Intervention de Ludovic CASTILLAN au CM de Saint-Chamond

Publié le 25 Mars 2016

Intervention de Ludovic CASTILLAN au CM de Saint-Chamond

" Monsieur le Maire,

Il va sans dire que le PAEN est un facteur important dans l’exploitation des espaces agricoles des communes impliquées, il a des objectifs tout à fait louables et qu'il s'exerce de remplir pour le mieux, comme l’accompagnement pour les échanges de parcelles qui permet non seulement un gain de productivité mais aussi, et c’est d’ailleurs bien expliqué, une baisse des charges de mécanisation et du temps de travail . On le sait, avoir accès à des terrains n'est pas toujours évident quand on a à exploiter plusieurs zones éparpillées dans un vaste secteur.

Il faut, bien entendu, continuer à aider les agriculteurs à améliorer leurs conditions d'exploitation car nous, nous ne voudrions pas que ce secteur déjà bien touché par la précarité, ne se dégrade davantage.

Il y a un autre facteur très important, et pas des moindres, c'est l'eau !

Je me réjouis que cette donnée soit prise en compte, car sans parler du coût économique pour chaque exploitant, aussi bien pour la production de céréales ou autres, que pour l'abreuvement des animaux, il y a bien sûr le facteur environnemental : l'eau potable devient rare et les aléas météorologiques viennent malheureusement perturber le bon déroulement de l’agriculture.

C’est pour cela que nous devons être attentifs sur sa consommation et gérer au mieux son approvisionnement ; donc, aider les agriculteurs en leur expliquant les techniques de forages ou de captages nous parait aller dans le bon sens dans la mesure où cela les aiderait à baisser leurs charges d’exploitation et aiderait parallèlement la planète.

Il y a ensuite tout l’aspect de la protection des zones agricoles qui sont importantes aussi pour la préservation de notre environnement et de la biodiversité ; l’entretien et la plantation de haies entre les parcelles est d’ailleurs à notre sens un élément incontournable, surtout lorsque l’on sait que plusieurs types d’animaux y vivent.

Enfin la valorisation des friches par une simple mise en pâturage, va aussi dans le sens d’une meilleure optimisation des terres agricoles sans forcément avoir recours à des procédés moins respectueux de l’environnement.

Pour ma part, il y a autre chose qui pourrait être incorporé au PAEN même si cette démarche doit être plus globale dans sa gestion : c'est la filière du circuit court.

Pourquoi ne pas faire mettre en relation les agriculteurs pour qu’ils puissent proposer comme dans certaines villes de France, par exemple à Angoulême, alors oui monsieur le Maire cette fois-ci je ne vais pas faire du soi-disant copinage avec vous car cette initiative est une initiative socialiste ; mais toutefois, je vous rassure, elle a été perdurée par son maire « Les Républicains » !

Je disais donc Angoulême, cette ville qui nourrit ses élèves d’écoles avec des productions locales : viande, légumes, céréales. Peut-il y avoir une meilleure considération d’un Maire envers ses agriculteurs ?

Cette ville, qui depuis 2013 développe une politique nutritionnelle exemplaire, a fait le choix ainsi de servir 16000 repas par semaine, ce qui est un facteur économique important pour nos agriculteurs et également une bonne nutrition pour nos enfants.

Nous pensons qu’il serait intéressant de refaire un point d’ici deux ans avec les associations d’agriculteurs, comme les jeunes agriculteurs par exemple, pour pouvoir évaluer les retombées de ce PAEN et si besoin, donner des recommandations pour le réorienter."