Communiqué de Presse des élus FN de la Ville de Saint-Etienne

Publié le 31 Août 2015

Communiqué de Presse des élus FN de la Ville de Saint-Etienne

SAINT-ETIENNE : LA DÉRIVE COMMUNAUTARISTE BAT SON PLEIN !

Gaël Perdriau semble avoir une très grande affection pour la communauté musulmane. Il aime l’Islam au point d’aller dans la Grande Mosquée pour y commémorer l’Aïd el Fitr, une fête religieuse particulièrement importante pour les croyants. Monsieur Perdriau parle même arabe. Quelques mots peut-être, mais suffisants pour montrer sa grande disponibilité envers la communauté et envers ses représentants religieux ; n’oublions pas que l’arabe est la langue du Coran. Bref cette passion enthousiaste ferait plaisir à voir si elle se manifestait en dehors de la représentation officielle. Or, c’est ceint de l’écharpe bleue blanc rouge, que le maire se livre à ces débordements. Doit-on lui rappeler encore une fois que les exigences de la laïcité en vigueur dans notre République se marient mal avec ce type de comportement ? Car l’édile n’en est pas à son coup d’essai. Son vertige communautariste s’est déjà exprimé dans bien des dossiers brûlants, comme les cantines municipales ou l’agrandissement des carrés musulmans.

Mais il n’en reste pas là ! La révérence insolite qu’il manifeste envers l’Islam (en fait de l’électoralisme) prend une tournure plus qu’inquiétante. Il va maintenant jusqu’à prétendre réaliser un abattoir rituel !
A l’heure où j’écris, le personnel municipal travaille d’arrache-pied, et chaque jour dès l’aube, pour équiper un site religieux dans une friche industrielle rue de l’Apprentissage. Un dispositif où vont être sacrifiés des centaines de moutons dans des conditions qui, en toute hypothèse, ne répondront pas aux exigences légales.

Les citoyens doivent refuser cette énième et spectaculaire entorse à la laïcité, où on dilapide l’argent public, fait craindre des risques sanitaires, et encourage la maltraitance animale.

Monsieur Perdriau n’a pas été élu pour faire du clientélisme, mais pour gérer notre ville dans l’intérêt de tous ses habitants, et dans le respect des principes républicains.
Nous serons là, aux côtés des Stéphanois, pour le lui rappeler.