Publié le 31 Octobre 2013

Le nouveau record atteint par la monnaie unique à 1,40 dollar pour un euro est une catastrophe pour notre économie en général et notre industrie en particulier., déjà laminée depuis maintenant près de dix ans par cette même monnaie.

Alors que 95% des pays du globe disposent de leur propre monnaie, la zone Euro (et par extension l'Union européenne) est une anomalie mondiale qui se coupe de la croissance et se prive de toute possibilité de reprise. Les industriels français n'ont aujourd'hui plus d'autres choix que de quitter la France, soit pour l'Allemagne (seul pays réellement bénéficiaire d'une monnaie taillée pour elle) soit pour le reste du monde devant l'absolue passivité de nos gouvernants, à l'image du ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, constatant ce matin, sans même le déplorer, qu'Airbus s'apprête à ouvrir une chaîne d'assemblage dans l'Alabama pour contrer les effets d'un euro trop cher. Dans ces conditions, il ne fait d'ailleurs plus aucun doute que l'accord sur le grand marché transatlantique actuellement en négociation sera cataclysmique pour notre économie, et que l'on assistera, impuissants, à une nouvelle vague de délocalisations massives.

Le refus obstiné de l'Allemagne et de la BCE de faire baisser le niveau de la monnaie unique nous condamne à l'asphyxie économique.

Il est vital de retrouver les marges de manoeuvre d'une politique monétaire conforme aux intérêts de la France. L'euro est un fiasco auquel nous devons mettre fin.

L'euro tue notre économie et assèche nos finances publiques avec des plans de renflouement à répétition.

Retrouver progressivement une monnaie nationale adaptée, une politique monétaire souveraine, c'est au contraire retrouver l'une des armes  qui avec un protectionnisme intelligent permettra à la France de rebâtir son économie et de restaurer son modèle social.

Faute de changement radical dans notre politique économique, nous continuerons à nous enfoncer dans le cercle vicieux de l'austérité, de l'hyper-fiscalité et de la dette, tout en supposant les effets désastreux d'un chômage de masse chaque jours plus important.

Publié le 30 Octobre 2013

http://feest.fr/img/post/ApCuritif-militant-avec-Leif-Blanc-Saint-Barthelemy-dAnjou-06-29.jpgCommuniqué de Leïf Blanc, délégué national du Front National à la ruralité, l'agriculture et l'environnement

Avec l'écotaxe, les Français ont la parfaite illustration de la collusion UMP/PS que dénonce le Front National. Si la genèse de cette usine à gaz se situe bien à Bruxelles avec la directive "eurovignette" qui sera tardivement adoptée en 2011, c'est la précédente majorité qui l'a imposée avec zèle dès juillet 2010, lors du vote du Grenelle 2 de Jean-Louis Borloo, avec les voix de 314 députés UMP et centristes. Et c'est donc tout à fait logiquement que les premiers portiques sont apparus sur nos routes durant les deux dernières années du quinquennat Sarközy. L'ultime version de la loi sera votée en avril 2013, de nuit, avec 59 voix de la majorité PS...

Un parcours édifiant qu'aimeraient faire oublier les actuels députés UMP, qui tentent piteusement de récupérer à leur profit les mouvements de protestation qui fleurissent sur les routes de France depuis plusieurs mois.

Quant au gouvernement socialiste, il n'a guère le choix : mécontenter Bruxelles et les entreprises privées à qui il a sous-traité la collecte de cette nouvelle gabelle ou voir demain des centaines de milliers de Français se vêtir d'un bonnet rouge pour défendre leurs emplois...

Publié le 30 Octobre 2013

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2010/01/marine-le-pen-affiche.jpgCommuniqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Suspension de l'écotaxe, après un rétropédalage sur la fiscalité de l'épargne, et celle de l'entreprise : le gouvernement ne sait manifestement plus du tout où il va en matière de fiscalité.

Euro beaucoup trop fort d'après Arnaud Montebourg, pas si fort que ça d'après Moscovici : le gouvernement ne sait plus à quel saint se vouer en matière de politique monétaire.

Expulsion de Leonarda et de sa famille, retour de Leonarda en France mais sans sa famille : le gouvernement n'a aucune idée non plus de ce qu'il convient de faire en matière d'immigration. On pourrait multiplier à l'infini les exemples; le gouvernement n'a en réalité plus de direction.

Les Français ont rejeté en 2012 la trahison sarköziste. Ils rejettent aujourd'hui un président, qui comme son prédécesseur, est incapable de donner un cap à la France.

Quand il n'y a plus de direction au sommet de l'Etat, il n'y a qu'une solution : en revenir au peuple, et lui demander quelle direction il veut prendre.

