Publié le 31 Janvier 2011

Mpl Très beaux témoignages donnés par l'Express, pour qu'au-delà des polémiques sur l'engagement de nos troupes en Afghanistan, chacun se souvienne de ces hommes et de leurs familles.

Parler de ces soldats tués au combat, c'est poser la question du bien commun, finalité de toute politique, c'est évoquer aussi la difficulté de discernement de nos resposables politiques, c'est enfin éveiller en chacun la réalité du courage de l'engagement de sa vie dont chacun se complaît à dire qu'elle appartient aux générations passées.

"Le soldat n’est pas un homme de violence. Il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes. Son mérite est d’aller sans faillir au bout de sa parole, tout en sachant qu’il est voué à l’oubli" (Antoine de Saint-Exupéry - Terre des hommes).

Lahire le salon beige

Publié le 31 Janvier 2011

 L'autre jour je m'étais mis en tête de réaliser un couscous pour quelques amis "rapatriés". J'avais pour cela acheté le nécessaire, le collier d'agneau, le poulet, les légumes, les épices et tout le reste. Alors que je préparais les keftas à la menthe, je me dis que mes amis apprécieraient sûrement quelques merguez à l'apéritif, la  kémia, avec laquelle on boit volontiers l'anisette.

Je descendais promptement les quelques étages de l'immeuble où je loge sis rue Elisée Reclus. Je me disais qu'il devait y avoir près d'ici , comme partout à Saint-Etienne, pas mal de magasins arabes. J'avais acheté les marchandises évoquées plus haut auprès de rares petits commerçants européens. Mais là, pris par le temps, oubliant mes états d'âme, je cherchais le boucher hallal qui me délivrerait  au plus vite les fameuses saucisses pimentées.

J'arpentais quelques mètres plus loin la rue du Théâtre , et, ce qui ne m'avait jamais apparu jusqu'alors, me sauta aux yeux. J'étais l'un des rares Français, en tout cas d'origine, dans cette artère faite d'échoppes orientales. Je me remémorais mon enfance d'il n'y a pas si longtemps. La ville présentait un tout autre visage. Les petits bistrots ont cédé devant les kebabs. Je me trouve, comme tous les Stéphanois, et beaucoup de Français, victime d'une sourde colonisation.

Avec un goût de cendre dans la bouche, comme celui qui vient d'apprendre qu'il est malade, j'atteignais  la boucherie hallal qui regorgeait d'une bruyante clientèle allogène. C'est là, alors que je patientais douloureusement, que j'avisais près de la caisse du boucher, une tirelire. Non pas celle de notre mémoire qui représente un goret bien gras, mais une boîte simple sur laquelle on pouvait lire que l'argent collecté auprès des clients irait à la Tchètchénie "martyre". 

J'en restais bouche bée et eus quelque difficultés à formuler ma commande auprès du commerçant musulman.

Ici, dans une ville du cœur de la France on organise ouvertement le financement d'une guérilla islamiste parmi les plus intransigeantes (les russes en savent quelque chose!).

Je rentrais chez moi la tête dans les épaules (et les merguez sous le bras), comme le Serbe rentrait chez lui à Pristina, sachant que le temps à passer dans sa propre maison était inexorablement compté; ici c'est le Kosovo. Je hâtais le pas, pressé de rejoindre l'anisette et mes amis Pieds Noirs.

 

Sébastien M.

Publié le 27 Janvier 2011

 

photo sophieCommuniqué de presse de

Sophie ROBERT

Conseiller Régional Rhône-Alpes

 et Séverine BRUN

Severine Brun Canton de Montbrison (42)Candidates Front National dans les cantons de Feurs et Montbrison

  

Nos enfants reviennent du collège ou du lycée du Forez terrorisés par les attaques violentes et les nombreuses agressions verbales dont ils sont victimes tous les jours en allant prendre leur car. Aujourd’hui encore, c’est un jeune de 14 ans qui a été tabassé par cinq autres « jeunes » qui, aidés par leurs «grands frères», menaçaient avec des couteaux ses camarades qui voulaient lui porter secours. Pas de surveillant aux alentours, les  médiateurs de la mairie et du Conseil général sont arrivés … après la bagarre, expliquant à nos enfants qu’ils ne devaient pas se rebeller !

La semaine dernière, c’était trois autres jeunes qui se faisaient agresser par une trentaine de voyous. Résultats : de graves blessures et des menaces de représailles s’ils portaient plainte.

C’est ainsi que nos enfants assistent plusieurs fois par semaine à des passages à tabac, sans que personne n’intervienne.

 

Ca suffit : les parents et les enfants des collèges et du lycée de Feurs en ont marre !

 

Le Front National de la Loire lance un appel solennel aux autorités éducatives, au Conseil général et à la mairie de Feurs pour que cesse ce climat de haine et de véritable soumission que subissent les jeunes Français se rendant à leurs cours.

