Communiqué de presse de Thibaut de La Tocnaye, membre du Bureau Politique, dirigeant-fondateur d’entreprises industrielles

Publié le 7 Mars 2016

Communiqué de presse de Thibaut de La Tocnaye, membre du Bureau Politique, dirigeant-fondateur d’entreprises industrielles

État-stratège et Branches professionnelles : les deux acteurs privilégiés de la ré-industrialisation face à l'Europe de Bruxelles

Une étude du Cabinet d’analyses Trendeo, relayée par l’Observatoire de l’Emploi et des Investissements, vient de révéler que si le solde global des créations et des destructions d’emplois en 2015 est devenu légèrement positif – mais largement insuffisant pour couvrir l’augmentation naturelle de la population active – celui-ci reste négatif en revanche pour l’Industrie. Ainsi les créations d’emplois ont reculé de 5% dans le secteur manufacturier en 2015.

La lente descente aux enfers de notre industrie se poursuit donc, sachant que le poids de celle-ci a été plus que divisé par 2 depuis 35 ans tant au niveau du PIB que de l’Emploi.

Dans le même temps, le Président de l’Association Française des Pôles de Compétitivité vient de déclarer dans La Tribune que : » Les Pôles de compétitivité et les Régions doivent dessiner l’Industrie du futur » tout en reconnaissant que » les projets portés par les Pôles de Compétitivité ont du mal à s’insérer dans les programmes européens « … Quel aveu !

Alors nous disons simplement que les deux premières conditions au redressement de notre Industrie sont d’une part la réhabilitation d’un Etat-stratège, seul capable d’élaborer et de promouvoir une vision claire de notre Ré-industrialisation (et certainement pas l’Europe de Bruxelles !), et d’autre part la réorganisation, la modernisation et le renforcement des Branches professionnelles, seules capables d’apporter à l’Etat-stratège les paramètres académiques, scientifiques, technologiques, industrielles et économiques nécessaires à sa décision. Les Régions, quant à elles, au plus près des Bassins d’emplois et des Pôles de compétitivité, n’étant que les relais ou les « bras armés » de l’Etat-stratège.