Publié le 21 Octobre 2017

Publié le 21 Octobre 2017

Il convient de saluer cette initiative très bonne bien que tardive : rappelons donc toutefois que les no-go zones ne sont donc pas le fruit de "fantasmes de l'extrême droite" comme on a pu si souvent l'entendre dire des élus locaux au pouvoir, en effet, c'est une réalité, non un "sentiment d'insécurité", il convient de continuer d'éradiquer ces zones et de rétablir l'ordre régalien.

Ni plus, ni moins.

Publié le 21 Octobre 2017

France BLEU revient sur la venue de Gilbert COLLARD pour la rentrée du FN42

Dans la cadre d'un tour de France des fédérations, Gilbert Collard est venu dialoguer vendredi soir avec les militants ligériens du Front national dans la Loire.

Il veut avant tout rassurer la base, sans doute déçue , il l’admet, par les deux déconvenues des présidentielles et des législatives (...)

Lire la suite sur France BLEU Saint-Etienne

 

Publié le 19 Octobre 2017

Pour info : 

"La taqîya, parfois orthographiée taqiyya et takia, appelée تقيّة (taqīyya) en arabe, est une pratique, au sein de l'islam, consistant à dissimuler ou à nier sa foi sous la contrainte afin d'éviter la persécution. Cette pratique est permise au sein du chiisme dans le cas où un fidèle fait face à une menace, mais elle est aussi permise au sein du sunnisme; dans les deux cas, elle relève de la charî'a. La pratique de la taqîya a un fondement coranique, notamment dans ces passages qui parlent du reniement de la foi en disant : « Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux. » (3, 28) tandis qu'un autre passage mentionne « excepté celui qui a subi la contrainte et dont le cœur reste paisible en sa foi » (16, 106)."

Source Wikipédia...

Publié le 17 Octobre 2017

Le Petit Forézien : Tribune de Sophie ROBERT & Charles PERROT : Les vaches à lait de la République

Les Foréziens savent, comme tous les Français, que la taxe d’habitation est amenée à disparaître progressivement au fil des ans, MAIS pour une partie seulement de la population, les cadeaux fiscaux ayant toujours une limite…

 

Beau cadeau que fait ici l’Etat macronien en supprimant un impôt qui ne lui rapporte rien mais dont la suppression sera lourde de conséquences pour les finances de la commune de Feurs avec, à la clef une perte sèche d’autonomie financière pour notre ville et la réduction inévitable des services publics communaux en termes d’aménagement, de voirie, d’activités scolaires et périscolaires, d’aides à la personne et notamment aux personnes âgées, etc.

 

Le motif invoqué est toujours le même, et il est d’ailleurs séduisant sur le papier : redonner du pouvoir d’achat aux Français. On se souviendra à ce sujet de la suppression de la vignette auto, un impôt départemental, en 2000 par le gouvernement Jospin, avec l’invocation des mêmes motifs. Avez-vous réellement eu l’impression que cette disparition vous redonnait du pouvoir d’achat ? Evidemment non.

Et il en sera de même pour la taxe d’habitation. D’une manière ou d’une autre, les communes trouveront un moyen de compensation fiscale, tandis que l’Etat, responsable de plus de 80% de la dette publique continuera sa course folle à la dépense non maîtrisée.

 

Au final, le perdant est toujours le même : le contribuable. Pris entre les promesses démagogiques d’un gouvernement inconséquent et les impératifs financiers d’une équipe municipale qui ne saura trouver des ressources qu’en tapant au portefeuille de ses habitants, les Foréziens en particulier comme les Français en général ne sont décidément que bons à payer.
Et à se taire.

Publié le 16 Octobre 2017

Très franchement, l'exécutif de la Ville et son opposition feraient mieux de s'occuper de sa délinquance, de ses cambriolages et de ses zones de non-droits plutôt que de se donner en spectacle (des plus piteux, qui plus est...)

Qu'ils le disent qu'ils préparent les prochaines municipales, au moins ça sera plus clair.

Publié le 16 Octobre 2017

Voilà le résultat du laxisme judiciaire instauré en France par les gouvernements de gauche et de droite successifs : l'histoire relatée est franchement troublante et très peu rassurante. 
En effet, on apprend que l'homme en question en possession de cocaïne et de plusieurs armes blanches "devait purger une peine de prison de trois mois, son sursis ayant été révoqué".

Que cela signifie-t-il ? Nos villes sont elles pleines de criminels en liberté ? Faut-il attendre des meurtres et la médiatisation des crimes pour espérer un jour vivre en sécurité ?

Publié le 16 Octobre 2017