Publié le 13 Avril 2011

« La fille Le Pen connaît une nouvelle vague de popularité » (The Guardian, Angleterre).

« [Marine Le Pen] joue désormais en 1ère division » (El Pais, Espagne).

« Elle a dédiabolisé le parti et […] fait peur à Nicolas Sarkozy » (chaîne TV ZDF, Allemagne).

Marine est « la nouvelle leader de droite, qui veut secouer la France  » (Wall Street Journal, Etats-Unis).

« Marine Le Pen met Nicolas Sarkozy dans tous ses états » (Aujourd’hui le Maroc).

A ceux qui prétendent que Marine Le Pen n’a pas encore de reconnaissance internationale, ces quelques extraits infligent un cinglant démenti. Et la patronne du FN n’est en poste que depuis 4 mois ! « Qu’est-ce que ce sera » quand elle décidera de jouer à fond cette carte, avant ou après la Présidentielle 2012…

Source : Le Parisien, 13 avril 2011

Publié le 13 Avril 2011

France Soir a réalisé un sondage en ligne sur internet hier, mardi 13 avril 2011, 8.645 individus se sont exprimés.

La question était la suivante : « Si le premier tour de l’élection présidentielle avait lieu dimanche, pour qui voteriez-vous ? »

Sur 6 candidats mentionnés, Marine Le Pen se place en tête dès le premier tour avec 34 % des suffrages.

La candidate à la présidentielle de 2012, distance largement les candidats du système UMPS qui recueillent une fois emboités 36 %.

12 % soit 1011 votants ne savent pas encore pour qui ils voteront le jour J.

On remarque que le sondage prend en compte la candidature de Dominique Strauss-Kahn et de Nicolas Sarkozy et omet pour le moment celle de Dominique de Villepin.

Marine Le Pen croit donc de plus en plus dans l’opinion, avec plus d’un tiers de l’opinion acquis à son objectif de redresser la nation France, le plafond de verre n’est plus quoiqu’en murmure le pensée unique…

Publié le 13 Avril 2011

Libres propos de Gilbert Collard le 12 avril 2011

La réalité dépasse la fiction ? Non, la fiction est devenue réalité. Ce qui est l’expression tragique d’un franchissement des frontières subjectives, d’une rupture des digues qui contenait encore l’explosion des extrémismes criminels. La scène projetée sur un écran ferait frémir. Elle est désormais figée dans la matérialité de la mort d’un jeune homme de vingt et un ans, assassiné à Villepinte, à son domicile, sous les yeux de son père et de sa mère, de ses sœurs, 16 ans et 20 ans, de son frère, 12 ans. Entre 5 h 45 et 6 heures, quatre tueurs, cagoulés et armés, pénètrent dans le quartier pavillonnaire, défoncent la porte du garage, hurlent « police », tirent la victime de son lit, la traînent dans le salon et l’abattent de plusieurs balles de calibre 9mm. Un autre monde, en gestation depuis des années de lâcheté, cocooné par les discours irréels sur les banlieues, arrosé à l’arrosoir de la langue de bois, du manque de discernement, vient de naître. Quel que soit le mobile ou les mobiles à découvrir de cet assassinat, il nous fait entrer dans une nouvelle violence, la barbarie post-moderne à visage cagoulé.

Pour tuer un jeune homme froidement, dans la perpétration lente d’un scénario criminel détaché, comme çà, sous les yeux des siens, il faut évoluer dans un autre univers où les sensibilités sont mortes, ou la jouissance à tuer devant des « spectateurs » concernés relie le crime au spectacle. On a laissé, au fil du temps, s’incruster une sous-culture de la violence, avec ses codes, ses gestes, ses vêtements, ses chansons, son parler, ses territoires, ses rituels, au point qu’aujourd’hui elle impose ses codes sanglants. À cela, parmi d’autres causes, la démission et la lâcheté, qui nous rendent incapable de mettre des mots justes sur une réalité criminogène, de dénoncer l’émergence de tribus criminelles, au sens sociologique, mafesolien du terme, dans nos cités, nos banlieues inhumaines.

