Publié le 28 Mars 2011

Le candidat socialiste Marc Lassablière a obtenu hier le droit d’oeuvrer pour un troisième mandat d’affilée sur le canton Sud de Saint-Chamond. Avec 59,1 % des suffrages, il bat le candidat du Front national Christian Meunier qui obtient un score de 40,9 %. Entre les deux tours, le « nouveau » conseiller général a plus que doublé son nombre de voix qui est passé de 1634 à 3279.

Le candidat malheureux du FN progresse quant à lui, de près de 700 voix dans l’entre-deux tour.

Marc Lassablière arrive en tête dans treize bureaux de vote du canton. Le seul qui lui échappe est celui de la Valla-en-Gier qui, une nouvelle fois, revient au candidat de l’extrême droite (44,5 % contre 55,5 %).

L’appel au vote républicain enregistré tout au long de la semaine semble donc avoir porté ses fruits. D’autant plus que la participation a augmenté de sept points par rapport au premier tour, pour atteindre près de 44 % à la clôture des bureaux de vote.

N.D. le progrès

Publié le 28 Mars 2011

DE PEYRECAVE GabrielAvec 65,05 % des voix, Christine Cauët conserve son siège au conseil général et remporte une très nette victoire contre le candidat du Front national, Gabriel de Peyrecave, qui obtient 34,95 % des suffrages.

Pour ce second tour, 463 électeurs de plus se sont déplacés. La candidate socialiste en profite puisque dimanche dernier elle avait convaincu quelque 971 votants contre 2 369 hier. Ce score s’explique d’abord par le bon report de voix des candidats PC, écologistes et PRG (le réservoir de ces voix était de 832 votants) mais aussi par le fait que des abstentionnistes du premier tour se sont ralliés à sa cause. Le candidat du FN a lui aussi progressé passant de 826 à 1 273. Si Gabriel de Peyrecave a peut-être profité de la plus grande mobilisation, il a en tout cas sûrement bénéficié d’un bon report de voix des électeurs de la candidate Union pour la Loire, éliminée au premier tour.

D.B. Le Progrès

Publié le 28 Mars 2011

S’il est une capacité que l’on doit reconnaître aux caciques de l’UMPS, c’est celle de rebondir ! Suite à leur tentative de négation du Front après avoir échoué dans sa politique de décrédibilisation, il leur restait le crédo commun du barrage « républicain » lui refusant au passage ce label dont ils se parent mutuellement s’arrogeant, par là même, le pouvoir de le décerner.- Pour lire la suite 

Publié le 28 Mars 2011

COMMUNIQUÉ

De Bruno GOLLNISCH,

député européen,

Membre du Bureau Politique du Front National

 

 

L’humoriste Mark Twain a déclaré un jour qu’il y avait, par ordre de gravité croissante, « trois sortes de mensonges: les mensonges ordinaires, les sacrés mensonges, et les statistiques. »

Le Ministre de l’Intérieur vient d’en administrer la preuve en « créditant » le Front National d’un modeste 11% de moyenne nationale  au deuxième tour de l’élection nationale.

Il obtient ce chiffre en divisant le nombre de voix obtenu sur les 400 cantons où nous étions présents au deuxième tour par l’ensemble des suffrages exprimés sur quatre fois plus de circonscriptions !

Autrement dit : Dans les trois quarts des cantons, où il n’était pas présent au deuxième tour, on veut faire croire qu’il y a 0 électeurs FN, sans même tenir compte des résultats que nous avons obtenus au premier tour de ces élections ! Bravo l’artiste !

 

Il est bien évident que, si l’on veut avoir une idée du rapport de force réel, il faut rapporter les résultats du FN aux cantons où il était présent à ce deuxième tour. Dans ceux-là, la moyenne du FN avoisine, non les 10%, mais les 40% de suffrages exprimés !

Heureusement, beaucoup de commentateurs n’ont pas été abusés par cette petite manœuvre, qui fait suite à celle par laquelle, au premier tour, le même Ministre avait froidement comptabilisé comme UMP, en se les annexant, tous les candidats « divers droite ».

Ces chiffres qui ne signifient rien n’ont qu’un mérite : servir de sédatif à l’UMP pour lui permettre de masquer sa déroute.

 

Comme le disait Sir Winston Churchill :

« Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées. »

Publié le 25 Mars 2011

Reçu par mail / Lettre ouverte au courrier des lecteurs (du progrès) :  Débat entre Messieurs Bonne et Bertrand

Merci au Progrès d’avoir organisé un débat entre les deux tours des élections cantonales entre nos deux médecins.

Pourtant à la lecture de votre compte rendu sur le journal de jeudi, deux remarques  me viennent :

Pas un mot sur les tablettes numériques proposées par le PS Pet les clés USB promises par l ‘UMP ? Pourtant l’échange verbal  fut long et un électeur pourrait  à court terme choisir une tablette pour son enfant sans s’enquérir du cout pour la collectivité ! La proposition de Monsieur Bertrand pour démagogique qu’elle soit aurait dû trouver place dans vos colonnes.

Et puis, j’ai remarqué de la part des deux belligérants leur objectif commun d'opérer  une préférence locale par rapport à nos voisins du Rhône : plusieurs exemples ont ponctués leurs échanges sur les zones industrielles en devenir et sur les infrastructures routières. Rien de plus normal, me direz-vous : nous sommes dans une élection locale !

 Mais, alors, pourquoi  l’ UMP et le PS s’ils sont d’accord pour préconiser (j'allais écrire prescrire !) une préférence locale dans une élection locale ne préconisent ils pas une préférence nationale dans une élection nationale ?

