Publié le 9 Octobre 2011

 

En 2007, Nicolas Sarkozy candidat à l'élection présidentielle rêvait de faire baisser de quatre points le taux de prélèvements obligatoires français pour le ramener dans la moyenne européenne.

images.jpg

Toi tu vas payer... !!


Las ! En cinq ans, la part des impôts et des cotisations sociales dans la richesse nationale s'est accrue, passant de 43,4% du produit intérieur brut (PIB) en 2007 à 44,5% en 2012. En matière de charge fiscale (impôts et cotisation sociales), la France reste donc dans le peloton de tête des pays de la zone euro.

Depuis la sortie de la récession, impôts et cotisations sociales n'ont cessé d'augmenter. Ils représentaient 42,5% du PIB en 2010 (+ 0,5 point ) et devraient atteindre 43,7% du PIB en 2011 (+ 1,1 point) et 44,5% en 2012 (+ 0,8 point), soit 0,4 point seulement de moins que le record de 1999 sous le gouvernement de Lionel Jospin (44,9%), indique le rapport sur les prélèvements obligatoires et leur évolution, présenté dans le cadre du projet de loi de finances.

En 2012, impôts et cotisations sociales représenteraient 920,9 milliards d'euros. L'essentiel de la hausse du taux de PO de 2012 résulterait non pas de l'évolution économique « spontanée » des assiettes mais de mesures nouvelles, en particulier du plan de redressement voté dans le cadre du deuxième collectif budgétaire pour 2011 (suppression de l'abattement dérogatoire pour durée de détention sur les plus-values immobilières, taxe sur les mutuelles etc).

Source Le Monde le 8 octobre 2011 depuis le blog de Stéphane Ravier

Publié le 9 Octobre 2011

Une dette de plus de 1 694 milliards qui s'alourdit à chaque instant !

Plus de 30 ans de budgets en déficit.
L'argent public continue à couler à flots...

Publié le 9 Octobre 2011

Photo Yves SalvatSelon un classement établi par le Journal du Dimanche, Saint-Etienne, Marseille, Argenteuil, forment le trio de tête des villes françaises de plus de 100 000 habitants les plus endettées.

Le journal, qui a calculé le poids de la dette par habitant pour l’année 2010, affirme que la dette des trois premières villes du palmarès se monte à plus de 2000 euros par habitant (2158 euros pour Saint-Etienne, 2.118 pour Marseille et 2.026 pour Argenteuil).
Arrivent ensuite: Perpignan, Montreuil, Reims, Tours, Grenoble, Rouen et Nîmes, dont la dette est située entre 1.999 euros par habitant et 1.386.
Cet endettement «fulgurant» des villes est la conséquence «d’emprunts toxiques distribués par des banques peu scrupuleuses, à la naïveté de certains élus et à des projets trop ambitieux», explique le journal, qui affirme que le surcoût pour le contribuable serait de 6 ou 7 milliards d’euros.
Alors que des discussions ont lieu actuellement sur le possible démantèlement de Dexia, longtemps considérée comme la banque des collectivités, les élus reprochent à Dexia de leur avoir proposé des emprunts dits «toxiques».
Certains types de crédit sont devenus «toxiques» après l’éclatement de la crise économique qui les a rendus très lourds à rembourser. Ces crédits sont dotés de taux d’intérêt variables, fluctuant en fonction de critères très volatils et difficiles à maîtriser comme les variations de change, les écarts de taux d’intérêt ou le cours du baril de pétrole.
D’après la Cour des Comptes, une soixantaine de mairies ont saisi le médiateur désigné par le gouvernement pour renégocier leurs prêts.
Vendredi, François Fillon a annoncé le déblocage de trois milliards d’euros sous forme de prêts pour aider les collectivités locales à boucler leurs financements pour 2011. Source : le progrès

Publié le 9 Octobre 2011

 

Martin Hirsch, Majda, Mickaël et deux autres sympathisants FN qui n'ont pas souhaité être identifiables

_
Majda, 39 ans, née au Maroc nourrit une haine profonde pour les arabes « assistés ». Du jour où elle a eu ses papiers, elle est devenue française « à 100% ». Elle est aujourd’hui interprète français-arabe pour la police de l’air et des frontières.
_
Il faut que ces étrangers se cassent ! Les étrangers, ils ont tout, et nous on n’a rien. (…)Il faut faire le ménage, la France est une vraie poubelle.
Majda

Ce samedi matin, il y a autour de la table de réunion de Rue89 une demi-douzaine de sympathisants Front national :
Michel, vigneron  ;
Arthur de G., cadre abonné au chômage  ;
Mickaël, étudiant en neuro­sciences  ;
Majda, auxiliaire puéricultrice et interprète français-arabe  ;
Christophe, gardien de prison dans le Sud, syndiqué FO  ;
Antoine, cadre moyen en entreprise [certains prénoms ont été changés].

