Le Petit Forézien : la tribune de Sophie ROBERT et Charles PERROT

Publié le 6 Mai 2016

« J’t’en fouterai du « vivre ensemble, moi » (Stéphane Ravier, sénateur FN)

Le conseil municipal a voté la mise à disposition d’un agent municipal pour l’association du Centre culturel et social de Feurs pour exercer des missions d’animateur du secteur « ados-jeunesse » avec les jeunes de 18 à 25 ans pour une durée de 3 ans, M. Taite estimant qu’il faut prendre en compte les difficultés des jeunes en rétablissant de l’humain dans les relations pour éviter de les voir errer dans la ville de Feurs. De plus, une subvention exceptionnelle de 11 725 € a été décidée pour faire face aux difficultés financières du centre social. Le groupe Front National à Feurs reconnait l’utilité du centre social et des activités qu’il propose aux Foréziens. Mais, cette subvention - tout comme la mise à disposition d’un « grand frère » pour les jeunes de la Boissonnette - prouve, une fois encore, la lâcheté de M. Taite qui continue à jeter l’argent public dans ce qu’on appelle « politique de la ville » pour acheter la paix sociale et civile.

La litanie du « Bien vivre ensemble » de M. Taite illustre la collusion droite/gauche que nous dénonçons dans tant de domaines : on utilise ici encore le même langage codé de gauche qu’adoptent les déserteurs de la droite dite républicaine, qui n’ont aucune volonté, aucune idée, aucun courage politique. Ils prônent le slogan du « bien vivre ensemble » parce qu’ils n’ont pas le courage d’être patriotes et de prendre des décisions difficiles qui s’imposent.

Sophie ROBERT et Charles PERROT,
élus municipaux Front National