dîner du CRIF

Quelques heures avant le dîner du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (Crif), l’Élysée a exercé une pression sur France Télévisions afin que le groupe audiovisuel public achète et diffuse le film 24 jours d’Alexandre Arcady.

Pourtant, le président de France Télévisions refusait d'acheter ce film sorti en avril 2014 et évoquant l'Affaire Ilan Halimi, ce jeune juif tué par des musulmans dans la société du vivre-ensemble.

Donc si nous résumons : le Crif met la pression sur l'Elysée, qui met ensuite la pression sur France Télévisions... pour acheter et diffuser un film de propagande... Le tout dans le but d'influencer (pour ne pas dire endoctriner) la population française à travers les chaînes publiques ?

Ce qui nous surprend, ce n'est pas tant le fait que France Télévisions achète un film pourri, c'est une vilaine habitude chez eux... Non, ce qui est surprenant c'est d'apprendre qu'une association communautariste puisse éventuellement donner ses instructions à l'Elysée, siège de la présidence de la République française, sans que cela ne choque personne.

Cela voudrait-il dire que le Crif est "au-dessus" de la République ? Au-dessus des lois ? Au-dessus du suffrage universel ?

Publié le 6 Mars 2015

Lors d’une mission de planque dans un quartier sensible, la police et l’équipe de journalistes ont été témoins d’une scène de violence extrêmement grave mais néanmoins habituelle entre un toxicomane agressé par quatre individus (des Vikings païens) après qu'une transaction s'est mal passée.

Publié le 6 Mars 2015

La Chronique de Serge Horvatj (Elu FN, Saint-Etienne)

« QUESTION ORALE » DU GROUPE FRONT NATIONAL

CONSEIL MUNICIPAL DU 2 MARS 2015 - SAINT-ETIENNE

Lors du dernier Conseil municipal, nous avons posé une « question orale » sur un sujet qui n’était pas à l’ordre du jour. Voici mon intervention :

Monsieur le Maire,

Nous savons bien les menaces qui pèsent sur notre civilisation, nous appréhendons les terribles problèmes internationaux, nous savons les enjeux de la dette et de l’Europe. Ceci ne doit pourtant pas nous faire oublier notre mission d’élu local, et le caractère moral de cette mission.

Au mois de décembre dernier, j’avais interpellé votre majorité pour lui demander, après diverses polémiques concernant la laïcité et le communautarisme, si effective- ment la viande de porc était bannie des cantines scolaires.
Vous aviez demandé à Monsieur Kéfi-Jérôme de me répondre. Celui-ci expliquait que loin d’être bannie des assiettes de nos enfants, la viande de porc y était servie sous diverses préparations.

Monsieur Kéfi-Jérôme devant les élus et devant les Stéphanois citait donc en la lisant une liste de dates en 2014 auxquelles du porc avait été servi dans les cantines. Il pré- cisait dans son intervention les recettes concernées, pâté, jambon, crépinette, sau- cisse... La liste comprenait précisément six dates, et six plats avec du porc, entre jan- vier et juillet. Il est facile pour les Stéphanois de vérifier puisque les enregistrements des conseils municipaux sont visibles sur le site de la ville.

Or, cette liste est une pure invention, et aucun des plats cités par Monsieur Kéfi- Jérôme n’a jamais été servi au cours d’aucune des dates mentionnées. Nous avons ici les documents qui le prouvent. Trois de ces dates d’ailleurs correspondent à des mer- credis ou à des périodes de vacances scolaires, alors que les cantines étaient fer- mées !

Monsieur Kéfi-Jérôme, et je suis triste de le dire, s’est donc livré à un mensonge afin d’évacuer un sujet encombrant. Il a menti à notre groupe, mais plus grave encore, il a menti aux Stéphanois et à l’ensemble de leurs représentants élus dans cette assem- blée. Ce manquement à la déontologie nous heurte encore plus venant d’un adjoint délégué à la petite enfance.

Imaginez, Monsieur le Maire, l’effet désastreux que peuvent représenter les men- songes d’un détenteur de l’autorité municipale auprès d’une jeunesse qui, si souvent déjà, manque de repère.
Nous voulons savoir quelle suite vous pensez donner à cette affaire. Et si compte tenu de ses mensonges et pour redonner confiance aux Stéphanois, vous allez enlever sa délégation à Monsieur Kéfi-Jérôme.

A l’issue de cette déclaration, le Maire de Saint-Etienne a demandé à Monsieur Kéfi- Jérôme d’intervenir. Celui-ci a reconnu qu’il avait donné de mauvaises informations. Il avait été soit disant induit en erreur par le prestataire pour la restauration scolaire ; une explication évidemment parfaitement spécieuse.

Sans le travail d'investigation du groupe Front National, il aurait réussi à tromper les Stéphanois, et à faire croire au Conseil municipal que la ville ne s'était soumise à au- cune obligation religieuse.

Nous sommes sûrs en tout cas que grâce à nos interventions, il y a aujourd’hui un peu de porc dans les cantines. La ville a toutefois contourné l’obstacle en initiant des me- nus végétariens coûteux.
Le végétarisme concerne moins de 2% de la population. Ce n’est donc pas pour ce public confidentiel que la mairie propose ces menus, mais bien pour permettre aux musulmans de continuer à fréquenter chaque jour les cantines sans avoir à y côtoyer la viande de porc. Les végétariens et les Stéphanois sont grugés. La manipulation de la ville ne vise qu’à satisfaire une religion !

Les principes républicains de laïcité et d’égalité sont bafoués, et nous nous battrons pour que cela cesse.