Publié le 5 Février 2010



Images octobre 2002 - Noter la mise au point de la jeune professeur, fort révélatrice du climat politique en France : “Je défends l’autorité, l’ordre, la beauté, la rigueur… mais je ne suis pas fasciste.”
Source F. desouche

Publié le 5 Février 2010

Madame Bachelot vient d’annoncer encore plus de moyens pour l’avortement… Trop, c’est trop ! En France, le taux de recours à l’avortement est deux fois supérieur à celui de l’Allemagne. Il augmente fortement chez les mineures. Et voilà que Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, veut céder aux nouvelles revendications du Mouvement Français pour le Planning familial. Il est temps d’aider les femmes à éviter l’avortement.

Signez et faites signer l’Appel : http://www.auxlarmescitoyennes.org/ afin de

  • faire modifier le livret officiel d’information remis aux femmes enceintes en difficulté. Au lieu de prôner l’IVG comme l’issue évidente de leur grossesse, il doit intégrer : - le détail des aides permettant aux femmes d’éviter le recours à l’avortement ; - un avertissement honnête sur les répercussions psychologiques de l’avortement.
  • lancer des campagnes gouvernementales pour promouvoir les droits des femmes enceintes, notamment en matière d’emploi et de protection face à toute violence ou pression économique, conjugale ou familiale.
Source : le salon beige Michel Janva

Publié le 5 Février 2010

Elections régionales : établissement des procurations au commissariat

 

Pour le scrutin régional des 14 et 21 mars, les procurations peuvent être établies au commissariat de Roanne, de préférence du lundi au vendredi de 8 à 12 heures et de 14 à 18 heures. Le mandant doit se rendre au commissariat avec une pièce d'identité et indiquer le nom et l'adresse de la personne qui votera pour lui. Laquelle doit impérativement voter dans la même commune que lui.

Pour les personnes ne pouvant se déplacer, elles doivent faire établir un certificat médical attestant de leur incapacité puis téléphoner au commissariat. Un rendez-vous sera pris afin qu'un délégué se rende à leur domicile.
Le progrès 5/02/10


Voir notre article "Pour tout savoir sur la procuration",
nous pouvons vous aider à trouver un mandataire qui votera pour vous

Publié le 4 Février 2010

La loi sur le droit au logement opposable est «discriminatoire», selon la Halde. En cause : un décret de septembre 2008, complétant la loi Dalo du 5 mars 2007, et imposant des conditions de résidence pour les étrangers non communautaires pour invoquer le droit au logement. La loi Dalo impose en effet à l'Etat l'obligation de loger «toute personne résidant sur le territoire français de façon régulière» qui n'est pas en mesure d'accéder à «un logement décent et indépendant» par ses propres moyens ou de s'y maintenir. Pour les ressortissants de l'Union européenne, la loi Dalo s'applique dans les mêmes conditions que pour les nationaux. En revanche, pour les étrangers non communautaires, le décret ajoute des conditions: soit être titulaire d'une carte de résident ou équivalent (réfugiés, personnes justifiant d'une résidence continue et régulière d'au moins 5 ans en France, etc.), soit justifier d'au moins deux années de résidence ininterrompue en France sous couvert de certains titres de séjour, renouvelés au moins deux fois.

Le Dalo ne s'applique donc pas aux immigrés clandestins, et pour cause : ils sont hors-la-loi. Mais pour la Halde, c'est discriminatoire. Si le gouvernement suit la Halde, alors la France devra pouvoir être potentiellement capable de loger 6 milliards d'habitants. Et oui.

Source le Salon beige Michel Janva

Publié le 3 Février 2010


Ce qu’elle nous dit sous sa burqa… Version imprimable Suggérer par mail


Ma tête est dans un sac, comme celui dont on couvre lors des exécutions publiques le visage des pendus et des fusillés. Il porte la couleur du deuil et descend jusqu’aux pieds. Vous me croyez dans un cercueil, mais c’est le vôtre que je promène ainsi sous vos yeux. Oui, c’est vous – et non moi-même – que ma tenue veut juger !
Je vous refuse mon visage, comme les encagoulés du Ku-Klux-Klan, parce que je hais votre histoire, votre culture, votre légèreté, vos mœurs, et que je viens vous annoncer sans paroles votre propre condamnation.

