Publié le 18 Mars 2011

Communique de presse du Front National

 

Le gouvernement français a choisi de s’engager aux côtés de plusieurs pays, dont les Etats-Unis et le Royaume-Uni dans une opération militaire contre le régime de Kadhafi, sans tenir compte des oppositions de plusieurs de ses partenaires européens, dont l’Allemagne.

Le Front National regrette ce choix d’ingérence, non seulement parce qu’il est, une fois encore, une violation du principe de souveraineté sur lequel repose le droit international, mais surtout parce que les conséquences géopolitiques, en Méditerranée et dans le Sahel, d’une chute de Kadhafi seront pires que son maintien ou qu’une issue purement nationale de la guerre civile libyenne.

Cependant, ce choix étant fait, le Front National en prend acte et  apporte tout son soutien et ses pensées à nos forces armées. Nous ne regretterons évidemment pas le colonel Kadhafi, lequel aura reçu dans sa trop longue histoire de nombreuses marques d’amitié de la part du système UMPS. Notre mouvement s’honore de ne jamais s’être commis avec ce régime.

Nous rappelons en effet que lorsque Kadhafi pratiquait le terrorisme en faisant sauter des avions civils français et occidentaux, il n’appelait de la part de notre gouvernement aucune mesure de représailles. Il semblerait qu’aux yeux de M. Sarkozy, de son principal inspirateur, BHL, et de son exécutant docile, M. Juppé, la vie d’un Libyen de Benghazi a plus de prix que celle d’un passager français du vol d’UTA qui explosa en 1989 au-dessus du désert du Ténéré (170 morts).

Nous voulons aussi souligner notre préoccupation quant aux conséquences prévisibles de la chute du régime de Kadhafi. Les partisans de l’ingérence ont ignoré que les rebelles de l’Est, en Cyrénaïque, sont pour large partie des islamistes radicaux. Les bastions des vétérans libyens du jihad en Afghanistan, en Bosnie et en Irak sont en effet à Benghazi et à Darnah. Le pillage des dépôts d’armes à ouvert la voie à une somalisation de la Libye. L’explosion des flux migratoires vers l’Europe est à prévoir, car ce régime contribuait tout de même à limiter la pression migratoire sur l’Italie.

Nous tenons enfin à nous démarquer, une fois de plus, de cette politique étrangère émotionnelle et brouillonne de Sarkozy, davantage inspirée par des préoccupations de communication intérieure (nous sommes à la veille des élections cantonales), que par notre intérêt national.

Publié le 18 Mars 2011

A moins d'un sursaut (pétition), la santé est et doit rester un marché (future directive THMP) :

Mtl "L'Union Européenne s'apprète à interdire la médecine natuerelle en soumettant chaque plante au même processus d'approbation que les médicaments pharmaceutiques.

Les dossiers sont extrèmement complexes et coûteux à monter, hors de la portée des petits producteur. Aujourd'hui, c'est le romarin qui est sur la sellette. Au Canada, il est interdit de cultiver des herbes médicinales dans son jardin, sous peine de poursuites judiciaires.

C'est ainsi tout un pan de notre culture traditionnelle dont l'Union Européenne veut nous priver.

L'association qui lutte contre ce texte a réuni les fonds pour entamer une procédure. Elle a besoin de signatures pour légitimer sa démarche. Le silence assourdissant des médias doit encourager à relayer son appel. C'est d'encore une partie de nos racines qu'on nous prive".

Source : le salon beige

Publié le 17 Mars 2011

Addendum vidéo : Manifestation de Mahorais contre les étrangers (France 3, 9/03/11)

"C’est normal que la France les régularise mais il faudrait qu’elle les mettent tous dans un avion et les rapatrie directement en métropole"

 

 Addendum 16/03/11 : Editorial de l’historien Bernard Lugan dans le dernier numéro de L’Afrique Réelle

"La France a son Lampedusa, mais un Lampedusa à la puissance 10. Pour la seule année 2010, 26 405 clandestins en furent expulsés, ce qui donne une idée du chiffre réel du nombre des arrivants…"

Publié le 17 Mars 2011

Après un très court séjour sur l’île de Lampedusa, où Marine Le Pen était accueillie par son maire pour faire le point sur une immigration clandestine en passe de submerger la petite île et tous les territoires européens proches de la Méditerranée, la Présidente du Front National a réalisé une conférence de presse internationale, à Rome, pour faire état de l’immigration clandestine en Europe et plus particulièrement sur celle que subit la petite île italienne de Lampedusa.

Publié le 16 Mars 2011

Communiqué de Presse

de Jean-Marie LE PEN

 

 

 

La catastrophe nucléaire qui touche le Japon à la suite du tremblement de terre et du tsunami attire l’attention de tous sur le danger récurrent de toutes les installations nucléaires.

 

Les citoyens peuvent légitimement exiger que le maximum de précautions soient prises dans le fonctionnement des 58 centrales nucléaires françaises qui, jusqu’ici, n’ont pas posé pourtant de problèmes sérieux, mais qui avancent en âge.

 

En revanche, l’attention doit être très vivement attirée sur la centrale nucléaire de Temelin située à 60 kms de Vienne, en plein cœur de l’Europe.

 

En effet, celle-ci fait l’objet de plus de 100 incidents de fonctionnement.

 

Récemment, le 1er Ministre tchèque Petr Necas a rencontré en France Monsieur Fillon. Ils ont signé un accord pour la construction des 3 et 4èmes tranches de la centrale de Temelin.

Publié le 16 Mars 2011

C’est un Mouammar Kadhafi survolté qui est apparu dans la soirée à la télévision. Le leader libyen a invité quelques supporters dans son palais présidentiel de Tripoli, alors que le gouvernement espère reprendre le contrôle d’ici quelques jours de toutes les régions aux mains de l’insurrection (Euronews).

" Et la France qui lève maintenant la tête et veut attaquer la Libye, a dit le dictateur, est-ce que tu veux attaquer la Libye espèce d’idiot ? C’est nous qui allons t’attaquer, viens et essaye de nous attaquer ! "

Publié le 16 Mars 2011

Saïf Al-Islam Kadhafi, l’un des fils de Mouammar Kadhafi, s’exprimait sur euronews ce midi. Extraits :

Question : La France fut le premier pays à reconnaître le Conseil national de la révolution. Que pense le régime du Président Sarkozy ?

Saïf Al-Islam Kadhafi : Tout d’abord, il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen. Nous lui avons accordé une aide afin qu’il œuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçu. Rendez-nous notre argent. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement.

Lire l’interview complète