 

 

Jeudi 27 janvier 2011

Publié le 27 Janvier 2011

Trouvé dans le bulletin de réinformation de Radio courtoisie :

C "Le 6 juillet 2005, une patrouille de police du commissariat des Mureaux intervenait sur un cambriolage. À l'arrivée de la police, les voyous qui se trouvaient dans un appartement inoccupé ont pris la fuite. L'un d'eux, âgé de 14 ans, a sauté d'un balcon et a été atteint par un tir de Flash-Ball au visage, entraînant la perte de son œil gauche. Le jeune policier auteur du coup a été condamné hier à six mois de prison avec sursis et 186.000 euros de dommages et intérêts à verser au jeune cambrioleur."

Michel Janva le salon beige

Publié le 27 Janvier 2011

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LAURENT OZON

Responsable du CAP « écologie » et membre du Bureau politique du FN

 

  

M. Nicolas Sarkozy et son gouvernement viennent d’annoncer qu’ils lançaient un plan de déploiement de l’éolien maritime en France.

Il s’agit de dépenser près de 20 milliards d’euros dans un projet de déploiement d’un parc éolien industriel off-shore, pour construire à terme environ 1.200 éoliennes en mer, pour une puissance totale de production  attendue de 6.000 mégawatts (MW). Projet qui devrait coûter à lui seul en moyenne 25 euros par ménage et par an aux contribuables. 

 

Le Front-National invite les pouvoirs publics à retravailler leur projet en intégrant des considérations moins publicitaires et plus réalistes. En effet, le développement de l’énergie éolienne industrielle est, à l’instar des micro-centrales hydrauliques le type même de la fausse bonne idée écologique.

 

S’il est important de développer rapidement les alternatives énergétiques, le Front National invite la ministre de l’Environnement à s’instruire des nombreux avis négatifs portés sur l’énergie éolienne par les spécialistes de ces questions depuis plusieurs années. Le Front National invite Mme la ministre de l’Environnement à créer une commission d’étude composée d’experts indépendants. Dans cette éventualité, le Front National propose d’y apporter la contribution constructive de ses spécialistes.

 

Soucieux d’engager la France sur la voie de l’indépendance énergétique et des énergies « propres » sans pour autant y sacrifier nos paysages et l’argent des français, le Front National propose un débat élargi sur les éoliennes en France et met en garde le gouvernement contre les effets de manche.

 

Enfin, le Front-National espère que ces projets subits n'ont aucun rapport avec les relations étroites qu'entretient le Président de la République avec Monsieur Bolloré...

Publié le 27 Janvier 2011

Ecoutez Charles Perrot, le secrétaire départemental du FN Loire: pour la radio chérie FM en cliquant ici

Publié le 27 Janvier 2011

Cantonales 2011: le Front national y croit

Cantonales 2011: le Front national y croit

Même si le seuil a été rehaussé pour se maintenir au second tour des élections cantonales (de 10% à 12,5% des électeurs inscrits), le Front national compte bien y être présent sur plus de 6 cantons de la Loire. Le Front national présente des candidats sur les 21 cantons renouvelables du département de la Loire, avec une moyenne d'âge de 41 ans. D'après Charles Perrot, le secrétaire départemental du FN Loire et membre désormais du bureau politique national, le nombre de personnes encartées progresse tous les mois: il y aurait plus de 500 encartés FN dans la Loire, contre 250 en 2009. La médiatisation de l'élection de Marine Le Pen expliquerait cette poussée tout comme les déçus de l'UMP…

F. P.
ZOOM 42

Publié le 27 Janvier 2011

Autour de Charles Perrot, une partie des candidats qui se présentent sous l’étiquette FN dans les 21 cantons lors des élections cantonales / Philippe Vacher

zoom

Avec des candidats présents dans les vingt et un cantons renouvelables, le FN ne compte pas faire de la figuration lors des élections cantonales. Et se voit arriver en tête dans plus de six cantons au soir du premier tour

« Le Front national est un mouvement d’avenir. La preuve, il présente des candidats jeunes pour ces élections cantonales, à la différence des autres compétiteurs en lice », lance, avec contentement Charles Perrot, le secrétaire départemental du FN Loire. De calculer : « La moyenne d’âge est de 41 ans. » Six candidats ont, en effet, moins de 35 ans, avec un benjamin de seulement 21 ans, Thierry Perrot, sur le canton de Bourg-Argental. Autre motif de fierté pour le patron ligérien du FN : «Sur les vingt et un cantons renouvelables, nous présentons des candidats seulement sous notre étiquette. » De tacler, au passage, les concurrents soutenus par l’actuelle majorité départementale. « L’UMP se cache derrière le sigle UPL, l’Union pour les losers », s’amuse M. Perrot, avec son indéfectible rire sardonique. De poursuivre sa démonstration : « C’est bien la preuve qu’ils n’y croient plus à la politique de Nicolas Sarkozy. Ils ont la trouille au ventre ».

