Suppression des quotas laitiers : la dérégulation imposée par Bruxelles, une grave menace pour les producteurs rhônalpins

Publié le 2 Avril 2015

Suppression des quotas laitiers : la dérégulation imposée par Bruxelles, une grave menace pour les producteurs rhônalpins

Communiqué du groupe Front National au Conseil régional Rhône-Alpes

La suppression des quotas laitiers à partir du 31 mars, qui limitaient jusqu'alors la production dans chaque pays pour éviter une trop forte baisse du prix payé aux exploitants, constitue une grave menace pour les producteurs rhônalpins.

En effet, si les agriculteurs européens pourront produire les quantités qu'ils voudront, ce sont avant tout les pays où les coûts de production sont faibles qui en bénéficieront. La fin des quotas va renforcer la compétition entre la filière française (deuxième producteur européen de lait de vache derrière l'Allemagne) et les grands producteurs d'Europe du Nord, lesquels ne sont pas soumis aux mêmes normes qui contraignent et étouffent nos éleveurs. Les conséquences risquent donc d’être dramatiques pour les filières rhônalpines. La concurrence internationale favorisera toutes les formes de dumping et une hausse des importations, entraînant une perte de part de marché des produits laitiers fabriqués en Rhône-Alpes.

Les producteurs de lait et plus généralement tous nos agriculteurs n’ont plus rien à attendre d’un gouvernement qui obéit au doigt et à l’œil à une Commission européenne pour laquelle la déréglementation sauvage doit être la règle de la vie économique.

Le Front National demande au gouvernement que la production de lait demeure plafonnée dans l’intérêt de nos éleveurs. Pour en finir avec la déréglementation des prix exposant les matières agricoles à la pire spéculation financière, nous souhaitons mettre en place une véritable politique agricole patriote qui permette de soutenir nos éleveurs et nos agriculteurs en garantissant la stabilité des prix. Car c’est notre capacité à satisfaire nos besoins alimentaires de manière autonome qui conditionne aussi notre souveraineté.