Salauds d’architectes et d’édiles d’alors ! Tous les codes ont sauté dans la perpétration de ce crime, le domicile, la nuit, la famille, la jeunesse, le respect de la vie, des parents, la référence à la police, passeport pour tuer, dans un inversement significatif des valeurs. En même temps, ce crime en dit long sur l’armement et les méthodes. Palerme n’est plus en Sicile et la mafia importe, par imitation cinématographique, ses méthodes dans nos quartiers. C’est l’appropriation des méthodes maffieuses par un milieu qui n’est pas le milieu.

On se prépare de beaux jours. Enfin, il ne faut pas être trop pessimiste… Gbagbo a été arrêté, nos cités peuvent dormir en paix…

Publié le 12 Avril 2011

La légère revalorisation de 4,6 % du barème d’indemnités kilométriques n’est pas une réponse sérieuse au choc anti-pouvoir d’achat provoqué par la flambée des prix de l’essence et du fioul.

Une nouvelle fois, cette décision relève plus du coup de communication que d’une volonté réelle d’améliorer le pouvoir d’achat des Français, à l’heure pourtant où le prix à la pompe bat un nouveau record (1,53 euro le litre de sans plomb en moyenne nationale).

D’abord, une large majorité de Français, habitants des zones rurales, plus pauvres et usagers du fioul notamment, resteront à l’écart du dispositif.
En outre, même les bénéficiaires de la mesure seront très loin du compte.

Le pouvoir fait croire qu’il a mis à contribution les grands groupes pétroliers, comme le réclame le Front National depuis des semaines. En réalité, ce ne sont que, très provisoirement, 115 millions d’euros qui sont concernés, une goutte d’eau face à l’immensité des bénéfices du secteur. Total seul a dégagé 10,5 milliards d’euros de profits en 2010, en hausse de 25 % en un an. Il ne faut surtout pas froisser les amis du CAC40…

Marine Le Pen, Présidente du Front National, rejette ce nouvel artifice de communication à visée électoraliste. Le pouvoir d’achat des Français mérite un vrai plan d’action immédiat :
- baisse de 20 % de la TIPP,
- compensation par une véritable surtaxe des super-profits des grands groupes pétroliers et gaziers, quitte à déplaire au Medef
- engagement aux niveaux national et international d’une lutte déterminée contre la spéculation sur les produits de base

Publié le 12 Avril 2011

Réaction d'un militant du Roannais

 

C'est la conclusion d'un article élogieux paru dans le Progrés de Roanne, du 9/04/2011, sur le concert de Yannick Noah à Riorges. 

Certaines sensibilités pourraient  juger équivoque un tel propos et dans le royaume de l'équivoque tout ne dépend justement PAS de l'intention de l'auteur.

Imaginez un instant la même structure de phrase dans un autre contexte : "Aujourd'hui, telle ville de France est une province africaine ...

Surtout que les rentiers de la bien pensance sévissent et que leur "deux poids deux mesure" est absolument flagrant. 

Un article plus critique envers la prestation de M. Noah aurait il pu conclure de la sorte ?

Quel critère pour séparer la "bonne" et la "mauvaise" ambiguité  ?

Publié le 11 Avril 2011

Lu sur Le Figaro : « Les quinze élèves issus de milieux défavorisés qui avaient été recrutés en 2009 pour préparer le concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration (ENA) ont tous échoué au concours, a indiqué aujourd’hui la direction de l’école, confirmant une information de Libération. Sur les onze filles et quatre garçons sélectionnés pour cette première promotion « diversité » de préparation d’un an à l’ENA, une seule était admissible avant d’échouer à l’oral du concours en décembre. Interrogée par l’AFP, la direction de l’ENA a confirmé les informations de Libération. » Source : contre-info

Publié le 11 Avril 2011

Le pape Benoît XVI est intervenu aujourd’hui dans le débat qui fait rage sur les racines chrétiennes en Europe, en reprochant à certains Européens d’être « amnésiques » quand ils refusent de reconnaître l’influence du christianisme dans leur culture.

