Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe

Publié le 11 Mai 2016

Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe
Saint-Etienne : un festival de la Turquie hautement francophobe

Samedi dernier, Philippe CLAUSE, responsable de la Première Circonscription de Saint-Etienne s'est rendu avec son équipe au Festival de la Turquie, organisé par la Mairie.
Nous l'avons interrogé sur ce qu'il a vu :

" C'est très simple, hier, nous étions en Turquie... Je dis bien en Turquie, car en effet, dès le poste "frontière" passé, nous voilà arrivés dans un pays totalement étranger pour nous, où pas une personne ne parlait français, que ce soit dans les couloirs ou sur les stands, et moins encore au micro...

Les badauds ont bien remarqué notre présence, mais aucun d'entre eux n'a daigné s'adresser à un membre de notre équipe ou moi-même, nous dévisageant comme "des étrangers". C'est un comble ! Je me suis vraiment senti persona non-grata, et c'est bien pour cela que nous sommes restés... pour observer.

Ce festival est une caution communautariste très grave de la Mairie, car j'ai vu plus des gens qui piétinent le sol et le pays qui les nourrit en le méprisant, qu'une communauté ressortissante reconnaissante. Si la Turquie c'est si bien, qu'ils y retournent : cette francophobie affichée est parfaitement insupportable, et les ligériens avec qui j'ai pu en parler en sont très offensés, croyez-moi !

Cet événement, c'est du communautarisme pur et simple payé par chaque stéphanois, et ça ne peut plus durer. Vivement 2017, que nous reprenions les commandes du navire, parce que la situation est sur le point de devenir irréversible."