Violences, voitures brûlées : finalement, ça augmente...

Publié le 25 Février 2016

Car il ne faudrait pas oublier le tapage incroyable effectué par les services de préfecture suite à la nuit de la Saint-Sylvestre où l'on dénonçait une nuit "plutôt calme"... Qu'à cela ne tienne, quand un quotidien titre que le nombre de voies de faits et d'acte de dégradation est en baisse un autre lui fait écho en le contredisant dans la foulée. Mais ce que personne ne dit, et c'est bien dommage, c'est que nos hommes : pompiers et policiers, ne peuvent plus intervenir et faire leur métier quand des faits similaires à celui que relate l'article se déroulent. L'Etat et les collectivité ne sont pas assez sévères, nous réclamons dissuasion et punition pour quiconque détruit les biens d'autrui.