Des voix chagrines contestent avec une stupéfiante régularité la réalité des racines religieuses européennes! Il est devenu de bon ton d’être amnésique et de nier les évidences historiques, a affirmé le souverain pontife en recevant le nouvel ambassadeur de Croatie auprès du Saint-Siège, Filip Vucak, dont le pays est en voie d’intégrer l’Union européenne. « Affirmer que l’Europe n’a pas de racines chrétiennes équivaut à prétendre qu’un homme peut vivre sans oxygène et sans nourriture », a remarqué le pape. [...]

Publié le 11 Avril 2011

Le Bureau Politique du Front National condamne les choix de Nicolas Sarkozy qui ont conduit la France à s’enliser dans la guerre civile ivoirienne par un soutien inconditionnel à Alassane Ouattara et une participation active des soldats français de la force Licorne au renversement de Laurent Gbagbo et de son gouvernement, allant ainsi bien au-delà du mandat de l’ONU.

 

L’arrestation de Laurent Gbagbo par les militaires français qui l’ont remis immédiatement aux chefs de la rébellion, constitue une violation gravissime des règles les plus élémentaires du droit international, à l’heure où le Tribunal pénal international soupçonne les partisans de Ouattara de s’être livrés à des massacres et des atrocités.

 

Les décisions de Nicolas Sarkozy portent gravement préjudice aux intérêts de la France en Côte d’Ivoire, mettent en danger la vie de nos compatriotes dans ce pays et dans toute l’Afrique, ainsi que celle de nos soldats engagés dans cette guerre civile.

 

Le Bureau Politique du Front National réitère sa position sur le conflit ivoirien en préconisant la protection de nos ressortissants, la neutralité des troupes françaises, l’arrêt des combats et le retour aux négociations.

Publié le 11 Avril 2011

C'est ce qu'a déclaré Silvio Berlusconi hier :

B "le bon sens voudrait que soit trouvé rapidement un accord [avec Paris, qui] doit se rendre compte que 80% déclarent vouloir rejoindre des parents et des amis en France.

S’il n’y a pas d’accord nous serons contraints de les placer dans des centres d’accueil où nous ne pouvons les garder que six mois et après, ils seront libres de rejoindre la France".

Michel Janva le salon beige

Publié le 11 Avril 2011

Communiqué de presse de Marine LE PEN

 

L’atroce exécution d’un jeune homme sous les yeux de sa famille ce matin à Villepinte démontre par l’horreur le franchissement d’un nouveau cap dans les pratiques violentes de type barbare.

 

Sûrement lié au trafic de drogue d’après les premiers éléments de l’enquête, cet assassinat révèle le développement d’une véritable mafia de la drogue, qu’on a laissé s’installer dans nos quartiers. Cette mafia impose la loi de l’ultra violence, du silence et du règlement de compte. Elle prospère sur le terreau de la drogue, plus fertile que jamais.

Le Front National depuis longtemps tire la sonnette d’alarme au sujet de la drogue. A l’origine d’une large partie de la délinquance (cambriolages et vols à main armée notamment), le trafic de drogue n’est pas considérée par une priorité par le pouvoir en place, alors que tous les indicateurs montrent qu’il explose.

N’ayant jamais rien tenté contre un phénomène qui se généralise à nos villes, nos banlieues et nos campagnes, le gouvernement Sarkozy ne fait rien, si ce n’est réduire chaque année les effectifs de la police et de la gendarmerie (-16 000 postes depuis 2005).

Marine Le Pen, Présidente du Front National, demande qu’enfin le pouvoir agisse pour que l’épouvantable drame de Villepinte ne puisse plus se reproduire. Il est le fruit de l’inaction coupable de nos dirigeants politiques, Messieurs Sarkozy et Guéant en premier, aux manettes de la lutte contre l’insécurité depuis neuf ans.

 

Halte aux discours ! C’est une véritable guerre qu’il faut livrer à la drogue dans notre pays.

Le trafic, mais aussi la consommation aujourd’hui tolérée, doivent faire l’objet d’une très sévère répression. A cette fin, la police et la gendarmerie doivent bénéficier de moyens renforcés, et recevoir des ordres clairs et sans faiblesse.

Marine Le Pen demande que, dès aujourd’hui, le ministre de l’Intérieur annonce la remise en cause de la prochaine vague de suppression d’effectifs de policiers et gendarmes.