Publié le 3 Janvier 2012

Jean-Marie LE PEN, Président d’Honneur du Front National, sera l’invité de Jean-Michel Aphatie sur RTL, vendredi 6 janvier à 7h50.

Publié le 3 Janvier 2012

L’équipe de campagne de Marine Le Pen se félicite de l’initiative de Libération de publier en une les déclarations des candidats à l’élection présidentielle.

Elle transmet donc pour publication le discours de lancement de campagne ci-joint, prononcé le 19 novembre 2011 par Marine Le Pen (http://www.frontnational.com/videos/presentation-du-projet-presidentiel-de-marine-le-pen)

Elle ne doute pas que cette publication se fera dans les mêmes conditions que la lettre de François Hollande, en une et sur les premières pages de Libération.

Publié le 3 Janvier 2012

Lu dans Le Parisien :

P"On pensait que les pilules contraceptives de dernière génération provoquaient moins d’effets secondaires et qu’elles étaient moins dangereuses pour la santé. Si le premier argument reste vrai, le second est aujourd’hui battu en brèche par deux études qui sèment un vent de panique parmi les femmes à qui elles sont prescrites.

Soit 2 à 3 millions de patientes, c’est-à-dire la moitié des patientes qui utilisent la pilule.

La première alerte a été donnée par le « British Medical Journal » à la suite de la publication, il y a quelques semaines, d’une étude danoise menée sur 1,7 million de femmes entre 2001 à 2009. Elle montre que le risque de thrombose veineuse — la formation de caillots dans le sang — est deux fois plus élevé sous une pilule dite de troisième génération (contenant du désogestrel, du gestodène et de la drospirénone) que sous une pilule de deuxième génération (les plus anciennes sur le marché, contenant du lévonorgestrel), et quatre fois plus élevé que sans contraceptif hormonal. Quelques jours plus tard, une seconde étude de la Food and Drug Administration, l’agence américaine du médicament, enfonçait le clou."

Pourtant, la Haute Autorité de santé (HAS) avait publié un avis et des recommandations dès 2007. 4 ans après, et moult campagnes gouvernementales aux frais des contribuables, certains ont l'impression de découvrir la lune.

Michel Janva le salon beige

Publié le 2 Janvier 2012

Nicolas Sarkozy, qui affirmait en septembre être étranger à l'affaire des rétrocommissions du contrat pakistanais, aurait pourtant validé en 1994 la création d'une société luxembourgeoise qui servait à payer les intermédiaires. L'affaire de Karachi s'est soldée par un attentat perpétré le 8 mai 2002 tuant 15 personnes, dont 11 Français employés de la DCN à Cherbourg.

Libération s'appuie sur un procès-verbal d'audition du 2 décembre, devant le juge Renaud Van Ruymbeke, de Gérard-Philippe Menayas, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense et ex-directeur administratif et financier de la DCNI, branche internationale de la Direction des constructions navales qui a vendu en 1994 au Pakistan des sous-marins Agosta. Interrogé sur la création en 1994 au Luxembourg de la société offshore Heine, utilisée par la DCNI pour verser des commissions - qui seront légales jusqu'en 2000 - à des intermédiaires dans des contrats d'armement, il a avoué :

"Il est clair que le ministère du Budget a nécessairement donné son accord pour la création de Heine (...) Vu l'importance du sujet, cette décision ne pouvait être prise qu'au niveau du cabinet du ministre".

Nicolas Sarkozy était ministre du Budget de 1993 à 1995.

Michel Janva le Salon beige

Publié le 2 Janvier 2012

Lundi 2 janvier

 

Julien ROCHEDY, Président des « Jeunes avec Marine » participera à un débat sur LCI à 17h30.

 

Mardi 3 janvier

 

Louis ALIOT, Vice-président du Front national, sera l’invité des « Matins » France Culture de 7h40 à 8h50.

 

Mercredi 4 janvier

 

Thibaut de la TOCNAYE, Conseiller politique de Marine LE PEN à la ré industrialisation, participera à un débat sur LCI à 17h00.

 

Jeudi 5 janvier

 

Marine LE PEN, Présidente du Front national, sera l’invitée du Journal de 20h00 de France 2.

 

Publié le 2 Janvier 2012

Franck Ribéry, renommé Bilal depuis sa conversion à l'islam, et son épouse Wahiba viennent d'ouvrir un bar lounge à Boulogne. Le joueur du Bayern de Munich souhaitait "investir" dans sa ville natale depuis longtemps.

Après de gros travaux, un ancien commerce de la rue Nationale est devenu « O'Shahiz », la contraction des prénoms de leurs deux filles Shahinez et Hizya.

« Je souhaitais un concept différent de ce que l'on trouve habituellement », a déclaré le renégat àLa Voix du Nord. L'alcool y est banni même pour les non musulmans et on y fume la chicha. "Différent" des bars français, effectivement.  Source : Observatoire de l'islamisation

Publié le 2 Janvier 2012

(Envoyée aux agences de presse le 31/12/2011 à 20h10)

Les Français n’attendaient rien des vœux de Nicolas Sarkozy et ils n’ont pas été surpris.

Le président de la République n’a pas souhaité une bonne année à la France et aux Français, mais s’est souhaité une bonne campagne, en multipliant comme à l’accoutumée les déclarations d’intention et les formules électoralistes. Nicolas Sarkozy était plus que jamais dans l’incantation.

Usé par un mandat raté, Nicolas Sarkozy n’incarne plus l’espérance. Ce ne sont pas des mots qu’attendent les Français, ni un énième sommet pour l’emploi, ni évidemment la TVA sociale esquissée ce soir, mais de l’action, un changement de cap, radical et vigoureux.
Pour soulager tout de suite les Français, Nicolas Sarkozy aurait dû par exemple annoncer une baisse immédiate de la TIPP, alors que l’essence à la pompe n’a jamais été aussi cher. Baisse de la TIPP compensée par une surtaxation des énormes bénéfices des grandes compagnies pétrolières et gazières.

En outre, l’usage que, tout au long de ses vœux, Nicolas Sarkozy a fait du mot crise témoigne parfaitement de l’usage qui est fait de ce mot dans une opération d’enfumage général des responsabilités. La crise n’est pas une fatalité tombée du ciel, mais le produit des erreurs politiques de toute une génération, le mépris du peuple, supposé dépassé par la supra-nationalité européiste, le règne de l’argent roi, l’oubli de l’Etat, de tout souci d’un bien commun national pour le seul sauvetage des oligarchies bancaires. En un mot l’oubli de la France.

Face à ces vœux de renoncement et d’enfumage, Marine Le Pen est la candidate du bien commun français et des oubliés de la politique française.