Publié le 9 Septembre 2013

France 2 : le jour où tout a basculé - Mon fils Cédric est devenu raciste.

A 1'04 : "Les racistes, on le sait, sont souvent aveuglés par leurs préjugés, leur dégoût et leur haine des autres. Heureusement pour elles, les victimes ne sont pas sujettes à ce même aveuglement... Bien au contraire, par leur dignité et leur générosité, elles arrivent même parfois à retourner la situation en leur faveur et à faire évoluer les mentalités."

A 12'41 : "Pour moi, le racisme, c'est comme... une bête enfouie qui est endormie, et on ne sait jamais où et quand elle va se réveiller.

Publié le 9 Septembre 2013

2Les retraites face aux diktats européens

Ce mardi 10 septembre a lieu à Roanne, la manifestation contre la réforme Moreau.

Parfaitement bruxello-compatible, ce rapport ravit l'UMPS et le MEDEF en s'inscrivant dans la ligne de l'austérité et de l'ultra-libéralisme le plus injuste et le plus inefficace ; les syndicats, quant à eux, trahissent les salariés en protégeant le dogme de l'Union européenne.

On demande aux Français de cotiser plus longtemps encore alors que la plupart peinent déjà à rester en poste au-delà de 50 ans.

Plutôt que de taper systématiquement sur les mêmes, il serait plus profitable de faire la chasse aux mauvaises dépenses publiques : coût gigantesque de l'immigration, de la fraude sociale et fiscale, du budget de l'Union européenne, etc. L'emploi est également la clef du financement des retraites, mais cela suppose de ré-armer la France face à la mondialisation.

Alors que la pérennisation du système de retraites pèse une fois de plus sur les salariés, je m'inquiète aussi de l'appauvrissement considérable de nos retraités roannais, au moins 15% d'entre eux vivent déjà avec moins de 850 euros par mois !

Les retraités et les personnes dépendantes ont le droit d'obtenir de la collectivité des conditions convenables d'existence comme l'indique le préambule de la Constitution de 1946.

Publié le 5 Septembre 2013

http://img15.hostingpics.net/pics/404239chumarseille120588531713.jpgDans la nuit du 12 au 13 août, un homme armé a séquestré des infirmières de l'hôpital Nord de Marseille.

La prise d'otages a été passée sous silence grâce à l'habituelle complicité des médias.

Le Professeur Pascal Thomas, spécialiste de la greffe pulmonaire raconte : "Un patient est sorti de sa chambre un revolver à la main, il interdisait à quiconque d'entrer ou de sortir de l'unité, menaçant de buter le premier qui désobéirait ou qui donnerait l'alerte."

Si les forces de l'ordre sont parvenues à appréhender l'individu, son arme n'a elle, pas été retrouvée. Quant au preneur d'otages, il est reparti libre et n'a été qu'exclu de l'hôpital.

Les soignants qui ont été victimes de l'agression n'ont pas porté plainte car ils ne voulaient pas donner leur identité par peur des représailles.

Publié le 5 Septembre 2013

http://s.tf1.fr/mmdia/i/40/9/florian-philippot-sur-france-2-mardi-12-juin-2012-10713409famcf_1861.jpg?v=1Communiqué de Florian Philippot, Vice-président du Front National

La nouvelle réforme de l'enseignement au collège et au lycée de l'histoire et de la géographie se traduira encore une fois par un allègement de l'apprentissage de l'histoire de France. La présidence Hollande met là aussi ses pas dans ceux de la présidence Sarközy, en sacrifiant progressivement l'histoire de France alors que son enseignement devrait constituer une priorité pour renforcer la cohésion nationale, redonner fierté à nos jeunes et permettre l'assimilation républicaine.

On regrettera en particulier la relégation de la présidence du général de Gaulle en bas de programme en classe de troisième, relégation déjà évoquée par plusieurs médias.

Nous rappelons notre ambition de renforcer l'apprentissage de l'histoire de France au collège et au lycée, en optant pour la méthode chronologique et en revalorisant les aspects les plus glorieux de notre longue histoire nationale.

Publié le 5 Septembre 2013

Jean-Jacques Bourdin donne le micro à Françoise, gérante d'hôtel qui accueille des clandestins.

Elle témoigne sur la situation des clandestins et reconnait tout faire pour leur facturer la nuit le moins cher possible. Elle parle également des très nombreuses femmes enceintes ou qui viennent d'accoucher :

"Il y a des mamans qui ont accouché depuis qu'elles sont là, une maman était à la maternité lundi dernier quand il y a eu l'évacuation, une autre était hospitalisée pour un problème de grossesse, et une maman qui est là avec un bébé de quinze jours." Françoise

Droit du sol aidant et complicité d'une justice qui n'en est pas une, voici une belle façon de faire régulariser sa situation au plus vite...