Publié le 2 Février 2013

assemblee-anti-nationaleLe premier article du projet de loi sur le «mariage » homosexuel a été adopté par l’Assemblée anti-nationale.

249 voix pour, 97 contre.

Il y a 577 députés dont au moins 226 dits « de droite ». Cela signifie que moins de la moitié d’entre eux a jugé nécessaire de voter contre ce texte, alors que des millions de Français se sont inquiétés de ce projet, allant jusqu’à défiler sous les intempéries par centaines de milliers.

De leur côté les parlementaires de gauche confisquent la souveraineté du peuple en imposant ce texte, alors que leurs propres voix ne constituent même pas la majorité des 577 députés.

 

Tandis que Flamby soigne sa cote de popularité chez les Maliens… Source : Contre-info

 

A Saint-Etienne, à la manif pour tous : pas un seul représentant de l'UMP de la Loire ... Ils n'ont, d'ailleurs, pas même pris la peine d'appeler à manifester et ont du mal à dire s'ils sont pour ou contre le mariage pour tous !!!

Publié le 2 Février 2013

413363 438402656222322 948668578 oCe samedi 2 février 2013, le Front National de la Loire, dont la délégation était menée par Sophie Robert, Charles Perrot et Gabriel de Peyrecave, était présent à "la manifestation pour tous," organisée à Saint-Etienne. Entre 200 et 250 adhérents du Front National de la Loire avaient répondu présents malgré le froid et la neige.
Gabriel de Peyrecave a pris la parole à la tribune et défendu l'idée d'un mariage fondateur de notre société, de notre civilisation.
Lors du débat public du 24 janvier dernier, organisé par le député socialiste Régis Juanico, son homologue Erwann Binet, rapporteur du projet de loi sur le mariage homosexuel, à court d'arguments, avait déclaré à notre encontre, non sans mépris, que "la loi naturelle n'existe pas, seule la loi de la république existe."
Votre insolence, M. le député Binet, n'est qu'un bouclier face à votre pauvreté d'esprit ! Ce bouclier, nous le briserons, et dès lors, la loi naturelle reprendra sa légitimité.
La France, république indivisible, laïque, démocrate et sociale ne peut pas, par définition, accepter de voir une communauté minoritaire lui imposer sa définition du mariage, lui imposer ses moeurs, plus encore lorsque ces derniers vont à l'encontre de la nature elle-même.
Une société raisonne avec ses neurones et non avec ses hormones.
Sophie Robert et le Front National de la Loire demandent expressément au gouvernement Ayrault de revenir sur cette réforme totalement destructrice.
 

Publié le 1 Février 2013

Le 31 décembre 2013, Liliane Boury est intervenue en Assemblée plénière pour dénoncer la décadence de la politique culturelle menée par l'exécutif culturel socialo-écolo-communiste. Elle s'en est particulièrement pris à la carte régionale M'RA qui permet aux jeunes lycéens d'accéder à l'espace M'RA de la Région pour télécharger gratuitement des chansons et vidéos salaces.

C'est pendant cette lecture que Bruno Gollnisch a exposé son postérieur. (A partir de la 6e minute)



Publié le 1 Février 2013

http://www.choisir-son-candidat.com/images/candidats/240-300/bruno-gollnisch.jpgCommuniqué de Bruno Gollnisch, Président du groupe FN au Conseil régional Rhône-Alpes - 31 janvier 2013

Au Conseil Régional de Rhône-Alpes, où l'on gaspille à tout va l'argent du contribuable, la Gauche socialo-écolo-communiste subventionne grassement des sites informatiques classés comme pornographiques ou incitant à "monter son cul" (sic).

Tout cela sous prétexte de culture...

Mais quand une élue Front National leur lit en séance les paroles des auteurs qu'ils subventionnent les Tartuffe en sont choqués !

Trop c'est trop. Pour leur faire honte, j'ai esquissé le geste rabelaisien auquel ces élus incitent les citoyens. Horreur !

J'espère qu'aux prochaines élections, les électeurs scandaleusement plumés feront de même en les renvoyant, à poil, dans leurs foyers.

Voici les textes téléchargeables sur "l'espace M'RA", financé par la Région Rhône-Alpes à destination des jeunes publics et dénoncés par l'élue frontiste Liliane Boury : 

Poil : "Tronche à cul"

Troche à cul,

Cul qui brille,

Brillamment abandonné,

Né à nu,

A nu sa tron..., tronche à cul.

Brice et sa Pute : "Supervice"

Je ne prends pas de risques avec les acteurs connus

Si tu es écrivain célèbre, par contre, 

Je te montre mon cul : cul simple, cul double, cul triple [avec photos à l'appui]. (...)

J'ai beaucoup de mérite à envisager comment jouir : en bas, à droite, tout droit.

Nique ta mère même si c'est froid, je te montre le pas.

Mange-moi ! Couche-moi ! (...)

Appelle-moi comme ta maman, ou amène-moi ton p'tit papa, tu ne le sentiras pas. (...)

Vas-y, glisse ton pénis, c'est moi "supervice".

Sans commentaire...

Publié le 1 Février 2013

http://www.fnra.fr/wp-content/uploads/2013/01/Flamme-FN-2.jpgCommuniqué du groupe FN au Conseil régional Rhône-Alpes - 31 janvier 2013

L'irresponsabilité et l'amateurisme progressent à la Région Rhône-Alpes. Le débat sur le projet budgétaire de 2013 en Assemblée plénière ce jeudi 31 janvier en a une nouvelle fois fourni la preuve.

En effet, plusieurs groupes (Ecologistes, Front de gauche, Droite) ont présenté des amendements contraires au règlement intérieur du Conseil régional et donc, par nature, irrecevables : ces amendements, qui proposent des augmentations ne sont pas gagés par les économies correspondantes, ceci en totale contradiction avec l'article 1.21 du Règlement intérieur : "Lors de l'examen du budget primitif et des décisions modificatives, et sous peine d'irrecevabilité, (...) tout amendement ayant pour conséquence, par rapport aux propositions du président, une augmentation des dépenses et/ou une diminution des recettes, doit proposer au moment de son dépôt conjointement et pour un même montant, une augmentation des recettes et/ou une diminution des dépenses clairement identifiées, afin de respecter l'équilibre global du budget."

Par la voix de son président Bruno Gollnisch, le groupe FN a soumis ces irrégularités au Président du Conseil régional Jean-Jack Queyranne et au vice-président aux Finances Jean-François Debat. En total accord avec le FN,ces derniersont cependant préféré continuer le débat, ceci au risque d'une annulation ultérieure de ces amendements par la justice.