Publié le 2 Novembre 2012

http://3b.img.v4.skyrock.net/7771/4947771/pics/62569613.jpgAmel Bent explique : "Je suis fière d'être Algérienne, fière d'être la fille de ma mère mais je ne peux pas dire encore que je suis fière d'être Française." Ce à quoi elle ajoute : "Aujourd'hui, non je ne peux pas brandir un drapeau bleu blanc rouge, non je ne peux pas, alors que pour moi c'est plus facile de lever le drapeau de l'Algérie, alors que je ne connais pas l'Algérie."

Ces déclarations de la chanteuse, née en France de mère algérienne et de père marocain, sont quasiment passées inaperçues lors de l'émission qui lui était consacrée le 25 octobre dernier. Ses propos relancent une nouvelle fois le problème sensible d'une "nouvelle génération de Français".

Très directe, Amel Bent parle de ses origines maghrébines, de l'attachement quasiment viscéral qu'elle a pour la culture de sa famille et au contraire de la distance qu'elle entretient vis-à-vis de sa nationalité française. Pas à court de contradiction, la chanteuse rappelle néanmoins qu'elle ne se voit pas un instant aller vivre en Algérie...

Et pourtant, si jamais, par le plus grand des hasards, elle venait à décider d'organiser son retour au pays, nous ne saurions nous y opposer et prendrions même la position ferme de la soutenir, voire de tout faire pour accélérer son déménagement ! Nos oreilles n'en seraient que soulagées...

Publié le 1 Novembre 2012

Selon Le Point, c'est bien à la demande algérienne de repentance que Gérard Longuet a adressé un bras d'honneur filmé à son insu par Public Sénat.

Si nous ne souhaitons pas nous associer à un tel geste, il semblerait que nous puissions nous accorder sur la réponse à apporter au Ministre algérien des anciens combattants qui exige de la France " une reconnaissance franche des crimes perpétrés à leur encontre par le colonialisme français."

A bon entendeur, Salut !

http://img20.imageshack.us/img20/7093/longuet758280jpg509453.jpg

Publié le 1 Novembre 2012

http://3.bp.blogspot.com/-rplKRpKlRsU/TzvfpT8DELI/AAAAAAAADFw/DklSy4f0_NE/s1600/Franziska+5.jpgAprès avoir voté une loi d'ouverture du mariage aux homosexuels, le Brésil vient de célébrer son premier mariage entre trois personnes. Une décision qui découle directement de la loi pour tous. On vous a prévenus !

Un homme et deux femmes ont donc été mariés par la notaire de Tupã, dans l'Etat de São Paulo. Cette dernière a déclaré à l'AFP que sa "fonction n'était pas de juger si cette situation est correcte ou pas."

La logique juridique est implacable : si un mariage ne définit plus l'union entre un homme et une femme mais qu'il consacre désormais l'amour, pourquoi ne pas marier un homme et deux femmes qui s'aiment ?

Mais chut !! Quiconque oserait poser la question de la polygamie comme conséquence du mariage pourtous est un vilain facho homophobe. Dire qu'un maire français s'est fait trainer dans la boue par l'ensemble de la classe politique et médiatique, pour avoir simplement posé cette question qui coule de source.

On ne parle même pas du coût exorbitant que les multiples demandes de ce genre vont faire payer à la justice (et donc au contribuable) pour décider si l'on peut épouser deux femmes, sa tante, son chien ou une carotte. C'est bien que l'argent public serve à quelque chose...