Publié le 23 Août 2016

Publié le 23 Août 2016

Communiqué du Front National : Lactalis et nos éleveurs français

Des centaines d’éleveurs ruinés ont entamé le blocage de Lactalis, numéro un mondial de l’industrie laitière. Expliquer, comme le font bon nombre de commentateurs, que ces éleveurs sont victimes d’une conjoncture défavorable due à une crise de surproduction permet de faire oublier que leur calvaire a avant tout des causes politiques.

Le démantèlement des quotas et la libéralisation du secteur laitier, voulus par la Commission européenne et les multinationales, et acceptés d’abord par le gouvernement de M. Sarkozy, puis par celui de M. Hollande, a permis à certains pays membres de l’UE d’augmenter considérablement leur production. Les débouchés tant vantés par les tenants de la dérégulation du secteur s’étant avérés totalement surestimés, les cours se sont effondrés, certains pays membres n’hésitant pas à tirer profit de la situation pour s’emparer de nouvelles parts de marché chez leurs voisins. Cette crise de surproduction, annoncée dès 2009 par les défenseurs des quotas laitiers aux premiers rangs desquels Marine Le Pen et les élus du Front National, est donc avant tout le résultat des choix politiques effectués lors des deux précédentes réformes de la PAC. Le refus de M. Hogan, commissaire européen à l’agriculture, d’admettre l’existence même de cette crise durant plus d’un an puis la faiblesse des mesures finalement avancées aggravent encore la situation.

Côté français, il est regrettable de constater qu’une fois encore, la gauche au pouvoir, pas plus que la droite avant elle, n’a su défendre les intérêts de notre pays. Réclamé de longue date par le Front National, l’étiquetage de l’origine des produits laitiers annoncé pour le 1er janvier 2017 est bien entendu une bonne nouvelle. Après deux années dramatiques, cette décision est malheureusement bien tardive et n’aura pas l’effet attendu. Pour cela, il faudrait également, comme le propose notre mouvement, mettre en place une régulation des marchés par un encadrement des volumes produits et des prix, tout en protégeant nos éleveurs des importations issues de pays aux normes inférieures aux nôtres.

Nous refusons également de laisser une poignée de multinationales – Lactalis n’étant pas la seule concernée – imposer à notre pays le modèle ultra-industriel des fermes géantes, synonyme de désastre social, territorial et environnemental, et apportons donc tout notre soutien aux éleveurs qui se mobilisent cette semaine pour dénoncer le plan social sauvage dont ils sont victimes.

Publié le 23 Août 2016

Tribune d'isabelle SURPLY, conseillère régionale FN

"Je serai le président de tous les auvergnats et les Rhonalpins, je serai un président à temps plein, je ne vous quitterai pas..."

Et blablabla, et blablabla.

Ce qui devait arriver arriva, Laurent Wauquiez trahit une nouvelle promesse de campagne, et pas des moindres. Vous voyez arriver la suite ? Non ? Attendez, voici une esquisse du tableau politicien régional made in UMP !

" Salut c'est moi, Laurent Wauquiez, vous savez, le gars qui fait campagne sur les idées du FN parce que quand même, il n'y a plus que ça qui fonctionne chez les Républicains !

J'ai remporté la présidence de la Région Auvergne Rhone-Alpes sans majorité franche mais bon j'ai gagné quand-même. Bon je rassure tout le monde en faisant croire que je n'ai pas d'ambition nationale et que le local me satisfait largement. Je baisse les indemnités des élus (mais pas la mienne, hein, je suis pas fou !) comme ça l'illusion reste entière. Je fais voter plein de trucs bateau en assemblée plénière mais en commission organique je fais passer les dossiers clivants, parce que c'est à huis clos...

Bref, j'ai fait démissionner un de mes vice-présidents de son mandat de député de la 3ième Circo de l'Ain, vous savez, Etienne Blanc ! Je l'ai fait suffisamment longtemps à l'avance pour que les électeurs ne s'aperçoivent pas que je vais lui laisser la présidence de la Région ! Ca je le fais en prévision d'un ministère si Sarko remporte la présidentielle de 2017. Mais si, vous savez bien qu'à partir de Janvier 2017 je ne pourrai plus cumuler ! C'est aussi pour ça que je suis resté très neutre sur mes positions quant à la primaire de la droite et que... je ne me présente pas. Pas bête !

Mais bon, j'ai promis-juré-craché que je serai un président de Région à temps plein, etc... Espérons juste que les électeurs l'auront oublié !

Allez, je vous laisse, on m'a filé la présidence de l'‪#‎UMP‬, parfait, mon plan se déroule sans accroc, je suis trop fort, personne n'a rien vu...enfin je crois.
Faudrait pas que le FN y regarde de trop près et soit le lanceur d'alerte sur mon cas..
.

C'est moi, Laurent Wauquiez, mais appelez-moi Lolo... Lolo le rigolo,

Pour vous (me) servir "

 

Publié le 21 Août 2016

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, ​Présidente du Front National

Il n’y a pas de fatalité de la Jungle

En février dernier, les pouvoirs publics annonçaient que la Jungle de Calais serait en partie démantelée, vidée de la moitié de sa population. Pourtant à peine six mois plus tard, nous constatons que ce bidonville géant n’a jamais rassemblé autant de migrants, entre 6900 et 9000 selon les sources, chiffre en spectaculaire augmentation depuis quelques semaines.
Les promesses de 2016 n’étaient une nouvelle fois que chimères, comme le furent celles des gouvernements précédents ou celles de Xavier Bertrand pour gagner la présidence du conseil régional.

La Jungle est le symbole, douloureux, insupportable, honteux, de l’échec radical des pouvoirs publics sur la question migratoire ; l’emblème aussi de leurs reniements et de leurs mensonges. Combien de fois a-t-on annoncé la résolution du problème alors qu’il continuait de s’étendre ?
La Jungle continuera de grossir et d’essaimer partout en France, dans ces villes et ces villages de plus en plus nombreux où l’on vient répartir le flux ininterrompu de nouveaux migrants, tant que la politique menée ne changera pas du tout au tout.

Aux autorités il manque le courage de faire respecter la loi : les personnes en situation irrégulière doivent quitter la France.
Aux autorités il manque la clairvoyance : on ne réglera aucun problème migratoire tant que nous ne disposerons pas de la maîtrise complète et définitive de nos frontières nationales. Notre indépendance nationale n’est pas un vain mot, elle est la condition d’une action utile et efficace.
Aux autorités il manque le sens de la justice : personne ne pense jamais aux riverains, aux commerçants, aux travailleurs, qui n’en peuvent plus d’être abandonnés par des pouvoirs publics qui réservent toute leur attention aux migrants.
Aider les migrants ce n’est certainement pas de les faire venir en France : c’est au contraire d’agir avec l’ONU pour les fixer au plus près de leurs pays d’origine. C’est restreindre ici considérablement l’asile et agir là-bas avec les puissances régionales.

Il n’y a aucune fatalité de la Jungle de Calais. Il n’y a qu’un choix à faire : celui de la volonté politique, aux antipodes des renoncements de l’UMP et du PS.

Publié le 20 Août 2016

Publié le 20 Août 2016

Mais il nous semble que la série noire de Saint-Chamond tombe déjà aux oubliettes. La montée des violences en pleine journée n'émeut pas grand monde. La léthargie politique gagne du terrain...

Publié le 18 Août 2016

Publié le 18 Août 2016

Et après, les ligériens assignés à résidence se demandent pourquoi ils sont assignés à résidence...