Je vous refuse ma silouhette, ma personnalité, ma féminité, ma conversation, comme je les refuse aussi aux musulmans de ma banlieue qui sont en train de s’écarter de l’Islam véritable en adoptant votre incroyance et vos modes de vie.

Nous ne serions que deux mille en France ? Les compagnons du Prophète étaient moins de deux cents. Vous allez interdire le voile intégral dans les transports et les services publics ? Nous serons demain dix fois plus nombreuses dans la rue à le revendiquer.

Ma burqa vous dit une chose que vous ne pouvez guère comprendre, parce que vous ne croyez plus à rien qui soit susceptible de mériter le sacrifice de votre propre vie. Elle vous dit que nous ne cèderons jamais. Elle vous dit que le gouvernement français se trompe en voulant nous imposer des règles de vie sociale et des valeurs “démocratiques” que nous vomissons. Une loi civile ne pourra jamais désarmer notre soumission intégrale à la volonté d’Allah.

Ma burqa ne sert pas chez vous à transporter des explosifs, comme ceux qui viennent de faire justice aux mécréants chiites de Bagdad. Mais croyez bien que nous saurons, le jour venu, nous transformer en bombes vivantes pour le triomphe de la Vraie Foi !”

Asmâ Allah Akbar

NOTA BENE. – Asmâ Allah Akbar est le prototype de la jeune française convertie à l'islam salafiste, qui prêche la guerre sainte contre les juifs, les chrétiens, les agnostiques et même les musulmans "modérés". Son témoignage de haine et de mort suffirait à justifier l'interdiction totale de la burqa sur tout le territoire de la République. Mais il n'est pas de ceux que retiennent les médias. C'est pourquoi il nous a paru important que le site des chercheurs de sens vienne le verser au débat. – Hugues Kéraly
Source sed Contra

Publié le 2 Février 2010

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) présente dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, une candidate voilée, Ilham Moussaïd, une «image de notre intégration dans les quartiers».

Vendredi dernier, gare d’Argenteuil (Val-d’Oise). Olivier Besancenot effectue son premier déplacement de campagne en Ile-de-France, où il mène la liste NPA. À la veille du premier anniversaire du Nouveau Parti anticapitaliste, fondé le 7 février 2009 sur les cendres de la LCR, le porte-parole du parti trotskiste défend un projet tout à fait révolutionnaire : permettre à une femme voilée de représenter le NPA.

Sans ciller, il affirme qu’une femme peut être « féministe, laïque et voilée ». Et encore qu’une femme voilée, «c’est l’image de notre intégration dans les quartiers». Il confirme que le NPA présente – sur la liste du Vaucluse, en région Paca – une jeune candidate qui porte le voile : Ilham Moussaïd, étudiante et trésorière départementale de son parti, membre du «comité populaire» à Avignon.

Sur le quai, des jeunes de retour du lycée l’interpellent : «Le Coran ! C’est Besancenot ! Hé vas-y Olivier, on est derrière toi !» Le facteur de Neuilly-sur-Seine a pris pied dans les quartiers populaires de banlieue où se concentrent les populations issues de l’immigration et qui sont devenues «un désert associatif, syndical et politique». Résultat, des femmes voilées militent au NPA et ont intégré les comités de base, jusqu’à donc le représenter aux prochaines échéances de mars. Autre signe assumé : les plateaux-repas servis à l’heure de la rupture du jeûne pour les participants attachés au ramadan, lors de la dernière université d’été du parti à Port Leucate (Aude).