À raison pour le secrétaire départemental du FN. « Lors de la venue de Marine Le Pen et de Bruno Gollnisch dans la Loire, j’ai vu des gens encartés à l’UMP dans le public. Ce que je n’avais jamais constaté avant ». Et l’accroissement du nombre de militants détenant la carte d’adhésion estampillée de la flamme bleu, blanc, rouge semble accréditer les propos de Charles Perrot. Selon ses chiffres, aujourd’hui la Loire enregistre 500 encartés FN, « le double de 2009 » précise, crânement, l’homme qui vient d’être promu au bureau national du FN. Une poussée de l’extrême droite qu’il explique par « l’audience inhabituelle avec la médiatisation importante de l’élection interne», doublée d’un indéniable « effet Marine » Le Pen. De quoi voir arriver avec une certaine sérénité l’issue du premier tour des cantonales. D’autant que la Loire a enregistré les meilleurs résultats du FN en Rhône-Alpes aux Régionales de 2010. « Notre mouvement arrivera en tête dans plusieurs cantons, comme Saint-Chamond Nord et Sud, Rive-de-Gier, Feurs, Montbrison et Saint-Etienne » avance M. Perrot, qui table sur « une vague, une déferlante, un tsunami du Front national. Et contre ça, la droite et la gauche ne peuvent rien faire. » Le programme pour le Département sera-t-il déterminant pour convaincre les électeurs ? Impossible de le savoir pour l’heure. Le FN promet de présenter son projet dans trois semaines, et ne dévoile qu’un seul point fort : « Que le budget social, aujourd’hui la moitié du budget global, aille aux Français d’abord. »

Véronique Miot source le progrés

Publié le 27 Janvier 2011

Pour les élections cantonales de mars, beaucoup s’attendent à voir le Front national enregistrer des scores importants dans la Loire. Les candidats de l’actuelle majorité départementale risquent d’en faire les frais.

Lors des élections cantonales de 2004, le Front national avait réalisé de bons scores. Il avait même réussi à être présent au second tour dans trois cantons (Saint-Bonnet-le-Château, Saint-Chamond Nord et Sud). En mars prochain, l’hypothèse de retrouver le Front national au second tour sera plus difficile.

En effet, pour décrocher son ticket pour le deuxième tour, les candidats devront désormais atteindre les 12,5 % des électeurs inscrits, à l’issue du premier tour, au lieu de 10 % auparavant.

Malgré tout, beaucoup s’attendent à des scores importants du Front national, avec l’effet Marine Le Pen, même si sur le fond, rien ne change. Les élus sortants sont conscients du phénomène. Quelle que soit la campagne qu’ils mènent pour être élus au conseil général, ils savent qu’en face d’eux les candidats frontistes feront de bons scores en faisant le minimum.

Dans le canton de Saint-Chamond Sud, le socialiste Marc Lassablière a été confronté à une triangulaire en 2004 avec un Front national à 22,49 % au premier tour, pour terminer à 17,81 % au deuxième tour. « Je ne crains pas plus le Front national cette fois-ci que d’habitude », souligne Marc Lassablière. « Les électeurs qui votent Front national le font par rejet. Mais il faut qu’ils regardent derrière ce qu’il y a. Et il n’y a pas de solutions à leurs problèmes ».

Le premier secrétaire fédéral du PS et candidat dans le canton de Saint-Etienne Nord-Est 1, Régis Juanico observe que « la Loire est un département où il y a une forte poussée du Front national depuis des années. C’est la conséquence de la crise ». Pour le prochain scrutin cantonal, Régis Juanico estime que « la situation actuelle n’est pas favorable au gouvernement et à la droite. Le danger pèse sur la droite qui risque, dans certains cas, de ne pas être présente au second tour ».

À droite, justement, Jean-Jacques Rey, candidat dans le canton de Saint-Etienne Sud-Est 3, ne cache pas sa crainte de voir une nouvelle fois le FN progresser. Il ne l’accepte pas. « Sur le terrain, je ne croise jamais le candidat du Front national. De toute façon, les candidats du FN déclinent des thèses nationales qui n’ont rien à voir avec le conseil général. Moi, je parle des compétences du conseil général qui peuvent apporter des solutions aux problèmes des gens ». Et Jean-Jacques Rey de marteler que « voter Front national, ça ne sert à rien ».

Dominique Goubatian le progrès

Publié le 26 Janvier 2011

Trouvé dans la revue télévisuelle de Minute :

"Vendredi 21 janvier, «L’Edition spéciale», Canal +

B Depuis peu, les élèves de CM2 doivent passer un test d’évaluation. Trois parlementaires ont eu le courage – l’inconscience? – de tenter de répondre à une question qui est fréquemment posée à nos chères têtes blondes: «Conjuguez le verbe parler à la troisième personne du pluriel, au passé simple» (ils parlèrent). Pour Aurélie Filippetti (PS), ça donne: tu parlas. Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, préfère: ils parlaient. Quant à Jean Lassalle (Modem), il donne carrément dans la poésie: ils parlâtent! Sarko fait des émules !"

Michel Janva le salon beige