Plus que jamais la question de la dissolution de l'Assemblée nationale et de l'organisation de nouvelles élections législativesse pose. 

Le quinquennat précédent a été un quinquennat pour rien. Le nouveau quinquennat est en train de l'être aussi. 

La crise de gouvernance que connaît actuellement la France doit être l'occasion de réfléchir à la possibilité de rendre la parole au peuple.

Nous proposons au peuple une direction claire : redonner à la Nation la maîtrise de son destin, par la souveraineté du peuple en tous domaines, économique, monétaire, budgétaire, migratoire, diplomatique, etc. L'UMPS ne propose que la soumission à des intérêts qui ne sont pas ceux des Français, tout en taisant les vrais enjeux. Il est temps de sortir de la fausse politique, de l'impuissance et du mensonge.

La campagne législative nouvelle serait l'occasion de poser ces questions de fond.

Publié le 30 Octobre 2013

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2010/01/marine-le-pen-affiche.jpgCommuniqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La nouvelle suspension de l'écotaxe est une avancée arrachée par la mobilisation populaire mais n'estpas une annonce satisfaisante parce qu'elle laisse planer sur les transporteurs routiers, l'agriculture, l'agro-alimentaire et l'industrie une épe de Damoclès anti-économique et anti-sociale.

Artisan de cette nouvelle taxe sous le mandat de Nicolas Sarközy, l'UMP feint de s'en réjouir mais c'est en réalité son bébé qui depuis des mois est contesté par les Français.

Dans cette affaire et dans ce nouveau rebondissement, deux acteurs ont donc perdu le peu de crédibilité qu'il leur restait : le gouvernement et l'UMP.

Le pouvoir doit désormais rompre défintivement avec le pilonnage fiscal, en cessant de se soumettre à l'Union européenne et en engageant la France dans une politique de redressement de la croissance et de l'emploi fondée sur le patriotisme économique.

Publié le 28 Octobre 2013

413363 438402656222322 948668578 oCommuniqué de Sophie Robert, Secrétaire départementale du Front National de la Loire, Conseiller régional

La nouvelle arrive comme un cyclone dans la plaine du Forez. A Boën, petite bourgade jusqu'alors tranquille de 3.200 habitants, c'est contre l'avis des habitants, contre le Conseil municipal, malgré les pétitions, que Madame Buccio, Préfet de la Loire a pris la décision de reloger plus d'une centaine de demandeurs d'asile !

Ces étrangers, venus de l'ex-Yougoslavie et d'Afrique, dont le premier rapport avec la France est l'entrée illégale sur son territoire, seront hébergés durant toute la période hivernale (au moins !) au sein de l'ancien hôpital local, qui était destiné à devenir une maison de convalescence !

Les Ligériens doivent savoir que la  Préfecture dispose de 11 millions d'euros chaque année pour reloger les illégaux. En juillet, ce budget était d'ores et déjà dépensé ; nous sommes aujourd'hui à plus de 20 millions d'euros ! 

Je rappelle que M. Gabriel de Peyrecave, candidat de Saint-Etienne Bleu Marine, et Mme Sarah Brosset, candidate de Roanne Bleu Marine, s'étaient déjà élevés contre cette gabegie.

Je réclame l'annulation immédiate de cette décision. J'attends de Madame Buccio, Préfet de la Loire, que toute personne en situation irrégulière soit immédiatement reconduite à la frontière.

Il serait plus juste d'attribuer cette dotation de 11 millions d'euros non plus aux étrangers délinquants, mais aux familles françaises les plus nécessiteuses de la Loire !

Sophie Robert

Publié le 28 Octobre 2013

0'35 : "Le droit du sol, c'est l'Amérique. C'est bien normal pour un pays d'immigration. La France, c'est d'abord le droit du sang : on devient Français parce que ses parents le sont !"

0'52 : "On nous dit que le droit du sol, c'est la république ! Pas de chance, c'est plutôt la Monarchie. C'est la révolution qui invente la nation et la différence entre le Français et l'Etranger. Le code civil supprime donc le droit du sol." 

"La France est avant tout, un pays de race blanche, de religion chrétienne, et de culture gréco-romaine !" Charles de Gaulle 

Publié le 26 Octobre 2013

 

article pascal-copie-1

Le Progrès du 24 octobre 2013 

 Pascal Arrighi et Sophie Robert, Secrétaire départementale du Front National de la Loire, Conseiller régionalphoto--5-.JPGPascal Arrighi : "Je travaillerai à la promotion de nos entreprises, commerces et artisans. Je suis pour une baisse d'impôt et contre le gaspillage !"photo--3-.JPG