Publié le 26 Février 2015

Participer au dîner du CRIF coûte bien 900 euros avec une déduction fiscale de 66%

Le quotidien Métronews revient sur le prix pour la participation au dîner du Crif et la déduction fiscale de 66%.

Joint par Arrêt sur images, Yonathan Arfi, vice-président du Crif, s’explique. « Non, l’Etat ne rembourse pas 800 euros. La mention indique seulement que sur les 900 euros dépensés pour participer au dîner, seuls 800 euros sont considérés comme un don, les 100 euros restants sont le prix du repas uniquement. Et seuls les 800 euros ouvrent droit à une déduction fiscale, et non un remboursement ».

Sur ces 800 euros donc, 66% sont déductibles d’impôt, comme tout don à une association. Ainsi, les participants-donateurs peuvent potentiellement déduire du fisc 528 euros. Les contribuables sont de cette manière mis à contribution pour financer la soirée.

Le dîner du Crif coûte cher... Et en plus, c'est vous qui payez ! Et cerise sur le gâteau, si vous êtes adhérent du Front National, vous payez et en prime, vous vous faites cracher dessus !

Publié le 26 Février 2015

Mayotte : arrivée filmée d'une dizaine de Comoriens sur l'île aux 100.000 clandestins !

Vidéo datant du 21 février 2015 : failles dans la protection des frontières, un habitant de Mtsomboro, dans le nord-est de l’île de Mayotte, filme l’arrivée d’une dizaine de migrants clandestins :

Les clandestins débarquent à Mayotte tous les jours

En 2014, 15 408 personnes ont été reconduites à la frontière avec les Comores.

Entre 60 000 clandestins et 100 000 clandestins vivraient actuellement à Mayotte.

PS : la vidéo, qui était jusqu'alors disponible sur Youtube, vient d'être supprimée. La France socialiste, grande démocratie républicaine, n'a définitivement plus rien à envier à ses petites amies cubaines, nord-coréenne et chinoise.

Publié le 25 Février 2015

La capitulation grecque confirme notre analyse sur l'euro !

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Comme nous l’avions analysé dès l’arrivée au pouvoir de Syriza, le nouveau gouvernement grec était confronté à un choix : soit rester dans le carcan de l’euro et trahir rapidement ses promesses anti-austérité, soit retrouver la liberté monétaire en quittant l’euro pour pouvoir réellement changer de politique. Ce choix est extrêmement intéressant, porteur de débats féconds sur la monnaie unique et l’austérité : c’est pour que ce débat ait lieu que le Front National a souhaité le changement de majorité en Grèce.

L’accord obtenu à Bruxelles confirme que le gouvernement d’Alexis Tsipras a choisi l’euro et par conséquent la trahison de ses engagements de campagne. La capitulation face à l’Union européenne et l’Allemagne est totale, et on peut faire le pari que très rapidement ce gouvernement tombera dans les abîmes de l’impopularité.

A la lumière de l’épisode grec, les Français auront dans tous les cas pris conscience de l’incompatibilité désormais radicale entre l’euro et la démocratie d’une part, et l’euro et la prospérité d’autre part.
A l’image d’une partie du PS, d’une aile de l’UMP ou d’un Jean-Luc Mélenchon en France, ceux qui vendent aux Français « une autre politique » sans prévoir en même temps de redonner à la France les instruments de sa souveraineté, monétaire et budgétaire notamment, sont dans le mensonge.

Plus que jamais, le Front National veut extirper la France de l’eurodictature en lui redonnant la maîtrise de sa monnaie, de son budget et ses frontières, pour lui permettre de rompre avec la sous-croissance, le chômage de masse, le sur-endettement et l’austérité.

Publié le 25 Février 2015

Zemmour : "La France n'est ni un pays juif, ni un pays musulman, elle est culturellement chrétienne !"

"Ça ne vous a pas échappé que la France était un pays chrétien depuis à peu près 2 000 ans, et qu’elle n’est ni un pays juif, ni un pays musulman. On est imprégné de christianisme qu’on le veuille ou non, c’est comme ça qu’on est Français. Le christianisme a fait la culture française, il a imprégné la culture française. La France est culturellement chrétienne. Elle a confiné le religieux en privé pour ne pas avoir des guerres dans le public. Les Lumières et la laïcité sont le produit du christianisme, simplement pour s’opposer au christianisme. C’est en terre chrétienne qu’on a eu la laïcité et la philosophie des Lumières.

