Publié le 23 Mars 2015

#Historique : Le FN se maintient dans 18 des 21 cantons de la Loire

Le Front National est le pre­mier parti politique de la Loire. Il engrange 30,38 % des suffrages. Les sondages nationaux avaient donc vu justes. Une première pour le renouvellement des élus du département !

Le Bleu Marine colore presque l’ensemble des 21 cantons de la Loire. Pas 5 cantons comme en 2011. Mais 18. Il est absent, uniquement, de cantons sté­phanois. À Saint-­Etienne 1, Saint­Etienne 2, et Saint­-Etien­ne 4, ses candidats n’ont pas réussi à obtenir les voix de 12,5 % des inscrits, requis pour une qualification au second tour.

En revanche, le parti d’extrême droite arrive en tête à Rive­ de­ Gier avec 32,45 % des voix, soit 4,75 points de plus que le binôme formé par Jean­Claude Charvin et Séverine Reynaud. Un coup dur pour le maire Divers droite Ripagérien, qui brigue là son sixième mandat. Mais le conseiller général sor­tant n’est pas le seul à devoir affronter en duel le FN. Ils sont 9 binômes dans ce cas. Dont 8 où figurent des élus départe­ mentaux sortants. 6 de droite et 3 de gauche. Mais ces affron­ tements, on les retrouve aussi dans 9 triangulaires.

« Attention, ce ne sera pas comme en 2011, ce sera plus serré » prévient le député socialiste Régis Juanico. Bien sûr, le Stéphanois n’évoque pas son duel face à un tandem fron­ tiste. Mais il met en garde l’ensemble des candidats « républicains », notamment les disqualifiés. Et les invite « à faire un large rassemblement républicain pour faire battre le Front national. « Nous au PS, on n’a jamais hésité même en 2002 où à la présidentielle on avait appelé à voter Chirac » tacle M. Juanico. Une attaque à fleuret moucheté contre l’UMP, Bernard Bonne.

Qu’importe. Si le président de l’institution départementale, depuis 2008 « ne fera ni com­promis, ni alliance » avec le FN, il « ne donne pas de consignes de vote » même si lui «sait ce qu’il ferait dans ce cas-­là ». D’ailleurs, il qualifie de « catas­trophe » (ho oui, au moins !) cette présence massi­ve du Front National au second tour de cette élection. « Ce parti surfe sur la désespérance des Français. Pourtant ses can­didats font des promesses qu’ils savent ne pas pouvoir tenir » soupire M. Bonne. « Il y a un enracinement du vote FN. Ce n’est pas comme il y a 15 ans où il y avait un vote de protesta­tion. Ça nous interroge. Je suis persuadé qu’il n’est pas trop tard pour inverser la tendance, ça repose sur nos épaules, nous les femmes et hommes politi­ ques de gauche, comme de droite ». 

 

Source : Le Progrès 

Publié le 19 Mars 2015

Le Figaro pris en flagrant délit de désinformation anti-FN !

Le titre de l’article : Un candidat FN décroche des drapeaux de l’UE

Le contenu : Yannick Hervé, candidat de l’Union populaire républicaine (UPR), petit parti prônant la sortie de la France de l’Union européenne et de l’euro, a été interpellé mardi à son domicile à Erstein, au sud de Strasbourg, selon les gendarmes.

L'UPR, même si elle est contre l'UE, est proche de l'UMPS et est dirigée par François Asselineau, qui a notamment goûté aux joies du système en travaillant aux côtés de Juppé, de Panafieu, Balladur, Pasqua et Sarközy.

Belle tentative d'amalgame de la part du torchon Figaro. Que celui qui copie les textes le fasse beaucoup plus consciencieusement. Un peu de professionnalisme. Quand même.

Cela dit, le drapeau européen est l'emblème des traités ultra-libéraux qui ont été acceptés dans le dos de 55% des français, ce n'est pas un emblème qui représente les peuples d'Europe mais une dictature aux mains de fonctionnaires et de banquiers aux services de la finance internationale.

M. Hervé aurait mérité la légion d'honneur pour son acte plutôt qu'une nauséabonde garde à vue.

Publié le 19 Mars 2015

Tunisie / 22 morts au musée du Bardo : l'Etat islamique revendique l'attentat !

Nous apprenons ce jour que le terrible attentat qui a touché le 18 mars 2015 le musée du Bardo à Tunis (Tunisie) vient d'être revendiqué par les terroristes de l'Etat islamique.

S'il n'y a pour l'heure pas d'autres informations, il est important de préciser que cet attentat visait la France plus que n'importe quel autre pays.

Il est surprenant que pas un seul média français n'ait précisé l'origine du nom du musée (Bardo) qui correspond au plus fameux traité liant la Tunisie à la France.

En effet, le Traité du Bardo a été signé le 12 mai 1881 entre le Bey de Tunis (sorte de préfecture à l'époque ottomane) et le gouvernement français. Il instaurait le Protectorat de la France sur la Tunisie jusqu'à l'indépendance de cette dernière en 1956.

Alors, simple omission ou désinformation volontaire ? Ce qui pourrait être compréhensible à quelques jours des élections...

Publié le 19 Mars 2015

Ecrivains préférés des Français : Victor Hugo et... Marc Lévy !

Le sondage exclusif OpinionWay / Le Figaro sur la popularité des écrivains n'avait, jusqu'ici, jamais été réalisé. Il consistait à savoir quels étaient les auteurs d'hier et d'aujourd'hui qui avaient les faveurs des lecteurs français.

Parmi les romanciers vivants, Marc Lévy arrive en tête avec plus de 25% des personnes interrogées. L'académicien Jean d'Ormesson le suit de tout près. Guillaume Musso complète le podium. L'historien Max Gallo (4ème) et Amélie Nothomb (5ème), la plus française des Belges, sont également très populaires.

Parmi nos classiques, Victor Hugo, Marcel Pagnol et Jules Verne forment le trio de tête. Ils sont suivis de près par Zola et Maupassant.

Que dire... N'est-ce pas le reflet de notre propre médiocrité ? Comparer des nains à des géants n'est-il pas insultant pour ces derniers ? A ce rythme, François Hollande et Nicolas Sarközy seront mis au même niveau que Louis XIV ou Napoléon Bonaparte.

Le plus inquiétant finalement, c'est que dans peu de temps, nos petits enfants diront sans rire : "C'est qui, Victor Hugo ?"

Nous conclurons en citant le principal auteur concerné :

"L'éducation c'est la famille qui la donne ; l'instruction c'est l'Etat qui la doit !" Victor HUGO

Certains ministres (Najat Vallaud-Belkacem en tête) n'ont, semble-t-il, pas eu le temps de lire Victor Hugo.

Publié le 19 Mars 2015

On a tendance à croire que le groupe État islamique n’est présent qu’en Syrie ou en Irak, mais l’organisation terroriste est également présente en Libye, dans la ville de Derna, au bord de la Méditerranée. Des images tournées il y a quinze jours le prouvent. « Des milices locales ont fait allégeance au groupe État islamique, des camps d’entraînement ont été installés sur place, et des combattants étrangers sont même arrivés pour rejoindre le groupe », commente Étienne Leenhardt, en direct sur le plateau de France 2.