Face à eux, nous avons invité Martin Hirsch. C’est-à-dire à peu près tout ce que détestent les frontistes, la quintessence de l’« UMPS ».

Trouver des volontaires n’a pas été facile. Une femme habitant dans une cité à Evry se décommande à la dernière minute. Elle n’ose pas répondre au téléphone. Son compagnon s’en charge : « Il n’est pas question qu’elle participe à ce truc politique. Il va y avoir des représailles dans le quartier. »
Sur les six personnes qui ont accepté de venir, seules deux ont accepté d’être identifiables sur la photo. (…)

► Antoine, 25 ans, chargé d’affaires dans le domaine du bâtiment

(…)

« Notre héritage est détruit par cette caste dont vous faites partie. Moi, je suis prêt à me sacrifier pour la détruire. »

(…)

► Majda, 39 ans, née au Maroc

Elle vit dans une cité à Mulhouse. Elle a été « emmenée de force en France à 7 ans ». (…)

Elle nourrit une haine pour les Arabes «  assistés  », « qui ne baissent pas les yeux ». Du jour où elle a eu ses papiers, elle est devenue française « à 100% ». Elle est aujourd’hui interprète français-arabe pour la police de l’air et des frontières.

Majda : « Les étrangers, ils ont tout, et nous on n’a rien. Ils ont la CMU, ils payent pas leur loyer, alors que nous on se démerde. Les Kosovars au-dessus de chez moi, ils se croient chez eux. On paye pour eux. Je les vois à Leclerc, ils arrivent avec leurs bons… Moi, je raque. Il faut faire le ménage, la France est une vraie poubelle.

Hirsch : Faire le ménage, ça veut dire quoi ?

Majda : Il faut que ces étrangers se cassent. Mon compagnon est policier. Vous arrêtez un Arabe au Maroc ou en Algérie, deux claques et il ne dit plus rien. Là, il faut le petit déjeuner, il faut qu’il mange halal, c’est l’hôtel, faut que l’avocat soit là…

Hirsch : Elle est pour tout le monde cette loi, elle ne concerne pas que les immigrés. »

► Arthur de G., 58 ans
(…)
Arthur : « La droite n’a pas de couilles. J’écoute Jean-Marie Le Pen depuis toujours parce qu’il a du bon sens. Il disait : “ Moi, si je dois protéger quelqu’un, je protège d’abord mon frère, ensuite mon proche, ensuite les autres. ” Il ne se met pas à parler des “ citoyens du monde ”. J’en ai marre de voir une France socialo-communiste.

[Majda amène la discussion sur le « racisme anti-blanc ».]

Arthur : « Vous savez très bien, dans les journaux, on ne parle jamais du racisme anti-blanc. Les journalistes vivent dans une bulle.

Hirsch : Vous avez déjà été victime de racistes ?

Arthur : Oui, j’ai été tabassé par des Arabes, trois contre moi.

Rue89 : Quand ?

Arthur : J’avais 20 ans, je sortais du Palace, qui était à la mode. J’étais avec deux filles. Ils m’ont tabassé.

Hirsch : [Rires.] C’est pas du racisme, on vous a attaqué parce qu’on pensait que vous étiez riche.

Arthur : Je n’ai pas dit que c’était du racisme. Je ne veux pas généraliser, mais c’était des Arabes cette fois-là. »

Source : défrancisation

Publié le 9 Octobre 2011

Le Front National félicite les joueurs de l’équipe de France qui se sont brillamment qualifiés en battant les Anglais en quarts de finale de la Coupe du monde de rugby.

Alors qu’on leur prédisait le pire et après un début de tournoi décevant, le XV tricolore a su faire preuve de combativité, de détermination et de ce supplément d’âme qui permet d’emporter la victoire.

Il appartient  désormais aux joueurs français de faire preuve du même état d’esprit pour se qualifier pour leur 3e finale de coupe du monde.

Publié le 8 Octobre 2011

« Je pense que dans deux ou trois semaines, nous assisterons à la débâcle des dettes souveraines qui entraînera une débâcle du système bancaire européen.»

C’est l’inquiétante déclaration de l’américain Robert J.Shapiro, membre d’un comité consultatif au Fonds monétaire international à la BBC mercredi soir.

« Je ne parle pas simplement d’une banque belge relativement petite (Dexia, ndlr), mais je parle des plus grandes banques du Monde, des plus grandes banques en Allemagne, des plus grandes banques en France, qui impacteront les banques au Royaume-Uni. Cela s’étendra partout.»

Pour les spécialistes, l’Américain entend par ces propos mettre la pression sur les autorités européennes pour qu’elles prennent des dispositions dans la crise de la dette avant qu’il ne soit trop tard.Source : F.Desouches