(...) Si l’Europe avait permis d’arrêter cette vague migratoire depuis 20 ans, ça se saurait. Elle ne l’a pas fait parce qu’elle ne le veut pas.
L’Europe qu’est-ce que c’est ? C’est le libéralisme. Le Libéralisme, qu’est-ce que c’est ? C’est la volonté pour le capitalisme d’avoir le plus d’immigrés possible pour faire baisser les salaires et pour casser la solidarité ouvrière. Ils ont réussi
!"

Eric Zemmour, en grande forme en ce début d'année !

Publié le 25 Février 2015

 Les Etats-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence

Les Etats-Unis ont été en guerre 93% du temps de leur existence depuis leur création en 1776 c’est-à-dire 222 des 239 années de leur existence selon La Voix de la Russie.

Nous n'avions jamais eu la curiosité de comptabiliser en termes d’années la carrière on ne peut plus guerrière des Etats-Unis… De fait, c’est impressionnant, effrayant, et la question de l’impérieuse nécessité de s’armer pour de prochains et inévitables conflits avec cette nouvelle Rome, se pose !

Quel rival…? La France ? Ne rêvez pas, nous n'existons plus en dehors de nos frontières... Déjà qu'à l'intérieur, ce n'est pas évident de se faire entendre...

Quel rival alors ? La Russie !!! C’est bien pour cela d’ailleurs que les Etats-Unis s’efforcent d’interrompre par une guerre indirecte menée par ses hommes de paille, des néo-nazis ukrainiens, le redressement entrepris par Vladimir Poutine de cette Russie ruinée par les années post-staliniennes, de Khrouchtchev à Gorbatchev, et détruite par l’ivrogne américaniste Eltsine et les oligarques pourris type Khodorkovski ou Boukovski !

Publié le 25 Février 2015

Islam: l'Autriche bannit le financement étranger

Le Parlement autrichien a adopté aujourd'hui une nouvelle législation régissant le statut de la communauté musulmane et interdisant notamment le financement des imams par des fonds étrangers... afin d'éviter les dérives radicales devenues habituelles ces dernières dix-quinze dernières années.

Le nouveau texte est destiné "à combattre clairement les dérives", a rappelé mardi le jeune ministre de l'Intégration, le conservateur Sebastian Kurz (photo).

L'Autriche, un pays de 8,5 millions d'habitants, compte près de 600.000 musulmans... et a besoin d'un ministre de l"Intégration", ce qui en dit long sur l'incapacité des nouveaux arrivants à se fondre dans la masse autrichienne...

En même temps, il est compliqué de se sentir chez soi... chez les autres.

Publié le 25 Février 2015

Invité de la matinale d'Europe 1, l'académicien a dénoncé les massacres contre les chrétiens d'Orient perpétrés par les djihadistes. Il appelle l'Europe à combattre cette barbarie avec la plus grande vigueur.

Jean d'Ormesson a dans un premier temps éveillé les consciences en rappelant le caractère ignoble, systématique et volontairement spectaculaire de ces tueries: «Le massacre des Coptes en Libye a été absolument abominable avec une mise en scène qui ne manque pas d'un certain talent atroce. On se demande s'il y a une concertation entre ces différents groupes ou est-ce que c'est spontané. Les deux hypothèses sont aussi inquiétantes l'une que l'autre

Il a aussi insisté sur la volonté des fous de Dieu d'exterminer les chrétiens au Proche-Orient : «On peut dire que les communautés chrétiennes d'Irak sont génocidées. On essaie de faire disparaître le christianisme dans cette région du monde et en Afrique noire aussi , il y a une volonté de détruire le christianisme. S'il y a une cause qui mérite d'être défendue, il me semble que c'est celle-là. Nous avons un devoir de solidarité avec ces malheureux chrétiens d'orient qui doivent avoir le sentiment d'être un peu abandonnés».

Enfin, l'écrivain français n'a pas cherché à esquiver les conséquences d'une géopolitique mal comprise par l'opinion publique à propos de du Président syrien, Bachar el-Asssad : «Vous savez, je suis hostile à Assad mais les chrétiens craignent encore plus l'extrêmisme djihadiste des rebelles que la dictature d'Assad. Il y a des moments où il faut savoir choisir nos véritables ennemis. Et nos véritables ennemis, c'est Daech, c'est l'État islamique, c'est Al-Qaïda, c'est Boko Haram en Afrique noire. C'est ce mouvement que l'on doit combattre».