Porte-voix en main, Besancenot tonne contre le débat sur l’identité nationale qui «stigmatise une communauté», et le NPA, qui vient de se réunir en conseil politique national, a dénoncé la loi contre la burqa, «islamophobe et liberticide». Pour autant, cette candidature risque de provoquer de sérieuses ruptures au sein du parti trotskiste, à l’image de celles constatées en 2007 au Danemark dans la coalition rouge-verte lorsqu’une jeune femme voilée s’était présentée aux législatives. Omar Slaouti, chargé des «quartiers» au NPA, assure que la démarche d’Ilham «n’est en rien communautariste» mais renvoie juste l’image «de ceux qui subissent la crise dans les quartiers sensibles».

En août à Port Leucate, Anne Leclerc, membre du comité exécutif du NPA, chargée des droits des femmes, s’était accrochée avec Abdel, un militant d’Avignon au verbe haut, proche de Besancenot, pour ses propos machistes. La candidature d’Ilham la met mal à l’aise. Elle ne «commente pas un choix validé localement», mais promet que «les valeurs féministes» brandies dans toute l’histoire de la LCR «ne seront pas dissoutes» au sein du NPA. D’autres s’inquiètent de certains arguments qui circulent, tels ceux de l’altermondialiste Raoul Marc Jennar, militant NPA qui fut, en 2007, un porte-parole de José Bové à l’élection présidentielle. Celui-ci estime qu’Ilham est une «courageuse révélatrice d’un débat essentiel» et affirme : «C’est le rôle des Églises qu’il faut combattre, pas les croyances individuelles.» Après les régionales, le NPA va lancer un débat national autour de «la religion, l’émancipation et la liberté». Il durera jusqu’au congrès prévu en novembre et promet d’être agité.
Source : Le Figaro

Publié le 2 Février 2010

Interrogée dans Le Parisien, Mme Bachelot déclare :

"Ce qui me frappe, c’est la situation des mineurs : il faut mieux les informer ! [...] deux tiers des filles de 3e pensent encore qu’on ne peut pas tomber enceinte lors du premier rapport sexuel. Il y a un réel manque d’information et d’éducation à la sexualité des plus jeunes. Ce qui me frappe aussi, c’est que 50% des IVG sont pratiqués chez des femmes qui sont sous contraception, pilule ou stérilet.

 

C'est un échec bien normal : la mentalité contraceptive oriente inéluctablement vers l'avortement. Mais Mme Bachelot refuse d'ouvrir les yeux :

"Nous allons reconduire la campagne d’information sur la contraception. Les décrets d’application de la loi Hôpital, patients, santé, territoires permettant aux jeunes filles d’avoir un meilleur accès à la contraception vont être publiés très vite. Ainsi les services scolaires des universités et les sages-femmes vont avoir le droit de délivrer des contraceptifs oraux dans toutes les situations. Et surtout, les infirmières scolaires et les pharmaciens pourront, dans quelques semaines, renouveler une ordonnance de pilule sans que les jeunes femmes ne soient obligées d’aller chez le médecin. Et elles pourront se faire rembourser.

Finalement, vous êtes très proche du fameux Pass contraception de Ségolène Royal ?
A la base, l’idée du Pass contraception apparaît séduisante. Ce qui me chagrine, c’est que Ségolène Royal fait ça toute seule dans son coin, sans concertation. C’est un coup politique. Et, sur le fond, ce passe, l’accès gratuit pendant trois mois à un contraceptif oral, c’est le « tout-pilule ». Or la contraception, c’est beaucoup plus global. Moi, ce que je souhaite, c’est que chaque femme puisse avoir accès aux moyens de contraception les plus adaptés à ses habitudes de vie."

Bachelot-Royal : mêmes idées.

"Avec Luc Chatel, ministre de l’Education, nous allons mettre le paquet sur l’information en milieu scolaire. C’est là que les jeunes filles et les jeunes garçons doivent pouvoir trouver le maximum de conseils."

Faux : ils n'auront pas de conseils sur l'amour, la fidélité...


Source : Le salon Beige Michel Janva