La capitulation grecque confirme notre analyse sur l'euro !

Publié le 25 Février 2015

La capitulation grecque confirme notre analyse sur l'euro !

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Comme nous l’avions analysé dès l’arrivée au pouvoir de Syriza, le nouveau gouvernement grec était confronté à un choix : soit rester dans le carcan de l’euro et trahir rapidement ses promesses anti-austérité, soit retrouver la liberté monétaire en quittant l’euro pour pouvoir réellement changer de politique. Ce choix est extrêmement intéressant, porteur de débats féconds sur la monnaie unique et l’austérité : c’est pour que ce débat ait lieu que le Front National a souhaité le changement de majorité en Grèce.

L’accord obtenu à Bruxelles confirme que le gouvernement d’Alexis Tsipras a choisi l’euro et par conséquent la trahison de ses engagements de campagne. La capitulation face à l’Union européenne et l’Allemagne est totale, et on peut faire le pari que très rapidement ce gouvernement tombera dans les abîmes de l’impopularité.

A la lumière de l’épisode grec, les Français auront dans tous les cas pris conscience de l’incompatibilité désormais radicale entre l’euro et la démocratie d’une part, et l’euro et la prospérité d’autre part.
A l’image d’une partie du PS, d’une aile de l’UMP ou d’un Jean-Luc Mélenchon en France, ceux qui vendent aux Français « une autre politique » sans prévoir en même temps de redonner à la France les instruments de sa souveraineté, monétaire et budgétaire notamment, sont dans le mensonge.

Plus que jamais, le Front National veut extirper la France de l’eurodictature en lui redonnant la maîtrise de sa monnaie, de son budget et ses frontières, pour lui permettre de rompre avec la sous-croissance, le chômage de masse, le sur-endettement et l’austérité.