#Saint-Etienne Bleu Marine résume pour vous 1 an à la Mairie dans l'opposition

Publié le 30 Mai 2015

#Saint-Etienne Bleu Marine résume pour vous 1 an à la Mairie dans l'opposition

Il y a un peu plus d’un an, Gaël Perdriau était élu maire de Saint-Etienne. Dans des circonstances très particulières, le Front National réussissait à emmener un groupe de trois élus au Conseil municipal.

Malgré la promesse d’une gestion saine et rigoureuse, Monsieur Perdriau, ne nommait pas moins de 22 adjoints, plus qu’à Paris !

  • L’opéra de Saint-Etienne fut un long épisode douloureux pour la ville. Combien de procès s’accumulent aujourd’hui qui seront autant de dépenses demain ?
     
  • La police municipale fut l’occasion de prises de position très marquées pour notre groupe. Nous contestâmes l’orientation prise allant plus dans la médiation que dans la sanction. Une sanction nécessaire quand on connaît le niveau d’incivilité, et d’insécurité à Saint-Etienne. Le groupe patriote qui, par ailleurs, critiquait avec virulence la gigantesque zone 30 voulue par le Maire à Saint-Etienne.
     
  • Puis vint l’affaire de la viande de porc soulevée par le Front National. Il s’agissait pour la ville de complaire à la communauté musulmane en s’enferrant dans le mensonge. Cette affaire ne fut sans doute pas étrangère à la déroute de Monsieur Kéfi Jérôme, adjoint à la petite enfance, lors des dernières élections départementales. A seulement un an des élections municipales, trois adjoints, dont le premier d’entre eux, furent éliminés !
     
  • Et c’est encore le communautarisme qui vint défrayer la chronique. Dénoncée par le FN, la mairie effectua un service minimum à l’heure de l’hommage du centième anniversaire du génocide arménien. Le maire caresse la communauté turque dans le sens du poil. Quelques jours après, c’est à nouveau le groupe patriote qui attirait l’attention sur une manifestation sur les immigrations qui faisait sa promotion par le biais d’une affiche qui insultait la France et les Français. Le Front National dut alerter l’opinion ainsi que la préfecture.

Le maire de Saint-Etienne se rend compte aujourd’hui qu’il n’a qu’une seule opposition en face de lui : celle que représente le Front National.

Elle a soulevé de nombreux problèmes, dénoncé les dépenses inconsidérées, montré du doigt les manœuvres déloyales. Elle dénonce aux Stéphanois les mauvaises pratiques dans tous les domaines de la vie de la commune : clientélisme, communautarisme, , compromission, cynisme, démagogie, « lyonisme », népotisme…

Les autres groupes du Conseil font partie de la même bande et des mêmes officines.

Le Front National est bien présent auprès des Stéphanois ; il est leur vigie. Il saura mettre en place le programme qui leur rendra leur fierté.