 Jérôme Actugant

Publié le 25 Mars 2011

Lu dans Présent :

"828 000 naissances pour l’année 2010 amènent la France à 2,01 enfants par femme, selon les derniers chiffres de l’INSEE. Loin devant l’Italie, l’Espagne ou l’Allemagne, elle caracole aux premières places du classement européen avec l’Irlande. Une surprise. Ils attendaient plutôt une baisse. Quand la conjoncture économique va mal, la natalité devient en théorie frileuse. [...] On parle d’«exception française». On cherche les raisons d’une si bonne nouvelle. [...] On argue d’une politique familiale instaurée de longue date et d’un système de Sécurité sociale assurant une protection en matière d’emploi, de santé et de logement. [...]

I Ou comment trouver une explication en se bandant les yeux. Pour reprendre l’image de Michèle Tribalat dans son ouvrage Les Yeux Grands fermés. On prend les devants pour nous rassurer : les mères d’origine étrangère ne contribuent que faiblement à ce chiffre, soit 16 000 naissances, selon l’Insee. Mais ce que l’on ne précise pas, c’est qu’en 2010 150 000 naissances furent issues de la population des ménages, immigrés en métropole, originaires du Maghreb, d’Afrique noire ou de Turquie : quasiment une naissance sur cinq. On ne le dit pas. On le tait. Serait-ce politiquement incorrect de reconnaître objectivement la part croissante des communautés d’origine immigrée dans la fécondité et la natalité ?"

Publié le 25 Mars 2011

Dimanche 27 mars 2011

 

Soirée électorale

A partir de  20h00 interventions et déclarations de Marine LE PEN, Présidente du Front National sur les différentes chaînes de télévision et de radio.

 

Au cours de la soirée Jean-Marie LE PEN, Président d’Honneur, s’exprimera sur les chaînes de télévision et de radio.

 

Différents cadres du Mouvement sur les médias régionaux

 

20h00 -  Marie-Christine Arnautu, Vice-présidente du FN sur France 3 Ile de France et 22h00 sur Public Sénat.

 

22h30 – Wallerand de Saint-Just, Trésorier du FN sur LCI.

 

Lundi 28 mars

 

Louis Aliot, Vice-président du FN  sur France Info à 7h46 et  sur RTL à 18h00.

 

Marie Christine Arnautu à 8H45  sur LCP,  à 17h00 sur LCI et à 20h00 sur LCP.

 

22h00- France 2Marine LE PEN est l’invitée de « Mots Croisés ».

 

Mardi 29 mars

 

8h10 - Radio Classique – I Télé

Marine LE PEN est l’invitée de Guillaume Durand et Mickael Darmon

 

19h00 – Marine LE PEN  est l’invitée de Radio Orient

 

Mercredi 30 mars 

 

18h30 – Europe 1 – Marine LE PEN est l’invitée d’Arlette Chabot.

 

Jeudi 31 mars

 

7h40 – Canal+ - Marine LE PEN  est l’invitée de « la Matinale ».

18h00 – Marine LE PEN est l’invitée du « Talk Orange Le Figaro »

 

Dimanche 3 avril

 

18h00 – BFM TV 2012 – RMC- Le Point.

Marine LE PEN  est l’invitée d’Olivier Mazerolle

Publié le 25 Mars 2011

Ce mercredi, en fin de matinée, le FN de la Loire emmené par son secrétaire départemental tenait à la permanence du mouvement une conférence de presse consacrée aux élections cantonales.

L'occasion pour Charles Perrot entouré des cinq candidats nationaux en lice et parfois en tête pour le deuxième tour, de se réjouir des scores historiques réalisé tant au niveau national que local.

Le chef de file du FN ligérien revenait brièvement sur la loi scélérate qui oblige maintenant un candidat à recueillir 12,5% des inscrits pour se maintenir. "Sans cette forfaiture ourdie dans le dos des Français, le FN aurait été présent dans près de 750 cantons en France dont 3 de plus dans la Loire, celui de Saint-Bonnet, de Feurs, et de Saint-Héand." 

Monsieur Perrot indiquait que les consignes de vote pour le deuxième tour dans la Loire, là où le FN n'avait pu se maintenir, étaient les mêmes qu'au niveau national: "Aucune voix d'aucun électeur Front National ne doit se porter sur un candidat de l'UMP ou du PS" mettant ainsi dos à dos les tenants interchangeables du système. 

"En revanche, là où nous nous maintenons, je suis convaincu que notre mouvement va amplifier ses résultats grâce aux abstentionnistes du premier tour et aux nombreux déçus de la droite parlementaire." Se gaussant des mots d'ordre cacophoniques de la droite comme de la gauche, et pronostiquant l'implosion imminente de l'UMP, Charles Perrot appelait les électeurs à participer en masse et à porter aux responsabilités le Front National, "Vrai Front Républicain et  seul parti à même de défendre les intérêts du peuple dans l'assemblée départementale".

D'ores et déjà, les résultats spectaculaires remportés par le Front National dans la Loire laissent entrevoir, au-delà des élections cantonales, de nouvelles perspectives à l'horizon 2014 des municipales. "Le Front National représente dès aujourd'hui une force incontournable pour les prochaines consultations municipales dans la Loire. Nous serons en mesure de peser considérablement ou de vaincre dans des villes comme Saint-Chamond, Rive-de-Gier, ou Saint-Etienne." 

"Nous sommes en phase avec les aspirations des Français . Grâce à notre programme et à notre détermination, nous saurons lutter contre la vie chère, l'insécurité, le chômage et l'immoralité politique qui gangrènent notre société" 

 

Pour voir le passage TV cliquer sur le lien c'est le premier sujet du 19/20 de France 3

  

 

 http://info.francetelevisions.fr/?id-video=cafe_HD_1850_saintetienne_locale_230311_496_23032011192106_F3